13-04-2016

Alberto Campo Baeza et le Raumplan pour une maison à Madrid

Alberto Campo Baeza,

Madrid,

Ville, Housing,

Ciment,

La Raumplan house d'Alberto Campo Baeza est l'application des théories d'Adolf Loos. Campo Baeza fait une réflexion sur le potentiel actuel du Raumplan en tant que développement spatial, en réalisant une habitation "muette" de l'extérieur dont le point de vue principal est de l'intérieur.



Alberto Campo Baeza et le Raumplan pour une maison à Madrid

Alberto Campo Baeza conçoit une nouvelle maison à l'Aravaca, un quartier du Nord-Ouest du centre-ville de Madrid, qui s'appuie sur le développement spatial du Raumplan d'Adolf Loos. 
Campo Baeza souligne lui-même que le règlement de construction exigeait d'occuper avec cette nouvelle construction une surface carrée de 12 mètres de chaque côté sur une superficie d'environ 500 mètres carrés de terrain. Cette contrainte est le point de départ d'une réflexion concernant l'habitation unifamiliale avec un développement en hauteur, d'un intérêt particulier dans ce quartier où l'on peut bénéficier d'une vue à couper le souffle sur la ville et sur ses quatre gratte-ciel, Crystal, Caja, Espacio et Pwc.
Comme pour Loos qui inventa cette solution spatiale, le Raumplan de Campo Baeza met la forme externe de l'architecture en second plan, car conséquence directe du développement de l'environnement interne. À partir du rez de chaussée, le plan est divisé en quatre carrés de 6 x 6 mètres (auxquels on ajoute la cage d'escalier sur le côté nord) alors que pour passer d'une surface carrée à l'autre, la hauteur du plan augmente selon l'usage. Les différents environnements apparaissent ainsi à deux hauteurs, en suivant un mouvement hélicoïdal et, en communiquant, au moyen de lignes diagonales, ils élargissent considérablement leur volume. Enfin, le dernier étage sous le toit semble aspirer à un nouveau développement vertical, grâce à la fenêtre circulaire qui traverse le toit en permettant à une lumière "physique" d'entrer, celle du soleil au zénith, qui revient si souvent dans la poésie d'Alberto Campo Baeza. 

En revenant au modèle conçu par Loos dans le Raumplan, le projet des façades comme rythme d'espaces pleins et vides, ne résultant plus du chevauchement de plans type, laisse la liberté de composition à l'organisation de l'espace intérieur. Les ouvertures sont donc toutes très différentes par leur positionnement et leur forme, en créant une configuration externe apparemment aléatoire, où le blanc des quatre façades, rééquilibrant le tout, confirme une certaine complaisance à désorienter l'observateur. Si la conséquence directe de tout cela est l'absence de la façade principale, Campo Baeza, comme Loos, met en évidence, grâce au blanc, son indifférence complète envers le thème des façades. L'impression des passants est peut être désormais proche de celle émise par Campo Baeza, beaucoup plus qu'en 1910 à la Villa Steiner, un volume blanc qui n'est certainement pas passé inaperçu.



La nuit, le prisme de Campo Baeza devient un conteneur de lumière et les fenêtres sont des yeux qui s'ouvrent et se ferment exprimant ainsi la présence humaine et rien de plus. D'autre part, la maison Raumplan exprime son âme double en devenant un extraordinaire belvédère sur Madrid et en confirmant, une fois de plus, que le point de vue de l'architecte est de l'intérieur. 

Mara Corradi

Architect: Alberto Campo Baeza
Collaborators: Ignacio Aguirre López, Alejandro Cervilla García, Alfonso Guajardo-Fajardo, Manel Barata, Jesús Aparicio Alfaro, María Pérez de Camino, Tommaso Campiotti, Maria Moura
Structure: Andrés Rubio Morán
Quantity Surveyor: Francisco Melchor Gallego
Contractor: Serviteco
Location: Aravaca, Madrid (Spain)
Project: 2013
Built: 2015
Area: 500 sqm
Photography: © Javier Callejas Sevilla

Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×