21-08-2019

Tato Architects signe la Maison de Sonobe au Japon

Tato Architects,

Yohei Sasakura, Yosuke Ohtake, Shinkenchiku-sha,

Kyoto, Japon,

Ville,

Comptant parmi les plus récents ouvrages résidentiels de Tato Architects, la Maison de Sonobe dans la préfecture de Kyoto met en avant une coutume locale, la construction d’annexes à partir de panneaux en polycarbonate. Tato Architects fait de ces zones de délimitation les espaces les plus utilisés de la maison.



Tato Architects signe la Maison de Sonobe au Japon

Située dans la ville de Nantan dans la préfecture de Kyoto, la Maison de Sonobe est l’un des plus récents exemples de poétique architecturale de Yo Shimada et de son cabinet, Tato Architects, qui s’est particulièrement intéressé ces dernières années à la construction résidentielle. Nous avons déjà abordé dans Floornature l’hôtel Blend Inn où Yo Shimada testait la pertinence d’une installation spatiale pensée non pas pour un programme de logements spécifique mais pour une utilisation flexible au sein d’un quartier en pleine transformation tel que celui de la gare de Nishikujo à Osaka.
Le client de cette maison unifamiliale en bois conçue et achevée en 2017 sur un terrain d’un peu plus de 300 m2 dans la ville qui s’appelait alors Sonobe était un particulier, une famille de seulement trois personnes : un couple et leur enfant. Depuis le 1er janvier 2006, Sonobe et plusieurs municipalités voisines ont fusionné pour former la ville nouvelle de Nantan. Sonobe est restée un district administratif autour duquel se sont développés plusieurs quartiers résidentiels. Construit à partir des années 1990, le quartier dans lequel se trouve aujourd’hui l’ouvrage de Tato Architects se situe dans une zone de collines au sud de la gare. La configuration du plan est typique des régions rurales périphériques avec leurs lots de même taille et leurs délimitations précises des zones bâties. Le quartier se compose de villas de deux étages agrémentées d’un jardin aux toitures à deux versants ou plus.
Parallèlement à ces éléments caractéristiques, Yo Shimada reprend la coutume de doter les maisons de petites annexes généralement utilisées comme remises et construites de manière improvisée par les habitants en bouchant les entrées sur l’arrière ou les vérandas à l’aide de panneaux en polycarbonate ondulé. Ces sortes de terrasses clôturées et fermées font office de buanderie en hiver, notamment en raison du climat humide de la région : ces espaces entourés de panneaux semi-transparents créent en effet une sorte de serre idéale pour sécher le linge. Yo Shimada réinterprète cet élément pour en faire le symbole d’un phénomène local et en le concevant dès le début comme une partie intégrante du logement.
Pour ce faire, il a tout d’abord analysé la façon dont les personnes percevaient ces pièces annexes et a défini leur rôle de limite, de frontière entre intérieur et extérieur, entre privé et public, entre jardin et maison. La refonte de ces espaces « spontanés » avait ainsi pour objectif de les transformer en interfaces entre l’habitation et le contexte extérieur de manière à favoriser leur relation et garantir que les limites dites physiques de l’intérieur puissent se développer tout naturellement.
Yo Shimada a ainsi choisi la façade sud comme principal point d’échange et y a installé deux vérandas ou solariums : l’une au rez-de-chaussée en double hauteur, l’autre au premier étage. Ces espaces donnent sur une façade plate fragmentée complètement revêtue à l’aide des panneaux en polycarbonate susmentionnés. Certaines parties coulissantes de cette dernière permettent d’en modifier l’aspect et donc la configuration intérieure. Montés sur de minces cadres en bois apparents, les modules en polycarbonate translucide, également présents sur une partie du toit, peuvent facilement glisser en fonction des besoins des habitants quand le projet de la façade le prévoit.
Les formes irrégulières de ces espaces ainsi que des autres pièces résultent du choix de diviser le plan rectangulaire de la maison selon des lignes obliques assurant une plus grande interpénétration des surfaces. Au vu des réalisations de Yo Shimada ces dernières années, la double hauteur ici présente dans le solarium et dans le séjour peut être considérée comme un élément récurrent de sa poétique architecturale. Dans la Maison de Sonobe, comme dans d’autres logements, les pièces sont de grands vides n’accueillant que peu de meublespour définir la fonction spatiale. Chacune d’entre elles est toujours associée à une véranda ou à un solarium dans le but d’atténuer la transition entre contexte urbain et contexte privé.

Mara Corradi

Architects: Tato Architects/Yo Shimada
Team: Yo Shimada, Yasue Imai
Structure: Takashi Manda Structural Design
Team: Takashi Manda, Taijiro Kato
Construction: Shoken Kikaku
Location: Nantan, Kyoto, Japan
Project year: 2017
Completion: 2017
Structure in timber
Site Area: 331.1 sqm
Building Area: 84.59 sqm (25.55% of max 50% of coverage ratio permission)
Total Floor Area 120.57 sqm (36.41% of max 80% of floor area ratio permission)
First floor: 78.59 sqm
Second floor: 41.98 sqm
Photos by: © (14-18) Yohei Sasakura, (01-13) Shinkenchiku_sha, (19-20) Yosuke Ohtake

https://tat-o.com/


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×