18-01-2012

Libeskind : Dresden Museum of Military History

Daniel Libeskind,

© Bitter Bredt,

Dresden, Allemagne,

Musees, Temps libre, Centre Culturel,

simultanées,

Ciment, Vitre,

Le Musée d'Histoire militaire de Dresde rénové est aujourd'hui le musée le plus grand d'Allemagne. Avec une surface d'exposition d'environ 20 000 mètres carrés, c'est le dernier édifice déconstructiviste de Daniel Libeskind. La synthèse entre la sculpture et l'architecture est représentée par une grande flèche qui s'insère dans l'histoire, un volume sans orientation qui perfore un édifice en créant des parcours qui se croisent.



Libeskind : Dresden Museum of Military History
Le projet de Daniel Libeskind, qui avait remporté en 2001 le concours pour l'agrandissement du Musée d'Histoire militaire à Dresde, a été porté à terme en 2011. Ce musée, un exemple de la poétique déconstructiviste de l'architecte américain d'origine polonaise, est un ouvrage où le langage contemporain s'insère, métaphoriquement et concrètement, dans l'édifice historique.
Gemma Belli, dans “ Architettura: una storia a ritroso” (Architecture : une histoire à rebours)de Gabriella D'Amato (Ed. Bruno Mondadori) décrit la Vitra Fire Station de Zaha Hadid comme un «& “mouvement congelé” qui exprime une tension de l'état d'alarme, prête à exploser en action d'un moment à l'autre ». L'intervention de Libeskind pour le Musée d'Histoire militaire de Dresde semble au contraire avoir dépassé cet instant et, pour continuer avec les symboles, semble immortaliser l'instant qui suit la déflagration, quand la cassure vient de se produire, quand les règles ont été abattues et que l'on perçoit toute la fureur du bouleversement. Si cette réflexion est valable pour les autres projets célèbres de l'architecte comme le Musée juif de Berlin, où l'affaissement superficiel semble être la cause des” blessures” sur les façades, ou le Crystals at CityCenter de Las Vegas, qui veut simuler l'implosion d'un édifice et les décombres qui en dérivent, dans le musée de Dresde, Libeskind tient compte de l'histoire, représentée par l'arsenal en style néoclassique construit en 1876 et devenu le musée de la guerre et des forces militaires d'abord saxonnes, puis nazies, soviétiques et pour finir de l'Allemagne de l'Est. Il le “coupe” sans hésitation avec un volume de verre et d'acier de cinq étages qui non seulement s'insère dans l'architecture préexistante, en y ouvrant une brèche, mais la transperce : son plan en flèche ne laisse pas la place aux interprétations, en marquant la façade principale du musée avec sa pointe impétueuse.
On pourrait discuter pendant des heures et des heures d'une telle charge communicative : le symbole du contemporain qui fait irruption dans l'histoire pour l'arrêter, la nier ou la critiquer, avec une double référence aux événements de l'architecture (du Déconstructivisme qui brise les impératifs du moderne) et à ceux de la politique et de l'histoire humaine (de l'homme qui regarde en arrière et décide de transformer les reliques d'un passé grave et encombrant en musée pour le surmonter, en le rendant spectaculaire).
Le résultat est une sculpture qui s'insère dans l'architecture, un bloc à l'aspect sévère et compact (malgré la transparence qui ressort quand il est éclairé de l'intérieur), sans orientation en dépit de la direction de la flèche, dont le dynamisme aveugle montre par contraste toute l'immobilité de l'édifice du dix-huitième siècle, le symbole d'un passé ahuri et incapable.
Le ventre de cette sculpture en forme de flèche propose un parcours au rythme syncopé, où les surfaces obliques en béton apparent fendent les plafonds arqués et les murs perpendiculaires, en montrant le spectacle du conflit.

Mara Corradi


Projet : Architekt Daniel Libeskind AG
Commettant : Federal Republic of Germany
Lieu : Dresde (Allemagne)
Exhibition design : Barbara Holzer--Collaboration Holzer Kobler Architekturen and HG Merz Architekten
Projet des structures : GSE Ingenieur-Gesellschaft mbh
Projet de l'éclairage : Delux AG
Projet du paysage : Volker von Gagern
Supervision technique : Reese Lubic Wöhrlin Gesellschaft von Architekten mbH
Surface d'exposition : 20 000 m²
Concours : 2001
Fin des travaux : 2011
Structure en acier et en ciment
Façades : Josef Gartner GmbH
Photos : (c) Bitter Bredt

daniel-libeskind.com


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×