18-07-2018

DnA_Design and Architecture Studio réalise le mémorial de Wang Jing

DnA_Design and Architecture Studi,

Wang Ziling, Han Dan,

Wang Village, Songyang, Chine,

Musees,

Le comité du village de Wang dans le district administratif de Songyang en Chine a commandé au cabinet DnA un monument en l’honneur de Wang Jing, le lettré ayant donné naissance à la très ancienne encyclopédie de Yongle. DnA_Design and Architecture Studio conçoit le mémorial de Wang Jing.



DnA_Design and Architecture Studio réalise le mémorial de Wang Jing 
Le cabinet DnA_Design and Architecture est intervenu dans le village de Wang avec une grande sensibilité à l’égard de l’environnement historique en tentant de saisir une réalité peut-être perdue mais toujours présente dans la mémoire des habitants. L’étude du cabinet DnA a donné naissance au mémorial de Wang Jing, un bâtiment où la terre crue se greffe au béton, tout comme le nouvel ouvrage se greffe au centre urbain du village, à savoir comme s’il avait toujours existé.
Wang Jing, l’habitant le plus illustre de la localité, était un érudit impérial à l’époque de la dynastie Ming. L’Empereur Yongle lui confia la réalisation de la précieuse encyclopédie du même nom, la première connue au monde. Ouvrage grandiose, l’encyclopédie Yongle compile les connaissances générales allant des origines jusqu’au début du XVe siècle. Deux mille savants s’attelèrent à ce projet et rédigèrent huit mille textes sur tout ce qui était connu et avait été découvert dans les domaines de l’agriculture, de l’astronomie, de l’art, de la géologie, de l’histoire, de la littérature, de la médecine, des sciences naturelles, de la religion et de la technologie. Wang Jing ne mit que 5 ans à réunir l’ensemble des documents produits et déjà existants sur ces sujets dans un ouvrage qui comptait plus de onze mille livres, malheureusement aujourd’hui disparus (source Wikipédia). Il ne reste qu’une seule copie de l’encyclopédie, dispersée dans les collections du monde entier mais dont la plus grande partie est conservée à la Bibliothèque nationale de Chine à Pékin.
Quand le comité du village de Wang, dans l’arrière-pays de la Chine orientale, demanda aux architectes de DnA de concevoir un monument en l’honneur de l’auteur de l’encyclopédie impériale, ces derniers y décélèrent une volonté de la communauté de célébrer la mémoire d’un homme illustre, une possibilité de faire revivre l’histoire locale. Enterré par des décennies de politiques d’industrialisation et par la transformation correspondante du tissu urbain, le centre historique était revenu sur le devant de la scène en prévision d’une éventuelle requalification, précisément à partir du mémorial de Wang Jing .
S’étant développé autour d’un noyau très ancien preuve de siècles de prospérité, le village connut au XXe siècle une forte expansion due à la croissance industrielle et entraînant la construction d’usines et d’ateliers dans les zones les plus extérieures. Ces quartiers érodèrent au fil du temps le tissu de la vieille ville, en le réduisant et en le contaminant avec des immeubles de logements de 3 ou 4 étages en béton, au point même, comme le soulignent les architectes, de l’enfouir sous une couverture de modernité anonyme.
La recherche de ces derniers s’est orientée sur l’exploration du noyau historique dont le fin tissu ressort en raison de son fort contraste avec celui des grandes zones industrielles de la banlieue : des bâtiments bas entrecoupés de cours sur lesquelles donnent plusieurs maisons dans un partage quotidien de temps et d’espace. La proximité des maisons basses ainsi que leur adossement mutuel créaient une unité visuelle entre les toitures qui suscitait l’impression d’une couverture indistincte. Les pièces de tous les jours, plongées dans la pénombre, donnaient sur de petites cours mal éclairées : les théâtres de l’intime côtoyaient ainsi les scènes de la vie publique tandis que les murs faisaient office de coulisses de séparation.


Bien que le mémorial Wang Jing se targue de la fierté d’un édifice public avec ses murs étendus et impénétrables, son mur-rideau se fragmente en de nombreuses petites cours, extérieures et intérieures, qui lui donnent l’aspect d’une unité résultant de la somme de ses parties . Il s’agit cependant d’un corps unique, réalisé en grande partie en terre crue (un matériau traditionnellement utilisé dans le noyau historique) qui ne comprend que certains éléments en béton, des cloisons, des piliers structurels couplés pour former 17 niches et enfin une terrasse sur le toit. Ces niches, qui constituent les étapes du voyage qu’accomplit le visiteur dans la vie de Wang Jing, exposent les bas-reliefs sculptés représentant les étapes fondamentales de son existence : sa jeunesse consacrée aux études, sa notoriété en tant que lettré, l’enseignement, sa relation avec l’Empereur, la promotion de la culture ainsi que ses voyages, la mort de sa mère et le retour au village jusqu’à sa mission de compilation de l’encyclopédie.
La disposition des niches forme un chemin sinueux, depuis l’entrée du bâtiment jusqu’à la sortie. Posées le long du périmètre - ce qui permet de dégager l’espace central qui accueille le chemin - elles constituent les points d’orgue méditatifs du voyage que le visiteur effectue en toute autonomie et liberté. L’espace traditionnellement sombre et isolé du centre historique est symboliquement reproduit ici grâce à la lumière qui pénètre à travers quelques grandes fenêtres pour caresser l’intérieur tandis que les niches qui percent verticalement la toiture se transforment en véritables cheminées lumineuses. Les rayons du soleil entrent par le haut et, en se réfléchissant sur les surfaces en béton clair, remplissent toutes les niches en les façonnant et en mettant en exergue les bas-reliefs. La lumière devient elle-même un matériau de construction, un élément physique, quasiment palpable par l’observateur qui emprunte le chemin. Ce même principe formel fait que la nuit, c’est la lumière électrique qui devient matière et sort des cheminées pour rayonner vers le haut.

Mara Corradi

Architects: DnA_Design and Architecture Studio
Lead Architects: Tiantian, Xu
Project location: Wang Village, Songyang, Lishui, Zhejiang Province, China
Design Period: 2016.05
Construction period: 2016.10-2017.12
Client: Village Committee of Wang Village
Completion Year: 2017
Gross Built Area: 406 sqm
Photo credits: © Han Dan, Wang Ziling

http://www.designandarchitecture.net/

Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×