25-01-2017

Ricardo Bofill et l’Université Mohammed VI Polytechnique

Ricardo Bofill,

Maroc,

Universite,

Design,

Terre corroyée,

Ricardo Bofill a remporté le concours pour la construction de l’Université Mohammed VI Polytechnique dans le cadre de la fondation de la Ville Verte Mohammed VI à Ben Guerir, au Maroc. Cœur d'un plus vaste projet d'urbanisme, l’Université Mohammed VI allie les structures préexistantes à la modernité.



Ricardo Bofill et l’Université Mohammed VI Polytechnique
Le nouveau campus de l'Université Mohammed VI Polytechnique de Ben Guerir, au Maroc, est un projet de RBTA, Ricardo Bofill Taller de Arquitectura, développé dans le cadre du master plan de la nouvelle Ville Verte Mohammed VI (VVM6). Voulu par le groupe OCP, l'un des principaux exportateurs mondiaux de fertilisants au phosphate, ce nouveau pôle urbain a été construit près de Ben Guerir, entre Casablanca et Marrakech, où se trouve également un des plus grands établissements de la marque, et l’université conçue par Ricardo Bofill est son centre névralgique. Le but est en effet de créer des emplois dans une région où le taux de chômage est très élevé, à partir de la conception d'une nouvelle génération de scientifiques et de chercheurs qui trouveront dans l'OCP un intérêt professionnel direct, ayant pour objectif de réduire l’émigration et de repeupler la région.
Le concours prévoyait d'intervenir sur une superficie de 55 hectares, en respectant pour les bâtiments une hauteur maximale de 21 mètres. Ricardo Bofill a traduit ces contraintes spatiales par un master plan très dense, orienté par un axe piéton, l'Avenue Mohammed VI, élément récurrent également dans les projets récents de complexes universitaires réalisés par le cabinet Saad El Kabbaj dans trois villes du Maroc. L’évolution de l’axe non rectiligne, mais caractérisé par une ligne brisée, a pour but de créer deux grandes places, une à l'Ouest et une à l'Est, destinées à l'accueil aux deux entrées principales du campus. En grande partie piéton, le master plan est une grille à mailles serrées de bâtiments à développement linéaire parallèle à l’axe, qui s'alternent à des zones très vertes ayant pour but spécifique de permettre des moments de détente. Les instituts et les salles de cours se trouvent quant à eux le long de l'Avenue Mohammed VI, selon un schéma par blocs individuels caractérisés par une structure avec cour.
Le master plan est un carré dont les sommets sont orientés vers les points cardinaux, où les côtés Nord-Ouest et Sud-Est sont clairement identifiés par la bande des blocs résidentiels, des bâtiments indépendants avec cour et plan carré, en ligne avec la géométrie principale. Vers le centre du campus se trouvent ensuite deux grandes zones linéaires occupées par des jardins, où ont été construites d'un côté les structures pour le sport, tandis que de l’autre côté, un espace entièrement vert a été prévu, conçu pour favoriser l’interaction entre la communauté des étudiants et celle des enseignants, ou, dans le futur, pour la conception de jardins potagers et de petits élevages.
Du point de vue de l’imaginaire formel, Ricardo Bofill s'est inspiré de la tradition architecturale marocaine, visible dans toutes les villes principales. De la couleur rouge, inspirée par la terre crue typique de la tradition locale en matière de construction et par le sable du désert, jusqu'aux ouvertures rythmées des façades, interprétées selon le langage de Bofill, dans le but de protéger du rayonnement solaire intense et de favoriser la ventilation naturelle des cours et de l'intérieur des constructions. Les performances environnementales ainsi obtenues ont permis au projet d'obtenir la certification LEED NC.
En étudiant la grille des ouvertures des façades intérieures et extérieures du campus, on remarque la réitération des formes carrées et rectangulaires des brise-soleil, des fenêtres et des grandes baies vitrées, ainsi que dans les vides du périmètre mural. Une interprétation, de mémoire postmoderne, de l’élément décoratif et de masquage de la tradition marocaine. Ainsi, les couvertures des places, des structures métalliques légères avec des panneaux photovoltaïques, sont un insert occidental dans les blocs du complexe qui s'inspire du “ksour" (en arabe, “château”).

Mara Corradi

Architect: Ricardo Bofill Taller de Arquitectura
Client: OCP Group
Location: Benguérir (Morocco)
International competition
Design:
Phase 1A : March 2012 - September 2012
Phase 1B : May 2012 - January 2013
Construction:
Phase 1A : June 2012 - December 2013
Phase 1B : March 2013 - December 2015
Total Floor area: 300,000 sqm
Site area: 540,000 sqm
Floor area Phase 1A + 1B: 65,000 sqm
Surface / Volume:
Total Project: 300.000 sqm
Land Area: 540.000 sqm
Construction Phase 1A + 1B - 65.000 sqm
Contractor / Builder: EMTB - CEGELEC - MAVER - INTERLUX - SGTM - MENASTEEL - RICHE BOIS - ETTOLMY - CASAIS - ABU EISHEH
Consultants: Jacobs, Arup, Strain, Frepi, Casademont, Chemtrol, Poliprograma, Peutz Signes
Investment: Public / Private
Structure in concrete

www.ricardobofill.com

Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×