1. Home
  2. Architectes
  3. Biographie
  4. Kengo Kuma

Kengo Kuma


Biographie

Né en 1954 à Yokohama, dans la préfecture de Kanagawa, Kengo Kuma est considéré comme l’un des plus importants architectes japonais contemporains.
Diplômé de l’université de Tokyo en 1979, il étudie quelques années à l’Université de Columbia en tant que chercheur invité (1985-86).
C’est à Tokyo qu’il fonde en 1987 son atelier « Spatial Design Studio » (désormais appelé « Kengo Kuma & Associates »). Le studio parisien verra le jour en 2008.
Sa poétique décline les matériaux en fonction de leur capacité émotionnelle, liée à leurs caractéristiques de construction intrinsèques et aux enseignements de la tradition japonaise.

En se mettant « presque à l’écoute » des matériaux, Kuma s’est « engagé pendant des années dans une série critique de ce qu’il définit la “méthode du béton”, désirant trouver une alternative à l’usage de ce matériau qui “gouverne” le monde » (Treccani).
Certains de ses ouvrages sont fondamentaux pour comprendre sa philosophie conceptuelle : le Stone Museum (2000) et l’Hiroshige Ando Museum (2000), se trouvant tous deux à Nasu dans la préfecture de Tochigi ; le Takanezawa Plaza à Shiotanigun (Tochigi, 2006), le Suntory Museum of Art à Tokyo (2007), mais également de récents lieux de méditation construits en bois et conçus sur une échelle réduite mais significative comme le Temple taoïste à Hsinchu (Taiwan, 2018) et la Meditation House à Krün (Allemagne, 2019).
Dans son livre Anti-object : The Dissolution and Disintegration of Architecture (2008), Kuma critique l’objectification excessive qui imprègne l’architecture occidentale et empêche « d’établir une relation saine avec le monde extérieur ». Dans le même temps, il suggère « une forme alternative d’architecture (...) désirable et possible ».

En plus du bois, les matériaux « alternatifs » privilégiés et souvent utilisés par Kuma sont la pierre, la céramique, le bambou, le plastique et le vinyle. Dans ses projets, l’évidente expérimentation conceptuelle est toujours accompagnée d’une profonde relation avec la tradition japonaise.
L’utilisation de la lumière est fondamentale dans ses constructions : à travers cette dernière, il tente d’atteindre un sens « d’immatérialité spatiale » en utilisant des matériaux naturels ou du verre. Un concept que l’on retrouve dans des ouvrages comme la Plastic House (2002) et l’Asakusa Culture Tourist Information Center (2012), tous les deux à Tokyo, ainsi que le Fonds Régional d’Art Contemporain (FRAC) à Marseille (2012) qui se caractérise par des façades revêtues de panneaux de verre semi-transparent.
Ses célèbres façades « décorées », toujours fortement expressives, sont en effet l’une de ses caractéristiques architecturales. Comme dans le cas du complexe Wuxi Vanke (2014) et du gratte-ciel Hongkou Soho à Shanghai (2015).
Pour Kuma, l’étude du lieu est essentielle afin d’intégrer l’ouvrage dans son contexte sans perturber son équilibre, même s’il en résulte une dérivation naturelle.

Par exemple la Great (Bamboo) Wall House dans les environs de Pékin (2002), le Yusuhara Wooden Bridge Museum de Tarougawa (2010), la Cité des Arts et de la Culture à Besançon (2012).
L’un des bâtiments représentant le mieux sa vision architecturale est la Water/Glass House à Atami au Japon (1995) : une villa construite en face de l’océan, fortement influencée par la villa « Hyuga », unique projet encore existant au Japon de l’urbaniste allemand Bruno Taut (1880-1938) et construit pendant son séjour dans le pays lors des années 30.

Tout comme Taut avait admiré et étudié l’extraordinaire villa impériale de Katsura (XVIIe siècle) pour construire sa villa Hyuga, « filtrée à travers sa sensibilité européenne » (M. Melis), pour sa Water/Glass House, Kuma a créé une structure « qui flotte sur une piscine qui descend en cascade depuis le toit », estompant les contours de l’édifice avec l’eau de l’océan, non seulement en l’encadrant, mais en l’insérant de fait dans la nature même.
Comme l’a déclaré Kuma, la construction devient ainsi « un environnement total où tout se dissout, où il n’y a aucune désarticulation des espaces, où les frontières disparaissent ».
Au cours des années, Kuma a complété son activité pratique et théorique avec une longue carrière académique : actuellement professeur auprès de l’université de Tokyo, il a enseigné à l’Université de Columbia, à l’Université de l’Illinois et à l’Université de Keio.
Il a reçu de nombreuses récompenses comme l’Architectural Institute of Japan (1997), le Spirit of Nature Wood Architecture Award en Finlande (2002), l’International Architecture Award for the Best New Global Sesign (2007), le grade d’officier de l’Ordre des Arts et des Lettres de la République française (2009).
 
Kengo Kuma ouvrages et projets célèbres
 
- New exhibition center Forest Edge, Strasburgo (Francia), 2022
- Osservatorio Nihondaira Yume Terrace, Shizuoka (Giappone), 2019
- Zuishoji Temple, Tokyo (Giappone), 2019
- Suspended Forest, Montricher (Svizzera), 2019
- Edificio polifunzionale Portmix, Shanghai (Cina), 2019
- Tempio buddista Jodo Shu Ichigyo-in, Shinjuku, Tokyo (Giappone), 2019
- Meditation House, Krun (Germania), 2019
- Appartamenti Niwa, Vanves (Francia), 2019
- Wangjing B-15 Project, Pechino (Cina), 2019
- We Hotel TOYA, Toyako, Hokkaido (Giappone), 2018
- Terminal Xiangcheng Yangcheng Lake Tourist Transportation Center, Suzhou (Cina), 2018
- Museo V&A, Dundee (Scozia), 2018
- Tempio Taoista, Hsinchu (Taiwan), 2018
- Stazione ferroviaria Yunoeki Oyu, Akita (Giappone), 2018
- Teatro Misono-za, Aichi (Giappone), 2017
- Grattacielo Hongkou Soho, Shanghai (Cina), 2015
- Complesso residenziale e commerciale Sanlitun Soho, Pechino (Cina), 2010
- Scuola materna Taiyogaoka Hoikuen, Ishikawa (Giappone), 2013
- FRAC Fonds Régional D’art Contemporain, Marsiglia (Francia), 2012
- Asakusa Culture Tourist Information Center, Tokyo (Giappone), 2012
- Cité des Arts et de la Culture, Besançon (Francia), 2012
- Starbucks cafè, Fukuoka (Giappone), 2011
- GC Prostho Museum Research Center, Kasugai-shi (Giappone), 2010
- Casalgrande ceramic cloud, Casalgrande, Reggio Emilia (Italia), 2010
- Yusuhara Wooden Bridge Museum, Tarougawa (Giappone), 2010
- Museum of Kanayama Castle Ruin, Ota, Gunma (Giappone), 2009
- Shopping centre e spazio polifunzionale Sanlitun Village South (Taikoo Li Sanlitun), Pechino (Cina), 2008
- Riconversione di una vecchia fabbrica di orologi Z58, Shanghai (Cina), 2006
- Casa Lotus (Giappone), 2005
- Nagasaki Prefecture Art Museum, Nagasaki (Giappone), 2005
- Spazio LVMH, Osaka (Giappone), 2004
- Casa di plastica, Tokyo (Giappone), 2002
- Great (Bamboo) Wall House, Pechino (Cina), 2002
- Hiroscige Ando Museum, Batou (Giappone), 2000
- Water/Glass House, Atami, Shizuoka,  (Giappone), 1995
- Osservatorio Kiro-san, Ehime (Giappone), 1994
 
Site officiel
 
www.kkaa.co.jp



Autres Articles: Kengo Kuma


Autres Articles

15-09-2021

Form4 Architecture Verdant Sanctuary dans la Silicon Valley à Palo Alto

Form4 Architecture a récemment présenté le projet Verdant Sanctuary, un...

More...

13-09-2021

Floating Office Rotterdam, un bâtiment adaptable au climat signé Powerhouse Company

En présence du Roi des Pays-Bas et d'importants invités internationaux, le...

More...

14-09-2021

Comunità Resilienti, Architettura come caregiver dans l'installation Cyberwall à la Biennale de Venise

Lors d'une récente interview, Alessandro Melis, commissaire du Pavillon Italie à...

More...



Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×
×

Restez en contact avec les protagonistes de l'architecture, Abonnez-vous à la Newsletter Floornature