27-04-2016

Conseils du cabinet Triptyque pour visiter le São Paulo du futur

Studio Triptyque ,

Sao Paulo, Brésil,

Restructuration, Intervista,

En quoi São Paulo a-t-il changé ? Le cabinet Triptyque nous parle du Minhocão Marquise, un projet de réhabilitation urbaine qui rappelle la High Line de New York, ainsi que de la lutte contre les gated communities au profit de l’intégration sociale.



Conseils du cabinet Triptyque pour visiter le São Paulo du futur

Pour découvrir un São Paulo inconnu, nous commençons cet entretien par un point précis. En plus de l’héritage de Niemeyer, existe-t-il dans la ville un ouvrage architectural récent, un lieu ou une place que les jeunes de São Paulo affectionnent plus particulièrement, une sorte de symbole urbain contemporain ? Racontez-nous comment il est vécu.
Le centre de São Paulo est parcouru par une voie rapide aérienne - plus connue sous le nom de « Minhocão » (c’est-à-dire le grand ver) - qui se trouve au cœur d’un débat municipal. Construite en 1971 et véritable symbole d’une modernité qui mettait les voitures au premier plan, cette artère routière apparaît aujourd’hui comme une cicatrice au cœur de São Paulo. Le plan régulateur a prévu une période de 16 ans pour transformer ce viaduc de presque 3 km. Depuis des années, son futur fait débat. Nombreux sont ceux qui souhaiteraient le transformer en parc surélevé sur le modèle de la High Line de New York. La circulation étant déjà interdite le week-end, le Minhocão se remplit de piétons, de joggeurs, de passants, de familles, de vendeurs, etc. Comptant parmi les lieux les plus créatifs et alternatifs de la ville, il représente également le symbole de deux générations : la « vieille » en faveur de l’industrie automobile et la nouvelle désireuse de vivre la ville autrement.
Nous aimons ce lieu pour ses potentialités et il constituera certainement un endroit essentiel du nouveau São Paulo. Notre participation au projet urbain concerne la partie inférieure, totalement ignorée par cette réflexion alors même qu’elle sera certainement la plus métamorphosée dans la mesure où elle est considérée comme un tunnel urbain, source d'obscurité, et partie oubliée de la ville. En collaboration avec le paysagiste Guil Blanche, nous nous sommes attelés à modifier la perception de cette infrastructure en transformant la voie rapide aérienne en Marquise (N.d.A. : un grand espace de liaison couvert situé dans le parc Ibirapuera et conçu en 1954 à São Paulo par Oscar Niemeyer). L’année dernière, nous avons suggéré cette idée à la municipalité de São Paulo et invité le maire et les habitants à voir la Marquise comme un espace productif et non comme un sous-espace
En premier lieu, ce projet est collaboratif. La première étape de cette réflexion a été d’inviter la collectivité locale afin qu’elle élabore et donne ses idées sur le futur du Minhocão Marquise. La structure changera, mais dans le respect de l’identité du quartier et des souhaits de la collectivité.

Triptyque entend ensuite redynamiser l’espace en l’éclairant via de simples ouvertures générant des faisceaux de lumière naturelle. Cette lumière nourrira l’espace et permettra l’apparition de la vie, tout d’abord sous forme de végétation. Le Minhocão Marquise est l’endroit le plus pollué de São Paulo. D’après une recherche, les plantes suspendues sur toute la longueur du plafond du Minhocão filtreraient 20 % des émissions de CO2 des voitures. L’irrigation de ces plantes se fera grâce à un système de récupération de l'eau pluviale. Sa pulvérisation contribuera à rendre l’air plus sain et à nettoyer la surface de la Marquise.
La Marquise accueillera enfin un programme mixte. Elle sera divisée longitudinalement par les blocs créés par l’espace entre les piliers (33 m). Ces blocs seront numérotés comme les « poteaux » des grandes plages de Rio de Janeiro. Chaque bloc sera occupé par 4 modules : culture, nourriture, services et magasins.

J’ai visité São Paulo il y a quelques années et j’ai découvert une ville caractérisée par d’immenses contradictions, notamment architecturales. Une ville où une modernité banalisée étouffait de véritables bijoux du XIXe siècle ayant survécu par je ne sais quel miracle. S’agit-il seulement d’une apparence superficielle ? Comment se présente vraiment São Paulo à ses habitants ?
Le Brésil est la patrie de certains des plus grands génies de l’architecture, notamment de l’un des derniers grands architectes du modernisme : Oscar Niemeyer. Un autre mouvement - « l’École de São Paulo », fondée par Paulo Mendes da Rocha (Pritzker Prize en 2006) et fortement inspirée par le brutalisme structurel - a consolidé sa présence depuis les années 60 et cet extraordinaire héritage culturel a donné naissance à un véritable « style » brésilien, une approche très moderniste, quasi « brutaliste » en vogue encore aujourd’hui ... au beau milieu d’un paysage tropical omniprésent.


Pour conclure, nous voudrions vous demander s’il existe un quelconque ouvrage architectural du nouveau São Paulo que vous voudriez éliminer de votre ville. Bien sûr en nous expliquant ce choix.
Le principal problème de la société brésilienne est l’énorme fossé existant entre les différentes classes sociales. Ce fossé s’exprime dans le domaine de l’architecture par les « gated comunities », de véritables communautés fermées vis-à-vis de l’extérieur caractérisées par des barrières séparant physiquement non seulement les classes sociales mais aussi les espaces publics et privés. Dans nos projets, nous cherchons toujours à ouvrir l’espace privé sur l’espace public et à éviter les murs de séparation, même dans les quartiers des classes les plus aisées en privilégiant un usage mixte au sein de nos projets urbains.

Mara Corradi


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×