16-10-2020

Henning Larsen réalise une galerie en béton armé sur les rives d’un lac

Henning Larsen Architects,

Henning Larsen,

Videbæk Danimarca,

Galerie, Architecture et culture, Pavillons,

Ciment, Vitre,

Le musée Arne Haugen Sørensen au Danemark instaure un dialogue avec le lac de Videbæk



Henning Larsen réalise une galerie en béton armé sur les rives d’un lac 
Situé à Videbaek, le musée Arne Haugen Sørensen est un bâtiment en béton armé qui s’avance sur le lac de la ville en donnant naissance à des perspectives à la fois simples et sans égales.
Le petit village danois de Videbaek n’étant habité que par quelques milliers de personnes, les habitants souhaitaient un bâtiment à la fois distinctif et à même de mettre en valeur les beautés naturelles locales, et notamment le lac.
Originaire du village, Henning Larsen a conçu une galerie d’art pour accueillir les œuvres d’Arne Haugen Sørensen.
Initialement construit sous la forme d’un volume à base carrée d’un seul étage, le bâtiment a été agrandi quelques années plus tard afin d’intégrer une cafétéria. Cet ajout était directement lié au succès de l’ouvrage : en raison de son emplacement insolite s’avançant sur le lac, l’édifice en béton armé attirait en effet des visiteurs et des curieux de tout le pays.
En termes de composition, le schéma du bâtiment est particulièrement simple et intuitif : un volume vitré entouré par des arcades aux colonnes inclinées selon le rythme des arbres tout autour. Un choix formel qui rappelle aussi visuellement le V de Videbaek.
Les dalles et les fondations sur lesquelles repose l’édifice sont solidement ancrées au sol mais un surplomb d’un peu plus d’un mètre permet de faire avancer l’ouvrage au-dessus du lac et de donner ainsi l’impression qu’il flotte. L’architecte a opté pour des façades entièrement crépies en blanc tandis qu’il a privilégié le béton face apparente pour les quelques murs et les sols intérieurs.
L’éclairage est en revanche particulièrement soigné et donne naissance à deux visions du volume : une première qui, de jour, fait ressortir la galerie et une deuxième qui, de nuit, permet au bâtiment de se fondre dans les arbres du bois environnant. Dans ce dernier cas, l’ouvrage ne se présente plus, comme dans la journée, sous la forme d’un volume blanc, simple et reconnaissable mais comme une silhouette opaque et rétro-éclairée dominée par le corps vitré, bien que celui-ci soit caché par une forêt de piliers en béton.


Fabrizio Orsini


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×
×

Restez en contact avec les protagonistes de l'architecture, Abonnez-vous à la Newsletter Floornature