30-10-2019

La Maison dans le Potager de LDA.iMdA pour une ruralité contemporaine respectueuse du développement durable

Pisa, Italie,

Entreprises, Cascina,

Le cabinet LDA.iMdA architetti associati vient de terminer la réalisation du noyau de la Maison dans le Potager. Ce projet d’architecture expérimentale vise à concrétiser la vocation rurale de la famille cliente sans renoncer à la modernité, à savoir en utilisant les technologies et les matériaux actuels. L’ouvrage n’est donc pas une ferme rustique mais un modèle d’exploitation respectueuse du développement durable projetée vers le futur.



La Maison dans le Potager de LDA.iMdA pour une ruralité contemporaine respectueuse du développement durable

La Maison dans le Potager est un projet de recherche axé sur une architecture écologique et des catégories d’habitat moderne respectueuses du développement durable. Les architectes ne revisitent pas les archétypes traditionnels et ne souhaitent pas retrouver les valeurs perdues qui nous liaient à la terre, au climat et aux saisons. Dans leur esprit, l’histoire ne revient pas en arrière et la conception de solutions écologiques applicables à la vie quotidienne ne peut donc pas faire abstraction de la technologie.

Créé en 1999, LDA.iMdA a répondu aux attentes d’un client souhaitant remettre en état de manière vertueuse un terrain situé dans la province de Pise récupéré suite à la démolition de plusieurs bâtiments. La famille voulait renouer avec la nature et « pouvoir cultiver le jardin ». Comme dans tous les projets vertueux, la synergie entre le cabinet et le client a été immédiate, à tel point que pour formuler les hypothèses ayant conduit à créer la façade pentagonale si particulière, les architectes se sont inspirés des dessins spécialement réalisés à cet effet par les enfants des clients. LDA.iMdA s’est appuyé sur la forme ancestrale tracée par les enfants pour arriver aux lignes contemporaines de l’habitat rural quotidien.

Au premier regard, la Maison dans le Potager ressemble à un vaisseau spatial ayant atterri dans un champ de blé. Blanche, géométrique mais impénétrable, elle flotte à 1 mètre du sol tel un aéroglisseur. Indépendamment de son aspect futuriste, les solutions technologiques sont à la fois extrêmement innovantes et simples, accessibles et écologiques. Des solutions pragmatiques et fonctionnelles ont été préférées aux matériaux haut de gamme. Le parquet en mélèze procure un sentiment d’intimité et contraste avec la blancheur des murs, des escaliers et des profilés qui soutiennent la structure.

Comme nous l’avons déjà indiqué, la construction photographiée n’est que le noyau habité de la maison. Ce premier bloc central, le plus important de l’ouvrage, s’insérera dans un autre volume de plus grande taille qui sera enveloppé par une coque transparente ayant l’aspect d’une véritable serre. Ce périmètre extérieur accueillera une serre d’hiver - plus abritée que le potager et assurant ainsi la disponibilité continue des légumes - ainsi que de grands espaces de vie qui feront office de pont visuel entre l’édifice et la nature environnante : une sorte de salon informel à la lisière entre intérieur et extérieur.

L’engagement et la clairvoyance de la famille sont manifestes au vu des solutions innovantes proposées par les architectes et intégralement acceptées par cette dernière avec beaucoup d’enthousiasme. Le revêtement extérieur par exemple a été réalisé à l’aide d’une gaine en polyoléfine écologique hautement réfléchissante tandis que la finition du sol est constituée d’une triple couche préfabriquée de mélèze-polystyrène-sapin. Quant à la structure modulaire conçue pour agrandir le noyau déjà construit, elle sera soutenue grâce à une technologie extrêmement simple, celle utilisée dans les serres et adaptée - après quelques modifications - à l’habitation. Le plancher a été réalisé de manière non seulement à dégager le sol et à minimiser l’impact du bâtiment sur le paysage mais aussi à résoudre plusieurs questions liées à la plomberie. Concernant cette dernière, la maison récupérera bien sûr l’eau de pluie. Des panneaux solaires sur le toit garantiront également un certain niveau d’indépendance énergétique puis une autonomie complète une fois la Maison achevée. Enfin, le client a pris des engagements culturels auprès du monde architectural en promettant d’accueillir des évènements tels que Studi Aperti 2019.

Les raisons d’encourager des projets tels que la Maison dans le Potager sont évidentes et multiples. On peut citer par exemple la volonté de favoriser la récupération de terrains abandonnés en dehors des villes et de renouer avec la ruralité et l’autonomie écologique sans renoncer aux avantages de la technologie moderne. À tous les égards, la Maison dans le Potager est le meilleur exemple d’ouvrage architectural à même d’affronter les incertitudes climatiques qui s’annoncent dans les décennies à venir. LDA.iMdA contribue ainsi au débat mondial en apportant un élément supplémentaire à la quête de réponses et de modèles adaptés à notre époque, si fluide et dynamique.

Francesco Cibati

Completion Year: 2019
Floor Area: 84 mq
Project Location: San Miniato, Pisa, Italy
Project Name: La casa nell'orto – house in the orchard
Architecture Firm: LDA.iMdA architetti associati
Photographer: MEDULLA studio


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×