26-02-2020

Shkrub de Sergey Makhno, douze histoires pour une maison au toit de chaume

Sergey Makhno Architects,

Serhii Kadulin,

Kozyn, Kyiv, Ukraine,

Ville,

Sergey Makhno présente Shkrub, la maison qu'il a conçue pour sa propre famille. Véritable avertissement à l’architecture résidentielle contemporaine, il fait une importante déclaration : « plus on s’efforce de créer un intérieur parfait, plus la maison devient un lieu anonyme où dormir au lieu de vivre ». La description de Shrkub raconte la maison en douze histoires, une maison pleine de vie où l'on ne peut échapper aux cris des enfants malgré toutes les précautions imaginées lors de la conception.



Shkrub de Sergey Makhno, douze histoires pour une maison au toit de chaume

Architecte ukrainien, Sergey Makhno se distingue par son style poétique et perfectionniste. Pour mettre en valeur la beauté de la culture et de l’architecture ukrainiennes, il est allé jusqu’au Japon où les matières de construction traditionnelles ressemblent beaucoup à celles de sa terre natale et où il a trouvé l’inspiration pour concevoir sa propre maison : Shkrub.
Ce nom vient de la façon dont Makhno et sa femme s’appellent mutuellement. Comme le raconte l’architecte : « Shkrub signifie l’amour. Le respect et la patience. La maison. Les enfants ». Pour décrire son habitation, Sergey Makhno a écrit douze histoires ayant pour cadre l’ouvrage réalisé mais focalisées avant tout sur la vie vécue à l’intérieur. Passion, Thé, Ancêtres, Le Matin, Le Rêve : autant de titres choisis par Makhno pour illustrer son concept, mais aussi Hikaru, Tadao et Ivan (le prénom de ses enfants), Invisibilité, Point de vue, Japon ukrainien et vice-versa.
Dans cette dernière histoire, l’architecte raconte : « C’est grâce au Japon que j’ai appris à aimer l’Ukraine. Quand je suis arrivé au Japon pour la première fois et que j’ai vu l’importance que les Japonais accordaient à leur patrimoine culturel, j’ai compris que la culture ukrainienne était extrêmement riche mais rarement appréciée à sa juste valeur. Le Japon m’a rendu l’Ukraine. Il m’a ouvert les yeux et m’a montré une richesse que j’ai toujours possédée : ma patrie. Je suis ukrainien. Je donne naissance à des créations ukrainiennes qui passent à travers le prisme de la beauté telle que la conçoivent les Japonais. »
Dans cette histoire, Makhno fait référence au wabi-sabi, une philosophie qui prône la beauté et l’harmonie de l’imperfection. C’est ainsi que Shkrub a vu le jour : à partir d’un bâtiment désaffecté, pauvre et abîmé. Makhno est parvenu, grâce à une succession d’interventions ciblées, à conférer une beauté inattendue à l’ouvrage en lui donnant une très forte identité visuelle grâce à un toit en chaume, un élément caractéristique de l’architecture ukrainienne traditionnelle. Par ailleurs, il a démoli presque toute la façade pour laisser place à une grande baie vitrée faisant entrer la lumière naturelle. Les murs extérieurs restants ont été recouverts de lattes de bois horizontales tandis qu’un coin périphérique du bâtiment abrite une pergola accueillant un grand salon extérieur agrémenté d’une table et de canapés.

D’une surface de 370 m², la Shkrub House compte deux étages comprenant six grandes chambres, un salon double hauteur particulièrement spacieux et une salle à manger d’environ 12 mètres de long. Cette dernière accueille la cuisine à une extrémité et, de l’autre, une imposante table en bois massif prévue pour dix convives. La pièce la plus surprenante reste toutefois le salon où une gigantesque baie vitrée éclaire des étagères en bois double hauteur contenant plusieurs pots en argile que mettent en valeur de confortables canapés en daim. Devant ces derniers, un tronc d’arbre transformé en table contrebalance les imposants lustres, eux aussi en argile, qui font face à une cheminée dont la hotte remonte le mur en dessinant une sinueuse forme organique. Des plantes et des tapis égaient la pièce en opposant les ocres, les beiges et les marrons des matériaux et des objets décoratifs.
Ce n’est pas un hasard si la femme de Sergey Makhno, Vlada, est décoratrice d’intérieur. Ensemble, ils ont méticuleusement conçu leur intérieur en mêlant harmonieusement culture japonaise et ukrainienne. Les lits sont des futons et on trouve, ici et là, des statuettes de style très nettement japonais. Comme si cela ne suffisait pas, l’une des chambres à coucher est agrémentée d’une véritable cloison en bois et en papier. Et pourtant, la véritable beauté de cette maison réside dans l’argile, utilisée sous neuf formes différentes et autant de modes de fabrication, tous strictement ukrainiens. On la trouve ainsi à l’intérieur et dans les finitions : statues, gravures, lustres, plaques, revêtement intégral de cloisons, objets décoratifs et vases anciens. Autant d’objets qui agrémentent la maison de Sergey et de Vlada dans de multiples styles et tonalités pour rendre hommage à la complexité de la tradition ukrainienne dans ce domaine.
Parallèlement à l’argile, le bois - chaleureux et accueillant - est l’autre matière dominante dans la maison. En effet, les meubles se déclinent dans ses nuances : parfois brut, comme dans le cas des grandes étagères sur lesquelles sont rangées les épices dans la cuisine, parfois plus sophistiqué, comme dans les sièges. Certains murs sont habillés de lattes horizontales rappelant l’extérieur. Quant au faux plafond du grand salon, il est lui aussi entièrement réalisé à l’aide de poutres, de solives et de lambris récupérés.
Les plantes, enfin, apportent une touche de vie à la maison Shkrub. Alors que le jardin s’inspire indéniablement du style japonais, toutes les pièces intérieures sans exception foisonnent de plantes luxuriantes : parfois de véritables arbres, parfois des plantes grasses ou aromatiques, des bouquets de fleurs cueillies dans le jardin ou des pots-pourris. Comme le souligne Makhno : « Quand, dans 5 000 ans, les archéologues d’autres planètes démonteront ma maison, ils pourront retrouver dans sa construction les anciennes traditions ukrainiennes. Et ils pourront dire qu’elle débordait de nature et de vie ».

Francesco Cibati

Tipology: Private house
Year: 2019
Location: Kozyn, Kyiv, Ukraine
Surface: 370 sq.m
Project: Sergey Makhno Architects https://mahno.com.ua/en/
Project Team: Sergey Makhno, Oleksandr Makhno, Olha Sobchyshyna, Serhii Filonchuk, Maryna Hrechko
Pictures: Serhii Kadulin


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×
×

Restez en contact avec les protagonistes de l'architecture, Abonnez-vous à la Newsletter Floornature