09-01-2019

JKMM : le nouveau musée souterrain Amos Rex à Helsinki

JKMM,

Mika Huisman, Hannu Rytky, Tuomas Uusiheimo,

Helsinki, Finlande,

Musees,

JKMM aborde avec une approche radicale le projet de l’agrandissement de l’Amos Anderson Art Museum au cœur d’Helsinki. JKMM creuse les espaces du nouvel Amos Rex sous la place située à l’arrière du Lasipalatsi, le pavillon moderniste de 1936 redécouvert et rénové dans le cadre du projet de l’Amos Rex.



JKMM : le nouveau musée souterrain Amos Rex à Helsinki
En plein cœur d’Helsinki, entre les quartiers dynamiques de Kamppi et Kluuvi, on peut désormais admirer un nouveau musée dans la continuité de l’Amos Anderson Art Museum, situé à quelques pas, dans la rue Yrjönkatu. Amos Rex, c’est ainsi qu’a été baptisé cette structure d’appui souterraine, a été réalisé par le cabinet finlandais JKMM sous la place du Lasipalatsi, un pavillon fonctionnel datant de 1936 qui est toujours en activité avec des restaurants, des magasins et un cinéma.
Lorsque l’on se trouve dans le cœur de la ville, l’histoire d’Helsinki est partout autour de nous. Les grands magasins Stockmann style Art déco sur la Mannerheimintie, le musée Kiasma de Steven Holl au nord, la chapelle Kamppi du cabinet K2S au sud, le palais néoclassique du Parlement de Johan Sigfrid Sirén et, un peu plus loin, le Finlandia Hall d’Alvar Aalto en marbre de Carrare.
La volonté d’en faire le nouveau rendez-vous culturel pour remettre la ville sur le devant de la scène s’exprime dans l’audace stylistique de l’architecture, qui semble se terrer pour toutefois se montrer dans toute sa charge médiatique. Lorsque ce projet a été élaboré, en collaboration avec la municipalité qui a concédé le terrain, l’une des questions les plus importantes était la configuration du site, en réalité l’arrière du pavillon Lasipalatsi, un complexe en forme de U reposant sur des piliers qui embrassait une place alors vide qui avait néanmoins une grande valeur historique. En effet, à cet endroit s’élevaient le terrain pour la parade militaire et les casernes de style néoclassique détruites pendant la guerre civile, guerre qui a atteint son paroxysme lorsque la Finlande a proclamé son indépendance de la Russie, il y a exactement 100 ans. Si conserver ce vide laissait une trace tangible du passé, la nécessité de consacrer un espace à des expositions et à des événements d’intérêt culturel exigeait une solution radicale. Ainsi, JKMM a transformé la place en grande toiture et le sous-sol en galerie d’exposition de 6 230 m². L’intuition de réaliser un toit à lucarnes, qui ne sont que les voûtes des salles souterraines, concrétise le lien entre le musée et la ville, entre son présent culturel et les événements de son passé, entre le temps de l’expérience contemplative et les heures qui passent à l’extérieur. Sur la place, autour de la tour du Lasipalatsi qui porte désormais le logo du musée, surgissent des dômes en béton décoré hauts de quelques mètres, de formes et de tailles différentes, qui se terminent par des lucarnes rondes tendant vers l’espace ouvert. En réalité ce sont des tunnels qui captent la lumière pour qu’elle pénètre dans les espaces d’exposition souterrains tout en permettant aux passants de jeter un coup d’œil à l’intérieur. Auparavant, les gens traversaient simplement la place, maintenant ils s’arrêtent, se prélassent au soleil sur les pentes douces artificielles, s’assoient, jouent… Ce qui était une place vide est devenu un parc urbain, un lieu chaleureux, un lieu de rencontre, valorisant sa vocation civique.

Du point de vue de l’agencement intérieur du musée, la structure des grandes lucarnes en forme de dôme a permis de réaliser une salle de 2 200 m² sans colonnes, offrant une flexibilité et un décor imposant au système d’exposition.
L’entrée de l’Amox Rex se trouve au niveau du Lasipalatsi sur la Mannerheimintie. Dans le hall, un escalier mène au niveau supérieur où l’on retrouve le foyer du cinéma et auditorium Bio Rex, restauré par JKMM dans le cadre du projet de l’Amos Rex afin de retrouver l’aspect original du bâtiment dans les années trente, les finitions, la couleur des murs et le mobilier. En effet, la création du nouveau musée a été l’occasion de redécouvrir ce pavillon érigé pour les Jeux olympiques de 1940 (reportés à 1952) qui à l’origine ne devait être que temporaire, un bâtiment polyvalent dont les jeunes architectes Viljo Revell, Heino Riihimäki et Niilo Kokko ont soigné chaque détail, des lampes au mobilier, en passant par les tapisseries et la vaisselle, comme s’il s’agissait d’un chef-d’œuvre absolu de l’époque du modernisme finlandais.

Mara Corradi

Architects: JKMM 
Leading architect: Asmo Jaaksi 
Project leaders: Freja Ståhlberg-Aalto, Katja Savolainen 
Project team: Teemu Kurkela, Samuli Miettinen, Juha Mäki-Jyllilä, Edit Bajsz, Christopher Delany, Markus Manninen, Marko Pulli, Katariina Takala, Jarno Vesa, Jussi Vepsäläinen, Päivi Meuronen, Noora Liesimaa 
Location: Helsinki (Finland)
Client: Föreningen Konstsamfundet, The Amos Anderson Art Museum, The City of Helsinki Surface: 13,000 sqm 
Completion: 2018

Photos by: © Tuomas Uusheimo, Hannu Rytky, Mika Huisman

https://jkmm.fi/

Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×