11-09-2020

Raúl Sánchez signe le Duplex Tibbaut dans le quartier du Raval à Barcelone

Raúl Sánchez,

José Hevia,

Barcelone, Espagne,

Appartement,

Dans son projet pour le Duplex Tibbaut, Raúl Sánchez a réuni deux appartements en un duplex en créant une « boîte dans une boîte » qui divise et organise l’espace. Les deux étages autrefois séparés et tout en longueur sont mis en valeur dans le cadre d’une nouvelle unité basée sur la circularité.



Raúl Sánchez signe le Duplex Tibbaut dans le quartier du Raval à Barcelone

Le duplex Tibbaut réunit les deux appartements - l’un au rez-de-chaussée et l’autre en mezzanine - d’un modeste immeuble situé dans le Raval, l’effervescent quartier du centre de Barcelone. L’architecte Raúl Sánchez s’est vu confier la mission de restructurer deux logements que le client avait achetés pour en faire une seule habitation comprenant des espaces d’étude et de travail.
L’immeuble s’inscrit dans le dense rideau d’édifices caractéristique des rues du quartier où les façades donnent sur le front de rue et l’arrière des bâtiments sur de petites cours. Les deux étages d’environ 50 m² sont disposés selon un plan rectangulaire long et étroit que l’architecte a dû agencer de manière non conventionnelle pour pouvoir insérer plusieurs pièces et usages distincts.
Une condition à laquelle Raúl Sánchez est souvent confronté comme l’illustrent ses récentes interventions dans un cabinet dentaire et dans le sous-sol Tibbaut - tous deux à Barcelone - des ouvrages se singularisant par l’exiguïté des espaces, des ouvertures sur l’extérieur uniquement tournées dans une seule direction voire inexistantes et où le plus grand défi était avant tout la création de passages permettant la circulation intérieure.
Le projet s’est ici attelé à transformer les deux niveaux en un duplex afin de créer un espace en double hauteur sur l’arrière du logement permettant d’établir une communication visuelle entre les deux pièces à vivre, c’est-à-dire le séjour au rez-de-chaussée et la cuisine à l’étage. La percée et le renforcement corollaire de la dalle ont donné à Sánchez l’occasion de réfléchir sur le dialogue entre les niveaux qu’il a accentué en introduisant une structure verticale faisant office de nouveau pivot spatial. Cette « boîte dans la boîte » prend la forme d’un compartiment porteur de 2 mètres de côté à double plan carré. Non communicant, il est situé au centre de l’espace et se détache des murs périphériques. Les deux compartiments carrés sont tournés à 45° de sorte qu’ils ne se touchent que sur leur pointe. Son parallélisme par rapport à l’axe principal du logement crée une symétrie qui n’existait pas auparavant ainsi qu’une circulation interne donnant naissance à une nouvelle perspective au sein de l’habitation.
Les blocs verticaux accueillent les fonctions fondamentales. Le premier abrite la cage d’escalier qui permet enfin de faire communiquer les deux étages, notamment en termes de passage. Le deuxième se divise en deux et contient la salle de bains ainsi que la douche au rez-de-chaussée et un matelas deux places à l’étage. Indépendants, les deux blocs ne sont pas tournés l’un vers l’autre mais chacun définit, via des lignes obliques, un espace spécifique de la maison : dans le premier cas, le palier de l’escalier et les pièces à vivre semi-publiques aux différents étages. Dans le deuxième, la zone de couchage avec un lit niché dans une sorte de baldaquin revêtu de panneaux en bois noir. Aucune autre cloison n’est nécessaire, seules des portes en verre translucide pour fermer l’accès aux pièces les plus intimes : la salle de bains et la chambre. Les cloisons restantes, agrémentées parfois de niches parfois d’étagères, se positionnent ainsi en fonction du bloc central.
Chaque étage tourne autour de ce dernier qui revêt une signification esthétique particulière via la peinture : or sur l’extérieur et noir à l’intérieur, des couleurs qui contrastent nettement avec la blancheur des murs, des sols et des meubles.

L’étage du haut se transforme en un deux-pièces avec cuisine, chambre et sanitaires particulièrement lumineux grâce au bloc de distribution central qui permet à la lumière d’entrer depuis les deux façades vitrées. Espace libre et modulaire, l’étage du bas peut en revanche être utilisé comme séjour, cabinet de travail ou petite galerie d’exposition. Un triptyque de fresques réalisé par un artiste brésilien sur l’un des murs aveugles représente en effet l’un des grands attraits de l’appartement. C’est vers ce triptyque que l’architecte a décidé de placer le palier de l’escalier, suggérant ainsi qu’il constitue le début et la fin d’un parcours.

Mara Corradi

Architects: Raúl Sánchez
Location: Raval neighborhood (Barcelona)
Engineering: Marés ingenieros
Structure: Francisco Moyano
Architecture interns: Pau Just / Victor Lorente
Project: 2016
Construction: January/August 2017
Client: Private
Built surface: 110 sqm

Photography: © José Hevia


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×
×

Restez en contact avec les protagonistes de l'architecture, Abonnez-vous à la Newsletter Floornature