05-09-2019

IDOM Alioune Diop University Teaching and Research Unit Senegal

IDOM,

Chérif Tall, Francesco Pinton,

Sénégal,

Universite,

Au Sénégal, le cabinet d'architectes espagnol IDOM a conçu une extension de l'Université Alioune Diop en s'inspirant du contexte naturel et en utilisant des techniques de construction locales à faible consommation d'énergie et des stratégies bioclimatiques. Le projet a été sélectionné parmi les finalistes de l'édition 2019 du Prix Aga Khan d'architecture et a récemment reçu le prix COAVN 2019 dans la catégorie Arquitectura y Urbanismo Extraterritorial.



IDOM Alioune Diop University Teaching and Research Unit Senegal<br />

L'IDOM a conçu l'extension de l'Université Alioune Diop dans les conditions climatiques, sociales et infrastructurelles difficiles et extrêmes de Bambey, une ville située à 120 km à l'ouest de Dakar au Sénégal. Le projet s'inscrit dans le cadre d'un important programme du gouvernement sénégalais, financé par la Banque mondiale, visant à améliorer les universités du pays créées pour décentraliser l'enseignement supérieur et encourager les jeunes à rester dans les zones rurales et à les développer. 
En s'inspirant du contexte naturel, les architectes du cabinet IDOM ont fournit une réponse architecturale contextualisée optimale pour faire face au climat aride de la zone sahélienne, en utilisant des techniques de construction traditionnelles à faible consommation d'énergie et des stratégies bioclimatiques, qui permettent de maintenir es coûts et les exigences d'entretien au minimum. Pour tous ces motifs, le projet a été sélectionné parmi les finalistes de l'Aga Khan Award for Architecture 2019.

La nouvelle unité d'enseignement et de recherche de l'Université Alioune Diop peut accueillir jusqu'à 1500 nouveaux étudiants, avec des laboratoires, des salles de cours, des bureaux, des salles de réunion et un grand amphithéâtre de 500 places.
Les architectes ont dû faire face à des contraintes importantes : d'une part les conditions naturelles extrêmes, avec un climat extrême et des températures élevées pendant la journée tout au long de l'année, auxquelles s'ajoutent les pluies torrentielles en été et, d'autre part, le manque d'infrastructures et de réseaux d'égouts, de technologie et de main-d'œuvre qualifiée, d'électricité, etc. , des éléments qui ont inévitablement déterminé certains aspects du projet. Les architectes ont en effet décidé de relever ces défis avec une structure « simple » et modulaire, intégrée dans l'environnement naturel et de dimensions proportionnelles à celles des autres bâtiments du campus. Le nouvelle unité d'enseignement et de recherche s'inspire d'un grand arbre à l'ombre duquel les étudiants trouvent un abri frais et confortable, mais sans affecter les besoins énergétiques du bâtiment.
Et comme dans le feuillage d'un arbre composé de branches disposées sur plusieurs couches, le bâtiment est recouvert d'un grand double toit composé d'un panneau sandwich isolant, dont la partie métallique à l'extérieur réfléchit les rayons du soleil et la partie à l'intérieur des pièces, forme un faux plafond de fibres minéralisées qui permet, entre les deux panneaux, la circulation de l'air favorisée dans ses mouvements naturels par l'inclinaison du pan de toit. Le toit supérieur d'un seul tenant s'étend sur toute la longueur du bâtiment, formant vers le nord une loggia géante d'environ 10 mètres, soutenue par un système de piliers à trois branches qui rappellent les arbres isolés caractéristiques de l'endroit.

Avec la façade à double treillage côté sud, les architectes ont construit un système passif parfait pour dissiper la chaleur, réduisant la température interne de 10-15°C par rapport à celle de l'extérieur.
Le mur extérieur côté sud est composé de blocs triangulaires perforés, qui rappellent l'architecture vernaculaire locale et agissent comme un grand filtre, perméable à l'air, mais qui empêche les rayons du soleil de toucher directement le mur intérieur, et de le surchauffer. Entre les murs et sur toute la hauteur, s'étend une large coursive de 3 mètres, de sorte que la chaleur qui se concentre sur le mur extérieur est dissipée par le toit grâce à l'inclinaison du pan de toit. L'espace entre les deux murs est également utilisé pour cultiver des plantes qui repoussent les moustiques, porteurs dangereux du paludisme sous ces latitudes.

(Agnese Bifulco)

Architect: IDOM, Bilbao, Spain
Architects In Charge: Javier Perez Uribarri, Federico Pardos Auber
Collaborator Architects: Beatriz San Salvador Pico
Location: Bambey, Senegal
Client: ACBEP, Ministry of Urbanism & Ministry of Higher Education, Dakar, Senegal
Design: 2013-2014
Size: 12,000 m²
Completed: 2018
2019 - First Prize. COAVN Awards 2019. Extraterritorial Architecture category
2019 - Shortlisted. Aga Khan Award for Architecture 2017-2019 Cycle
2019 - Shortlisted. FAD Awards 2019
2018 - First Prize. BEAU. Bienal Española de Arquitectura y Urbanismo.
2018 - First Prize. LEAF Awards. Category: Best Regenerative Impact
2018 - First Prize. WAN Awards. Sustainable buildings category
2018 - Shortlisted. World Architecture Festival Awards. Category : Higher Education and Research - Completed Buildings

Images courtesy of © Aga Khan Trust for Culture, photo by Chérif Tall (1-6)
plan and section © IDOM (7-8)
Images courtesy of © IDOM, photo by Francesco Pinton (9 – 20)


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×