04-02-2022

Le cabinet Ryan W Kennihan Architects signe la maison Baltrasna près de Dublin

Ryan W Kennihan Architects,

Dublin, Irlande,

Ville,

Avec la maison Baltrasna près de Dublin, Ryan Kennihan décline une nouvelle approche des reconversions architecturales et des constructions à neuf en intégrant les ruines d’un cottage du 19e siècle avec un nouveau bâtiment résidentiel afin d’établir « une conversation des édifices à travers le temps ».



Le cabinet Ryan W Kennihan Architects signe la maison Baltrasna près de Dublin

Sollicité par une famille américaine souhaitant revenir vivre en Irlande, le cabinet Ryan W Kennihan Architects s’est vu confier la mission de restructurer un cottage dans la campagne côtière à l’est de Dublin. La région se distingue par ses petites parcelles agricoles et par la présence de fermes composées de bâtiments à toits inclinés regroupés autour d’une ou de plusieurs cours. Dans la mesure où les cottages étaient habités par une même famille dont les besoins évoluaient au fil du temps, jusqu’à aujourd’hui ils ont toujours été des lieux en perpétuelle mutation. Sur le plan architectural, des espaces supplémentaires étaient en effet progressivement ajoutés pour répondre aux nouvelles fonctions ou utilisations. Reconnu comme une catégorie de bâtiment à part entière, la ferme est un véritable symbole de l’architecture vernaculaire et constitue le cœur du quotidien des habitants. Même si, dans la zone côtière située au nord-est de Dublin, de nombreux cottages sont en ruines ou disparaissent progressivement, englobés par les banlieues de la capitale entre complexes commerciaux et vastes quartiers résidentiels, beaucoup d’autres sont encore habités.
Ryan Kennihan raconte avoir été profondément touché, lors de sa première visite sur le site du cottage appartenant à la famille depuis le 19e siècle, par le vécu de l’habitation : « Même sans aller jusqu’au radicalisme de Ruskin, nous devons reconnaître qu’une grande partie du charme des anciennes maisons ne réside pas seulement dans la présence de vestiges culturels ou technologiques, mais dans les traces de vie des personnes y ayant habité et dans la lente décadence des bâtiments, véritable image de la condition humaine. »
Dans le secteur privé, les restaurations se concentrent généralement sur les revêtements et sur l’installation de systèmes d’isolation conformes aux normes modernes afin d’assurer l’habitabilité des édifices d’époque. Ces interventions impliquent toutefois la création d’espaces totalement neufs où le passé n’est présent que par brides ou, au contraire, mis en exergue avec une trop grande violence, comme un trophée à exhiber, et quoi qu’il en soit sans jamais être adapté à la modernité. Les liens émotionnels avec les existences et les utilisations précédentes ne sont presque jamais conservés et un simulacre remplace l’authenticité du lieu.
Grâce à la complicité de clients sensibles ayant accepté de se laisser guider vers des choix à contre-courant, la maison Batrasna a en revanche permis au cabinet de Ryan Kennihan d’approfondir sa réflexion sur ces principes.
Face à des ruines, comme dans ce projet, l’intervention la plus courante est de les détruire et de reconstruire les formes de l’édifice d’origine : une approche complètement dénuée de sens. Sur la base de ces réflexions, les architectes sont allés jusqu’à imaginer la possibilité d’une conservation extrême et d’une intégration de la partie en ruines avec un nouvel élément architectural. Ceci dans l’intention d’imiter ce que les agriculteurs font depuis toujours : accumuler simplement des volumes fonctionnels en transformant leur usage. L’authenticité se traduit ainsi par « l’acceptation de la partie en ruines et par la création d’une nouvelle structure dont la disposition, la forme et la matière évoquent beaucoup d’éléments des constructions traditionnelles locales. »

Au fur et à mesure de sa longue évolution, le cottage avait été complété par une étable, un poulailler et par un abri pour les outillages, construit plus récemment comme en témoigne sa toiture caractéristique des hangars. Cette « architecture spontanée » aux murs en pierres locales comprenait deux cours gazonnées à l’abri des forts vents côtiers. Le temps avait cependant fait son œuvre et abîmé les surfaces et les équipements, comme les volets ou les attaches des animaux de l’étable. Quant aux espaces et aux anciens objets abandonnés, ils étaient exposés à la pluie suite à l’effondrement de la toiture.
Le projet du cabinet Ryan Kennihan s’est ainsi axé sur la construction d’un nouveau volume principal destiné à accueillir le logement. Greffé en ligne oblique par rapport à la partie en ruines, l’ouvrage reprend les éléments caractéristiques de ce type de bâtiment. Ne comptant qu’un seul étage et se distinguant par une pièce à vivre et une zone de couchage réunies par une circulation rectiligne, le nouvel édifice présente une maçonnerie en blocs de béton apparent crépi au mortier ainsi que des portes vitrées permettant d’obtenir une vue dégagée entre intérieur, jardin et anciens bâtiments. Très simple, le toit à deux pans en tôle ondulée dissimule aux regards extérieurs plusieurs plafonds en « tente » assurant à chaque pièce une lumière distincte et changeante.
Les architectes ont en revanche éliminé les gravats des anciens bâtiments afin de faire ressortir les strates chronologiques de tous les matériaux de construction. Ils n’ont toutefois pas souhaité les reconvertir à tout prix et ont préféré les juxtaposer simplement afin d’en faire des éléments de souvenir et de contemplation. Les anciens murs, dépourvus de toit, se sont quant à eux transformés non seulement en frontières visuelles mais aussi en jalons de la vie d’une famille dont le nouveau logement fait partie intégrante du bâtiment .
Utilisant une très belle image, Ryan Kennihan a parlé de cette intervention comme d’une « conversation d’édifices à travers le temps », d’une habitation à la fois neuve et ancienne, particulière et universelle, familière et mystérieuse.

Mara Corradi

Architects: Ryan Kennihan, Jarek Adamczuk, Colin Mac Suibhne http://www.rwka.com/
Main Contractor: Peter Taaffe Builders
Engineer: Downes Associates
Location: Dublin, Ireland
Client: Private
Completed: 2020
Area: 115 sqm
Photographer: Aisling McCoy

Winner of the Best House in the RIAI Awards 2021

Winner of a Special RIAI Award for Research in Practice 2021