11-12-2020

Le cabinet El Equipo Mazzanti signe l’agrandissement de la Fondation Santa Fe à Bogota

El Equipo Mazzanti,

Alejandro Arango,

Bogotá, Colombia,

Hopitaux,

Dans son projet d’agrandissement pour la Fondation Sante Fe à Bogota, El Equipo Mazzanti réinterprète les rapports entre intérieur et extérieur en milieu hospitalier. Le mur en briques traité comme un revêtement flexible laisse en effet entrer la ville, la végétation et la lumière dans les chambres des personnes hospitalisées ainsi que dans les espaces prévus pour leur famille.



Le cabinet El Equipo Mazzanti signe l’agrandissement de la Fondation Santa Fe à Bogota

Située entre deux artères traversant Bogota du nord au sud - la Carrera 7 et l’Avenida Carrera 9 dans le quartier d’Usaquém - la Fondation Santa Fe a récemment été agrandie d’après un projet signé par El Equipo Mazzanti. S’étant développé en plusieurs étapes et sans plan directeur à partir de 1972, l’établissement est l’un des hôpitaux privés les plus réputés du pays. La réalisation d’un nouvel agrandissement est le fruit d’un concours, remporté par le cabinet de Giancarlo Mazzanti, organisé il y a quelques années pour répondre à la nécessité de mieux gérer le rapport avec le contexte urbain et les flux d’entrée et de sortie.
Comptant parmi les plus prestigieux établissements médicaux de Colombie, la Fondation Sante Fe est depuis toujours tournée vers l’enseignement et le bien-être des personnes ainsi que de la société. Le concours souhaitait que le nouvel ouvrage représente les aspirations de la Fondation autant dans sa forme que dans ses choix de composition. Il exigeait, entre autres, l’utilisation de briques - le matériau caractérisant le reste du complexe construit à partir des années 70 - mais d’une manière innovante. Mazzanti est parvenu à donner naissance à un édifice surprenant à la fois pour les personnes qui le contemplent depuis l’extérieur et pour les personnes qui utilisent ses locaux et ses services à l’intérieur.
En ce qui concerne le programme, le plan directeur de Mazzanti a ajouté à la structure d’origine comprenant les urgences, l’hôpital universitaire et les services de consultation deux bâtiments au nord du site entre les deux Carrera. Le plus bas de ces édifices accueille les hospitalisations. Celui en forme de tour est quant à lui réservé aux unités de soins intensifs. Même si les deux édifices ne sont reliés volumétriquement qu’à la base du hall principal, ils fonctionnent comme un seul et même bâtiment grâce à des passerelles, des escaliers et des rampes aériennes qui assurent leur liaison. Les passerelles permettent une connexion facile, directe et pouvant être adaptée aux flux, quelle que soit leur direction.
La tour de soins intensifs de Mazzanti compte 13 étages ainsi que trois niveaux souterrains pour les parkings. En retrait par rapport à la délimitation nord du site, elle se trouve dans une position perpendiculaire. Sa façade principale est ainsi tournée vers l’Avenida Carrera 9 pour laisser place à la construction d’un grand hall dont la toiture praticable et partiellement végétalisée a été conçue comme une place surélevée. La tour et son parvis deviennent non seulement un portail d’entrée mais aussi un espace semi-public protégé de la circulation par l’escalier d’accès. Au-dessus du parvis, les poutres en V en béton constituant la structure de la tour sont laissées apparentes tandis que la brique est utilisée comme écran protecteur et respirant.Étonnamment, ce qui de loin se présente comme un bloc de briques, se décompose de près en plusieurs textures permettant de répondre aux différentes nécessités d’éclairage de chaque étage. Un grand solarium d’une hauteur de trois étages s’ouvre au sommet de la tour au niveau du grand cercle formé dans le revêtement en briques. En renfoncement par rapport au ras de façade et flexible de par la nature même de sa construction, cette zone symbolise un poumonen train de respirer. Plusieurs espèces de végétaux ont été sélectionnées et plantées pour attirer les papillons ainsi que les oiseaux et pour créer une barrière de protection contre la poussière, les odeurs et le bruit de la ville.
S’attelant à réinterpréter aussi bien le fond que la forme, l’architecte colombien a revisité le concept d’hospitalisation en conviant dans les espaces intérieurs la lumière et la nature afin d’en faire des éléments à part entière du processus de guérison des patients. Tenu d’utiliser la brique afin de préserver la continuité urbaine de l’établissement, il a analysé le potentiel des matériaux d’un nouveau point de vue : son cabinet a en effet élaboré un revêtement où la brique travaille en extension et non pas en compression grâce à des câbles en acier et des dalles qui supportent et maintiennent les briques ensemble à l’instar d’un tissu. Dans la tour construite pour accueillir les unités de soins intensifs, cette solution a permis de doter le bâtiment d’un revêtement léger à même d’atténuer l’ensoleillement et ainsi, si nécessaire, également les températures tout en faisant entrer davantage de lumière naturelle dans les chambres des patients en vue d’accroître leur confort. Traditionnellement associés aux maçonneries compactes, les modules en briques, réunis pour créer des chaînes et des trames, révolutionnent le concept même de mur.
L’abondance d’éclairage naturel à l’intérieur a également permis de mettre en œuvre une autre étape fondamentale dans la guérison des patients : l’introduction de plantes dans l’hôpital afin de favoriser, comme des études l’ont prouvé, une convalescence plus rapide.
Réfutant l’idée commune selon laquelle les hôpitaux devraient être des lieux clos et que les personnes hospitalisées devraient être coupées du monde d’extérieur, notamment en termes d’espaces, Giancarlo Mazzanti a travaillé sur l’enveloppe architecturale pour transcender le concept de « boîte » pour malades. Il a ainsi concentré son attention sur le rôle essentiel joué par un contexte agréable et par les relations humaines dans le processus de guérison et transformé son revêtement en peau perméable à l’air et à la lumière pour convier la végétation et ses racines à l’intérieur de façon à en faire des éléments de traitement à part entière. Mazzanti a franchi le cap de ne plus considérer l’hôpital comme un endroit où aller parce que l’on est malade pour en faire un endroit où aller parce qu’il peut aider à guérir. Ce changement de perspective par rapport à ce qu’il qualifie « d’anomalie » du système traditionnel est l’un des éléments clés de la pensée d’El Equipo Mazzanti.

Mara Corradi

Architects: El Equipo Mazzanti
Architect: Giancarlo Mazzanti
Client: Santa Fe de Bogotá Foundation
Location: Bogotá, Colombia
Gross useful area: 32000 sqm
Competition: 2012
Start of work: July 2014
Completion of work: December 2016
Photographs: © Alejandro Arango

Leadership in Energy and Environmental Design (LEED) standards
First institution in Latin America to be certified in "Excellence in Person Centered Care" with
Planetree in silver level
The best design and planning of the ICU for adults by the Worlds Intensive Care Unit association in association with the AIA.

www.elequipomazzanti.com


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×
×

Restez en contact avec les protagonistes de l'architecture, Abonnez-vous à la Newsletter Floornature