11-07-2011

Dominique Coulon : école Joséphine Baker

Dominique Coulon associés,

Eugeni Pons,

Paris,

Ecole, Jardines de enfants,

Ciment,

Dominique Coulon a réalisé une école maternelle et élémentaire en l'implantant sur le site d'un HLM dégradé et démoli en 2004 à La Courneuve, dans la banlieue de Paris, une ville qui connaît une renaissance sociale grâce à un nouveau plan d'urbanisme. Cet ouvrage ne nie pas l'histoire du lieu, mais en englobe au contraire la mémoire dans un dessin qui ouvre une ère nouvelle où domine l'orange.



Dominique Coulon : école Joséphine Baker
Le groupe scolaire
Le groupe scolaire Joséphine Baker récemment terminé par Dominique Coulon est un nouveau type d'architecture qui se dresse sur les cendres d'un HLM construit dans la Cité des 4000 bien connue, un projet d'urbanisme de la ville de Paris des années cinquante, qui s'est transformé en quelques années de quartier résidentiel particulièrement peuplé en ghetto pour immigrés.
En se basant sur le plan d'urbanisme mis au point par Bernard Paurd pour le quartier, qui ne méconnaît pas mais récupère les signes laissés par les anciennes planifications, avec la volonté de repartir de l'histoire sans l'ignorer, ce groupe scolaire est caractérisé par des volumes fermés s'étendant horizontalement, interrompus et mouvementés par des ouvertures en saillie, où la couleur contribue aussi à la fragmentation des façades. Le plan dérive de l'opposition des principaux espaces fonctionnels de l'école maternelle et de celle élémentaire, sur lesquels se greffent l'aire de jeux d'un côté et la cafétéria de l'autre grâce à un système de rampes qui entourent le jardin, en créant un anneau ouvert uniquement à la hauteur de l'entrée au sud.
On retrouve les signes de la planification urbaine due aux nombreuses constructions et aux démolitions que ce quartier a subies dans la géométrie des murs intérieurs et extérieurs : l'asymétrie et les lignes brisées créent de nombreux espaces qui donnent l'impression d'avoir été arrachés aux vicissitudes historiques et fortement voulus pour une renaissance du quartier. La ligne qui divise l'édifice en deux du nord au sud à la hauteur de la cour verte est la plus dure, car elle reprend celle des barres d'immeubles Presov et Ravel détruites avec de la dynamite le 23 juin 2004. Datant du plan d'urbanisme de la Cité des 4000, appelée à l'origine la cité des 4000 logements construits à partir de 1956, ces complexes à haute densité démographique se sont transformés au fil des années en ghettos où la ville de Paris déversait les immigrés ou les familles pauvres dont elle débarrassait le centre ville. Cette banlieue, où le niveau de vie était très bas et la sensation d'abandon de la part des institutions plutôt forte, n'a pas tardé à devenir le théâtre d'une grave délinquance. La ville de Paris céda ensuite la Cité des 4000 à la municipalité de La Courneuve et le quartier se réappropria de son identité de communauté, en cessant d'être un faubourg de la métropole. Suite à cela, la politique de réhabilitation urbaine envisagée s'est caractérisée par la démolition de nombreuses “barres de logements" construites entre les années 50 et 60, dont Presov et Ravel.
Dans ce nouvel édifice qui se dresse justement sur le site de la démolition, Dominique Coulon a décidé de ne pas effacer la mémoire de ces événements mais de la conserver comme signe urbain et témoignage d'un passé douloureux ayant engendré une architecture à la fonction et à la nature conceptuelle très différentes. La couleur orange qui envahit les ouvertures et déborde littéralement des rampes semble être un symbole de la renaissance de ce quartier.

Mara Corradi

Projet : Dominique Coulon & Associés, Architectes (Dominique Coulon, Olivier Nicollas)
Collaborateurs : Sarah Brebbia, Benjamin Rocchi, Arnaud Eloudyi et Florence Haenel,
Commettant : ville de La Courneuve
Lieu : La Courneuve, Paris (France)
Projet des structures : Philippe Clément, Cécile Plumier, Frédéric Blanc, Marc Damant et Annie Pikard
Projet du paysage : Bruno Kubler
Surface utile brute : 6 500 m²
Surface nette : 4 500 m²
Fin des travaux : 2010
Photos : (c) Eugeni Pons, Olivier Nicollas et Delphine George

www.coulon-architecte.fr

Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×