09-05-2011

Zermani : le crématorium de Parme

Paolo Zermani,

Mauro Davoli©,

Parme, Italie,

Crematori,

Briques,

L'histoire locale est liée à l'emploi de la matière dans le crématorium de Paolo Zermani à Parme, où l'architecte utilise le langage de la brique face à vue comme revêtement, en respectant la tradition du territoire et en s'inspirant du plan des basiliques gréco-romaines pour donner de la solennité au rite qui s'y déroule.



Zermani : le crématorium de Parme
Le thème du lieu funèbre, complexe et plein de difficultés, est un topos commun de l'histoire de l'architecture depuis l'époque où il a été défini. Paolo Zermani semble s'en inspirer pour son dernier édifice sacré, le crématorium tout près de l'ancien cimetière de Valera, aux portes de Parme. On respire une atmosphère profondément respectueuse dans l'ensemble du complexe, qui est une synthèse entre la sévérité du thème de la mort et celle du renvoi historique aux architectures sépulcrales des anciennes civilisations qui peuplèrent l'Italie.
À la majesté des murs d'enceinte de l'édifice à plan rectangulaire, qui constituent les cases, d'où émerge un élément central tout aussi muet et compact, correspond la répartition interne des locaux et leur position figurative monumentale. En observant le plan, on ne peut pas s'empêcher de penser aux schémas des temples grecs, avec leur succession de piliers et d'espaces destinés chacun à un rite ou à la présence d'un public particulier, et aux plans des basiliques gréco-romaines.
Le projet divise le plan en trois grands espaces, dont les deux jardins latéraux symétriques par rapport au noyau central qui dépasse en hauteur le mur d'enceinte des cases à arcades, qui à leur tour sont symétriques par rapport à l'axe transversal. Au sud se trouve la porte du crématorium, au-delà de laquelle se poursuit l'axe de perspective idéal qui guide du Jardin du souvenir, à travers les locaux couverts de la Salle de l'adieu, du sacellum et de la salle des fours crématoires, et retourne en plein air pour se rendre au jardin antérieur.
La brique face à vue qui recouvre chaque surface verticale, de l'extérieur à l'intérieur, rappelle le lieu où se trouve le crématorium, c'est-à-dire la province de Parme, connue pour la production d'argile, il suffit d'ailleurs de parcourir via Emilia pour apercevoir les cheminées des fours, pour la plupart en ruines de nos jours. Dans la Salle de l'adieu au centre du complexe, entièrement recouverte de briques, le vide et l'absence de tout élément d'ameublement, sauf pour l'ambon, contraste avec la trame pleine des briques face à vue, encore renforcée par les 24 colonnes, tandis que la lumière qui pénètre verticalement par la grande lucarne dessine un clair-obscur entre les murs et les colonnes qui rend le rite auquel le local est destiné particulièrement solennel.
Avec son plan qui fait allusion aux anciens tracés romains et l'emploi de la brique en tant que matériau traditionnel, cet édifice, comme d'autres projets de Zermani, est avant tout un hommage au territoire, en montrant l'importance que l'histoire a encore dans la conception de l'architecture, surtout celle d'utilisation publique.

Mara Corradi

Projet : Paolo Zermani
Collaborateurs : Eugenio Tessoni, Roberto Panara
Commettant : Il Tempio Srl
Lieu : Parme (Italie)
Projet des structures : Paola Tanzi
Surface utile brute : 1 100 m²
Surface du lot : 5 200 m²
Début du Projet : 2006
Fin des travaux : 2009
Entreprise de construction : Unieco (Reggio d'Émilie)
Façades en briques face à vue
Murs intérieurs recouverts de briques face à vue
Photos : Mauro Davoli©

www.zermaniassociati.it

Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×