17-03-2021

Perspektiv réalise les bureaux de FEG Fortuna Entertainment Group à Prague

Studio Perspektiv,

Studio Flusser,

Prague,

Bureaux,

Situé dans le centre de Prague, le nouveau siège de FEG Fortuna Entertainment Group est un parfait exemple d’aménagement de bureau post-pandémie. Pour remplacer les open spaces, le cabinet tchèque Perspektiv a misé sur la connexion verticale des étages ainsi que sur les espaces de travail informels et sur un graphisme à grande échelle.



Perspektiv réalise les bureaux de FEG Fortuna Entertainment Group à Prague

Nous nous attardons ici sur les bureaux, plus particulièrement sur leur aménagement intérieur dans le contexte actuel en prenant pour exemple le projet débuté en 2019 et achevé fin 2020 réalisé par Perspektiv pour le nouveau siège de Fortuna Entertainment Group.
Le concept de bureau du futur ou de bureau post-pandémie est sur toutes les lèvres depuis des mois, plus précisément depuis que les villes ont vu s’éteindre presque totalement les lumières de leurs grands complexes tertiaires transformés en cathédrales d’un passé peut-être perdu à jamais. Dans un laps de temps très court en effet, nous avons vu s’imposer ce qui aurait pu être prévu d’ici quelques années, à savoir l’avènement du télétravail et la réorganisation complète des horaires et des espaces professionnels dans des lieux n’ayant plus rien à voir avec les précédents.
Comment peut-on aujourd’hui repenser les bureaux et de quelle façon se réinventeront-ils dans le futur proche ? Une question qui s’impose non pas seulement en cette période de transition - où le temps et l’espace de travail se répartissent entre notre domicile et un bureau en mutation où les surfaces se dilatent et le personnel se réduit - mais surtout en prévision d’un avenir où la flexibilité professionnelle deviendra pour beaucoup une possibilité concrète.
Telles étaient les conditions préalables du maître d’ouvrage du cabinet Perspektiv, un grand opérateur de paris sportifs fondé en 2009 à Prague : FEG Fortuna Entertainment Group. Né et développé pendant la pandémie, ce projet avait pour objectif de réunir dans un même siège les différents services de l’entreprise et d’expérimenter un agencement flexible des bureaux pour les employés. Situé au sein du grand complexe tertiaire Churchill II dans le centre-ville de Prague, le projet d’une surface de 7 300 m² sur 4 étages opérationnels ainsi qu’une terrasse sur le toit concernait 700 employés de 28 nationalités collaborant selon des modalités de travail flexibles. Si l’on regarde le plan des étages, la première chose qui retient l’attention est l’abolition des open spaces. Les espaces ouverts uniques et non partagés passent en effet à la trappe. Du reste, beaucoup d’architectes l’affirment depuis longtemps : les open spaces ne favorisent ni la concentration, ni la collaboration et encore moins la communication. Le concept et la philosophie à la base de l’enfilade de bureaux dans des locaux infinis qui faisaient souvent partie du paysage anonyme des banlieues sont aujourd’hui obsolètes. Perspektiv a au contraire agencé l’espace de FEG en une multitude de cellules de travail : de petites et de moyennes dimensions, elles se caractérisent par des cloisons partiellement transparentes, souvent entrecoupées par des espaces déstructurés agrémentés de tables basses et de sièges informels où s’asseoir librement. Ces zones ne sont pas considérées, comme par le passé, comme des espaces de réunion ou d’attente pour les visiteurs ou pour les clients mais, au contraire, comme des lieux de travail à part entière, de véritables « coutures » spatiales où poursuivre ses tâches d’une autre façon.
Ces espaces s’inspirent directement des bureaux de télétravail. L’interruption du flux de travail, par exemple en changeant de poste ou de position, la possibilité de s’asseoir autrement ou d’aller dans une autre pièce ou dans un autre contexte en fonction de ses activités - et ainsi de les effectuer d’une autre manière - participent à l’idée qu’il est nécessaire d’adopter de nouvelles postures et de nouvelles perspectives au fil de la journée.
Ces espaces ouverts de style informel découlent notamment de l’apparition de ce que l’on appelle les « hot desks », à savoir des postes de travail non réservés à des employés en particulier et dont la quantité est donc inférieure au nombre de salariés. Dans la mesure où il est désormais nécessaire d’osciller entre télétravail et présentiel, les nouveaux bureaux prévoient, à côté des bureaux individuels et personnels, des postes entièrement équipés mais non réservés et qui peuvent donc être utilisés en fonction des horaires ou des besoins par des employés différents. Perspectiv a introduit dans l’agencement des « cabines téléphoniques », des petites pièces protégées et insonorisées pour des appels vidéo rapides dotées de tabourets et de plans d’appui. On trouve également des « Scrum rooms » conçues pour les discussions de groupe interactives et dynamiques ainsi que des salles de réunion de plusieurs tailles également pensées pour les évènements et la formation ; elles ne prennent toutefois plus la forme d’espaces fixes et fermés sur l’extérieur mais donnent au contraire en grande partie sur la ville et, surtout, elles sont dotées de technologies permettant la participation d’intervenants à distance. Ces salles sont entrecoupées par des « huddle rooms », des petites pièces séparées équipées pour de courtes réunions, pour des visioconférences et pour des sessions de brainstorming virtuelles nécessitant une plus grande concentration.
Dans un certain sens, tout ce qui a été enlevé en termes d’ouverture et de perception d’ensemble en abolissant les open spaces a été réintroduit dans les bureaux FEG en créant un solide axe de communication verticale entre les étages, à savoir via l’escalier doté d’un parapet en métal blanc dont les lignes sinueuses se détachent par rapport au parquet. Contrairement au passé, les seuils des étages ne sont plus traités comme de simples zones de passage, comme des « non-lieux » de bureaux anonymes et sans importance. En effet, pour Ján Antal et Martin Stára de Perspektiv, ils deviennent le cœur de parcours, des moments de halte toujours enrichis par des espaces de médiation et d’échange comme des coins café agrémentés par de confortables sièges et canapés ou par des tables hautes et des tabourets. Ces espaces informels permettent à la fois de recevoir les clients et d’organiser des réunions impromptues au sein de pièces fluides, ergonomiques et équipées de toutes les technologies nécessaires. Les cafétérias ont quant à elles été appréhendées comme des « smart canteens », c’est-à-dire des lieux modulaires où les tables peuvent être réorganisées en postes de travail pour garantir la distanciation sociale lorsque le nombre d’employés présents l’exige.
Parmi les espaces supplémentaires ici considérés comme essentiels, on trouve une terrasse-jardin sur le toit communiquant visuellement avec les salles de réunion et de travail et à laquelle on peut accéder pour se détendre ainsi que plusieurs espaces de loisirs et de divertissement à l’état pur, notamment une salle de jeux avec un billard et des consoles de jeu et une salle de fitness.
Les murs de tous ces nouveaux espaces - fragmentaires, distincts et garantissant la distanciation - ont été décorés par le célèbre illustrateur Adam Mihalov dont le style épuré inspiré de l’animation 3D parvient à exprimer, en parfaite adéquation avec la mission de l’entreprise, la passion des amateurs de sports pariant responsablement. Tous les espaces de rencontre et d’échange sont ornés de ses illustrations à grande échelle, devenues les véritables décors des réunions et des rencontres informelles. Le dynamisme du style d’Adam Mihalov a engendré une continuité entre les pièces, des plus petites - comme le local de la photocopieuse - aux plus grandes, comme la cafétéria, donnant ainsi à tout le personnel l’impression de faire partie d’une même équipe et d’avoir en commun plus qu’un métier : une passion.
En bref, ce projet illustre parfaitement le concept de nouveaux bureaux pour les petites collectivités aptes à devenir, comme le soutient Michele De Lucchi, des lieux de partage et de motivation. Des lieux où l’on aime se rendre sans être tenu de le faire et où la proximité avec les autres peut encore donner vie à une communion informelle de pensées, de suggestions et de méthodes que le télétravail ne permet pas.

Mara Corradi

Architects: Studio Perspektiv
Author: Ján Antal, Martin Stára
Co-author: Barbora Babocká, Eva Schilhart Faberová, Vojtěch Hasalík, Barbora Janíková
Project location: Italská 2584/69, Prague 2, Czech Republic
Project year: 2019
Completion year: 2020
Usable Floor Area: 7300 sqm
Client: Fortuna Entertainment Group
Garden architect: Atelier Šteflovi
Illustrator: Adam Mihalov
Photographer: Studio Flusser, www.studioflusser.com

www.perspektiv.cz
www.adamihalov.com
www.ateliersteflovi.cz


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×
×

Restez en contact avec les protagonistes de l'architecture, Abonnez-vous à la Newsletter Floornature