15-07-2020

Tato Architects signe la Functional Cave, une maison en spirale à Takatsuki

Tato Architects,

Shinkenchiku Sha,

Osaka, Japon,

Housing,

Le cabinet Tato Architects a imaginé une surprenante solution pour une nouvelle maison unifamiliale à Takatsuki, une ville de la préfecture d’Osaka : deux parcours en spirale se rencontrant en plusieurs points pour donner naissance à de multiples variations dans les déplacements au sein du logement.



Tato Architects signe la Functional Cave, une maison en spirale à Takatsuki

Nous nous intéressons aujourd’hui à une nouvelle réalisation de Yo Shimada, le fondateur de Tato Architects, un cabinet de Kobe s’occupant principalement de projets résidentiels au Japon, comme l’intéressante maison de Sonobe dans la préfecture de Kyoto abordée dans Floornature il y a quelque temps. Situé à Takatsuki, une ville de la préfecture d’Osaka, ce nouvel ouvrage qu’il a appelé « Functional Cave » se trouve dans un petit lot d’une centaine de mètres carrés au sein d’un quartier résidentiel de banlieue. La surface, qui descend en formant des terrasses, se caractérise par un sol irrégulier qui entraîne un certain dénivellement entre les habitations. Pour la Functional Cave, le cabinet a choisi de conserver l’échelle des maisons du quartier, à savoir des villas à deux étages.
Ces dernières années, les concepteurs japonais ont privilégié et se sont attelés à approfondir la notion de maison-caverne, ou plus précisément d’habitation appréhendée comme un refuge familial. Le coût des terrains poussant à construire en laissant très peu de place entre les bâtiments afin de profiter de chaque mètre carré disponible a fait de l’intimité un aspect toujours plus crucial de l’habitat. Depuis quelques années, l’architecture japonaise répond à cette problématique par une enquête introspective qui minimise ou exclut le dialogue avec l’extérieur.
La recherche proposée dans ce projet par Yo Shimada n’élimine pas la perspective sur le quartier mais interprète très nettement l’expérience de vie dans un registre hermétique, voire même inéluctablement intime. Tato Architects ayant basé son projet non seulement sur le peu d’espace à disposition mais aussi sur la volonté de conserver une échelle en adéquation avec le contexte - et donc sur le choix de ne pas augmenter la hauteur de l’ouvrage - le cabinet s’est concentré sur la mise en valeur des surfaces horizontales. La maison de Takatsuki se caractérise par un sol continu dont les différents niveaux créent une série de terrasses internes. La structure en bois contient deux parcours en spirale reliés à l’entrée au niveau du rez-de-chaussée et sur la couverture en terrasse. Ses pièces ne sont pas divisées par des cloisons ou des planchers entiers mais par des portions d’étages intermédiaires. Au lieu de créer des séparations spatiales et fonctionnelles nettes, l’intérieur est conçu comme un double parcours d’espaces qui s’interpénètrent. Dans ce projet, l’idée de Yo Shimada était de procurer une sensation d’expansion à l’intérieur d’une petite maison, c’est-à-dire de donner l’impression d’un espace beaucoup plus grand qu’il ne l’est en réalité.
Cet ouvrage de deux étages habitables a ainsi été aménagé en 16 niveaux qui se déploient dans plusieurs directions pour donner naissance à un intérieur comparable à une caverne très agréable à vivre.
Le cabinet Tato a expérimenté ce concept pour la première fois dans son projet de maison à Miyamoto. Les espaces verticaux entre les différents étages en acier y avaient été laissés ouverts pour donner l’impression d’espaces flottants et créer une sorte de pièce unique constituée de nombreuses parties en lien les unes avec les autres. Dans la maison de Takatsuki en revanche, le choix du bois comme matériau structurel - pour des raisons de budget -motive l’utilisation de parements verticaux afin que le volume disponible ne soit pas perçu comme une unité mais comme un parcours en terrasses d’environ 70 cm d’écart où chaque dénivelé est une cloison servant de barrière pour créer des coins d’intimité ou, dans certains cas, des surfaces d’appui. Les étages se transforment ainsi en tablespour travailler, manger ou jouer.
Le plan rectangulaire suit une grille diagonale à 45° que Yo Shimada avait déjà adoptée dans la maison de Sonobe pour obtenir une plus grande interpénétration des différentes pièces.
Conformément à ce schéma, la maison se structure en deux parcours en spirale qui montent depuis l’entrée avant de s’entrecroiser dans la pièce à vivre dotée d’une cuisine et d’une salle à manger. C’est à cet endroit, cœur idéal de la maison, que les parcours se séparent à nouveau pour se rencontrer finalement sur le toit.
Dans ce projet qui mise sur l’ouverture et le partage de l’espace pour l’agrandir, la frontière entre semi-public et privé est méticuleusement établie. Pour garantir l’intimité et la confidentialité, les chambres à coucher ne communiquent pas avec les autres pièces du rez-de-chaussée. Tous les autres espaces au contraire sont à la fois des pièces aux fonctions précises et des lieux de passage. L’espace de jeu des enfants, le coin séjour et salle à manger, le bureau, la terrasse sur le toit et même la salle de bain (qui, dans la culture japonaise, est un espace partagé) : autant de lieux où, de manière perméable, on passe et on fait des activités. Cette philosophie de vie se concrétise pleinement dans les perspectives créées par l’ouvrage où chaque pièce se termine et se poursuit dans une autre, aussi bien en montée qu’en descente.
Concernant la palette de couleurs, Yo Shimada a créé un fort contraste entre le bois des sols et le plâtre blanc des murs. Les nombreux détails et inventions de l’ameublement de la « caverne » sont particulièrement accueillants, notamment la lampe en métal à trois pétales sur la table à manger, la trappe sur le mur d’entrée qui permet d’accéder directement à la boîte aux lettres, le lavabo et la coiffeuse dissimulés dans une niche habillée de laiton ainsi que les autres petits coins de rangement cachés. Quant à la chambre d’enfants, elle est conçue comme un tunnel en bois ou un toboggan secret pour passer d’une pièce à l’autre sans être vu.

Mara Corradi

Architects: Tato Architects
Location: Takatsuki, Osaka, Japan
Team: Yo Shimada, Akira Yasuda 

Structure: Takashi Manda Structural Design
Planting: COCA-Z Tatsuya Kokaji
Construction: Shokenkikaku/Naoki Sasahara
Main structure in timber
Site Area: 114.61 sqm

Building Area: 46.37 sqm (40.23% of max 50% of coverage ratio permission)
Total Floor Area: 96.05 sqm (83.81% of max 100% of floor area ratio permission)
Completion:2018
Photography: © Shinkenchiku Sha


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×
×

Restez en contact avec les protagonistes de l'architecture, Abonnez-vous à la Newsletter Floornature