17-04-2019

Le cabinet Harquitectes réalise une maison de vacances à Ullastret près de Gérone

Harquitectes,

Adrià Goula,

Girona, Espagne,

Ville,

Mies van der Rohe Award,

Figurant parmi les 40 finalistes du prix de l’Union européenne pour l’architecture contemporaine Mies van der Rohe 2019, la maison de vacances d’Ullastret, à trente kilomètres de Gérone (Espagne), a attiré l’attention sur le travail du cabinet Harquitectes.



Le cabinet Harquitectes réalise une maison de vacances à Ullastret près de Gérone

Déjà auteur d’un intéressant projet - la récupération fonctionnelle de l’ancienne cristallerie Cristalerias Planell de Barcelone abordée ces derniers mois par Floornature - le cabinet Harquitectes de Sabadell s’est attelé à la réalisation d’une maison de vacances à Ullastret. L’intervention s’est traduite par une réflexion sur le rapport entre ancien et nouvel ouvrage.
La commune d’Ullastret est profondément marquée par l’histoire : en plus du site archéologique de Puig de Sant Andreu, elle conserve en effet un tracé urbain d’origine médiévale. Les dix tours de l’ancien château ainsi qu’un petit noyau de rues étroites et escarpées constituent aujourd’hui encore le centre-ville. Au fil des siècles, les maisons ont été bâties avec des murs en briques et en pierres, un élément distinctif du village.
D’anciens murs en pierre se faisant face et délimitant de petites propriétés non cultivées se retrouvent également entre Carrer Notaria et Carrer Fira, le carrefour qui mène du centre vers les champs. L’irrégularité et l’aspect brut des pierres usées par le temps ont conféré à ces murs une remarquable force expressive. La volonté de les sauvegarder en les intégrant d’une certaine façon dans la nouvelle construction se heurtait toutefois à la réglementation municipale qui exigeait l’élargissement de la chaussée et par conséquent leur démolition.
Bien que la limite de propriété soit nécessairement en retrait par rapport à l’intersection des deux rues, il a été décidé que le nouveau périmètre deviendrait également la façade de l’habitation. Au lieu de placer l’ouvrage au milieu de l’espace vert, protégé par une nouvelle clôture supplémentaire, les architectes ont transformé les murs de la maison en nouvelles limites en construisant un bâtiment introspectif complètement tourné vers l’intérieur. En résumé, ils ont donné naissance à un mur d’enceinte entourant le jardin, à l’intérieur duquel ils ont disposé les pièces, toutes orientées vers la cour. Exactement comme à l’époque médiévale, l’édifice s’adapte à la géométrie de la route tout en ne s’élevant que sur un seul étage afin d’être proportionné au muret de pierre déjà existant.
La continuité urbaine étant ainsi rétablie, la maison devient également l’occasion de faire l’expérience d’un type de logement insolite pour le lieu, une habitation d’un seul étage mettant en évidence l’irrégularité du relief.
La maison suit la logique matérielle et constructive du mur d’enceinte d’origine tout en l’adaptant aux besoins actuels. L’habitation est entièrement construite avec des murs porteurs réutilisant les pierres de l’ancien mur et les mélangeant avec celles du site, amalgamées avec du calcaire, du béton et un mélange d’argile brute dans un coffrage en bois. Une fois le mur terminé, les couches extérieures côté rue ont été ébréchées à la main afin de faire affleurer la pierre. L’intérieur présente quant à lui la finition lisse du coffrage.
Ce contraste est également souligné par la nature architecturale des deux façades principales : la façade extérieure, hermétique, ne comporte que quelques petites ouvertures vers la rue ainsi que les deux entrées (l’entrée piétonne centrale et l’entrée pour les véhicules à l’extrémité est). Complètement extravertie et dépourvue de murs-rideaux, la façade intérieure est entièrement constituée de baies vitrées, instaurant ainsi un dialogue constant et inéluctable avec le jardin. Le plan dessine un grand arc occupant les 1 000 m2 environ du site. On trouve à l’ouest les chambres à coucher et un bureau, entrecoupés de cours, et à l’est les pièces à vivre. Les zones de service, qui nécessitent plus d’isolation et moins de lumière, sont positionnées plus à l’intérieur. Dans certains cas, les fortes épaisseurs des murs accueillent des installations ou des meubles encastrés. Les pièces les plus fréquentées sont quant à elles toutes vitrées et donnent sur la cour privée. Leur communication est favorisée par le chemin idéal dessiné par les portes intérieures en direction du jardin. Le style industriel de l’intérieur caractérisé par des canalisations apparentes, des menuiseries en bois mat et des murs en béton lissé se confirme dans le choix du mobilier structurel en bois multicouche brut. Les différents matériaux sont également choisis en fonction d’une même palette de beiges et de gris clair, des couleurs s’inspirant de la nature environnante, dominée par la terre et les pierres.

Mara Corradi

Architect: HARQUITECTES (David Lorente, Josep Ricart, Xavier Ros, Roger Tudó)
Collaborators: Montse Fornés, Maya Torres
Location: Ullastret, Girona (Spain)
Client: Private
Project years: 2014-2016
Construction years: 2016-2017
Usable floor area: 330 sqm
Total area: 1106 sqm
Photographer: © Adrià Goula

Selection Mies van der Rohe Award 2019

www.harquitectes.com


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×