25-06-2019

Serpentine Pavilion le projet de Junya Ishigami a été inauguré

Junya Ishigami,

Iwan Baan, Norbert Tukaj, John Offenbach, Taran Wilkhu,

Londres,

Pavillons,

Serpentine Pavilion,

Un paysage qui vit à l’intérieur et à l’extérieur de l’édifice même, c’est dans ces termes que l’architecte Junya Ishigami a présenté au public son projet pour le Serpentine Pavilion, le pavillon temporaire qui accueillera les événements estivaux de la Serpentine Gallery de Londres du 21 juin au 6 octobre 2019.



Serpentine Pavilion le projet de Junya Ishigami a été inauguré

Le 20 juin a marqué l’inauguration du nouveau Serpentine Pavilion, la structure temporaire qui selon la tradition est aménagée au cœur des Kensington Gardens de Londres, juste en face de la Serpentine Gallery, pour accueillir ses événements estivaux jusqu’au 6 octobre 2019. Chaque année, le projet du pavillon temporaire est confié à un architecte différent, et la notoriété internationale ne suffit pas pour se voir attribuer cette mission. En effet, le choix de l’architecte est soumis à une condition sine qua non, celle de n’avoir jamais réalisé d’ouvrages sur le territoire britannique. Preuve concrète de l’importance sur le plan artistique, et pas seulement, de la contamination et du lien avec des expériences nouvelles et différentes. Pour l’année 2019, c’est l’architecte Junya Ishigami qui s’est vu confier ce rôle prestigieux. L’architecte japonais a travaillé pour le cabinet SANAA de Kazuyo Sejima + Ryue Nishizawa avant de fonder son propre cabinet « Junya Ishigami + Associates » en 2004. En 2010 il a reçu le Lion d’or à la Biennale d’Architecture de Venise, et en 2018 il s’est vu consacrer une exposition importante à la Fondation Cartier pour l’art contemporain de Paris.
Junya Ishigami est le deuxième plus jeune architecte dans l’histoire du Serpentine Pavilion après l’architecte mexicaine Frida Escobedo, auteure du pavillon temporaire de l’édition 2018.

Un paysage qui vit à l’intérieur et à l’extérieur de l’édifice même, c’est le concept du projet réalisé par l’architecte Junya Ishigami pour le Serpentine Pavilion.
L’environnement naturel, le cadre dans lequel se trouve l’édifice, fait toujours partie intégrante de ses projets. On pense notamment à ses ouvrages les plus célèbres, avec le lac artificiel réalisé à Rizhao en Chine et le déplacement de plus de 300 arbres dans la forêt de Tochigi au Japon. En plus de cette composante que l’on retrouve dans toutes les œuvres de l’architecte japonais, même les plus simples et les plus poétiques, se cachent de véritables défis techniques et des réflexions sur le rôle de l’homme dans l’architecture. En effet, l’architecte est réputé pour ses structures expérimentales qui interprètent les méthodes de construction de l’architecture traditionnelle et reflètent les phénomènes naturels. Pour la réalisation du Serpentine Pavilion, Junya Ishigami a utilisé l’ardoise comme matériau principal, et il s’est inspiré de l’élément architectural par excellence, le toit. Le toit répond au besoin primaire que l’homme recherche dans l’architecture, un abri, une protection contre les phénomènes naturels et leurs excès. Cette considération nous invite à un autre raisonnement : les toits, et notamment les toits en ardoise, sont présents dans le monde entier. C’est en se basant sur ces réflexions que l’architecte a réalisé une structure qui sort directement du sol du jardin situé en face de la Serpentine Gallery, telle une colline de pierres sortant d’un pré. La structure part de la forme naturelle du sol pour s’élever sur de fins piliers et devenir un seul grand toit à baldaquin composé de tuiles d’ardoise. Junya Ishigami recherche une harmonie entre les structures créées par l’homme et celles de la nature. En effet, l’intérieur du Pavillon rappelle une grotte naturelle, un refuge pour la contemplation. L’architecte joue également avec les perceptions des spectateurs, vu de près le Pavillon apparaît dans toute sa matérialité avec son toit en pierre, et vu de loin et dans l’ensemble il ressemble à un seul tissu flottant et léger prêt à s’envoler à la moindre brise.

(Agnese Bifulco)

Date: 21 June - 6 October 2019
Architect: Junya Ishigami + Associates
Location: Serpentine Gallery, London, UK
Photography © 2019 Iwan Baan, John Offenbach, Norbert Tukaj, Taran Wilkhu
www.serpentinegalleries.org


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×