24-04-2020

Le Museo de la Libertad signé Mallol Arquitectos

Mallol Arquitectos,

Fernando Alda,

Panama,

Musees,

Le plus grand cabinet d’architecture d’Amérique centrale - Mallol Arcquitectos - vient de terminer un projet revêtant une très grande valeur symbolique : le Museo de la Libertad y los Derechos Umanos de Panama. Financé par la fondation Democracia y Libertad, le projet accueille une grande exposition permanente interactive sur trois étages ainsi que les bureaux administratifs du musée. Premier édifice d’un complexe qui en comptera trois dans le futur, le bâtiment se trouve à l’ouest de la ville, à proximité d’un parc boisé dont les arbres ont été conservés. L’ouvrage utilise des techniques de ventilation passive rendues possibles par le climat tempéré de la région.



Le Museo de la Libertad signé Mallol Arquitectos

Le cabinet d’architecture Mallol Arquitectos est né à Panama il y a plus de quarante ans. Avec 250 employés et un bureau à Madrid, il peut se vanter d’être le plus gros cabinet d’architecture d’Amérique centrale. Parmi les nombreux projets réalisés ces dernières années, l’un se distingue par son importance en termes civiques et symboliques : le Museo de la Libertad y los Derechos Umanos, à savoir le musée de la liberté et des droits de l’homme, achevé en mai 2019 après deux années de travaux.

Le bâtiment qui abrite le musée se trouve à l’extrémité ouest de Nuestra Señora de la Asunción de Panamá, la capitale du Panama, un pays de petite taille mais de grande importance. Le musée se situe dans le quartier Amador, une zone comprenant déjà de grands édifices aux usages des plus variés : le stade Maracana, le Parlement, le Ministère de la Sécurité publique, un Biomusée et plusieurs centres de congrès. Le grand bâtiment de trois étages plus terrasse sur le toit voulu et financé en 2016 par la Fundación Democracia y Libertad trouve ainsi parfaitement sa place dans ce contexte.

Le musée a été bâti sur une parcelle de 6840 m² : un grand parc boisé déjà existant pris en considération et respecté lors de la phase de conception afin de ne couper aucune plante. Mallol Arquitectos a en particulier choisi de faire d’un grand guanacaste centenaire le point focal du complexe du musée. À partir de cet arbre en effet, une longue promenade se déploiera à travers le parc et autour des trois édifices prévus par le projet. Les trente articles de la Déclaration universelle des droits de l’homme seront gravés et explicités sur autant de bornes informatives disposées le long du chemin qui s’appellera justement « la promenade des droits de l’homme ». Elle sera notamment bordée d’un amphithéâtre et de plusieurs espaces de repos couverts.

Le projet a été conçu de manière à pouvoir être réalisé en plusieurs étapes : pour l’instant, un seul des trois bâtiments prévus a été construit. Baptisé de manière évocatrice Equality Building, il sera rejoint dans les prochaines années par le Tolerance Building et le Memory Building.

À ce jour, en plus des espaces extérieurs, il est possible de visiter une grande exposition permanente dans le Museo de la Libertad. Organisée par Heidi McKinnon sur trois étages, elle est consacrée à la naissance et au développement des droits de l’homme en Amérique latine et dans le monde. L’exposition commence au dernier niveau et se poursuit de haut en bas. Au troisième étage, à savoir au point de départ, on trouve une frise chronologique indiquant les plus grands événements historiques des derniers siècles. L’étage du milieu reproduit en entier la Déclaration universelle des droits de l’homme. Quant au rez-de-chaussée, dernière étape de l’exposition, on y trouve des histoires et des témoignages illustrant les combats ayant été nécessaires dans différents endroits du monde pour arriver à garantir le respect de ces droits.

D’un point de vue structurel et architectural, le Museo de la Libertad est simple et élégant. Son enveloppe extérieure, crépie en blanc, n’est interrompue que par de grandes fenêtres dotées d’encadrements satinés gris foncé. Sa forme géométrique et régulière s’oppose à une grande structure tendue aux lignes incurvées et organiques qui fait office de couverture à la place se trouvant devant l’entrée. L’intérieur est lui aussi minimaliste et le plan permet de voir que, tout naturellement, les salles d’exposition ont eu la priorité par rapport aux autres pièces. Chaque étage comprend un très grand salon à l’intérieur duquel l’espace modelé pour l’exposition varie par rapport aux autres niveaux, notamment en termes de style d’agencement. Des sanitaires et les bureaux administratifs du musée entourent les trois grands espaces. La toiture accueille une vaste terrasse permettant l’organisation d’évènements et d’inaugurations. L’ensemble du système de chauffage et de ventilation a été conçu en utilisant des technologies passives, idéales au vu de la région géographique dans laquelle se trouve l’ouvrage.

Le musée a été inauguré en mai 2019 en présence de Michelle Bachelet, la haute-commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme.

Francesco Cibati

Location: Avenida Amador, Calzada de Amador, Ciudad de Panamá, Panamá.
Project development date: 2016
Execution of work: may 2017 – may 2019
Lot area: 6,840.12 m2
Total closed area: 633.95 m²
Total open area: 6,603.41 m²

Project Team:
Principal Architect: Ignacio Mallol Tamayo
Design Architect: Juan Carlos Sáenz
Coordination Architect: Grace Attie

Owner: Fundación Democracia y Libertad
Construction: Constructora Ripard
Curator: Heidi McKinnon

Photography: Fernando Alda

http://www.mallolarquitectos.com
http://www.fernandoalda.com
https://www.museodelalibertad.org


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×
×

Restez en contact avec les protagonistes de l'architecture, Abonnez-vous à la Newsletter Floornature