08-09-2021

Chine : trois cas exemplaires des récents développements en matière de musées

Studio Zhu-Pei, Neri&Hu,

schranimage, Pedro Pegenaute,

Musees,

Ces dernières années, la Chine a travaillé d’arrache-pied pour augmenter son éventail de prestigieux musées. Réputés à l’échelle mondiale, les nouveaux musées chinois sont des structures monumentales qui accueillent à la fois des expositions et des espaces commerciaux tout en mettant en exergue l’histoire locale dans leurs choix esthétiques et formels.



Chine : trois cas exemplaires des récents développements en matière de musées

La raison d’être des musées d’art chinois est en grande partie liée à une volonté précise des autorités : en faire des phares de la culture. Mais leur rôle ne s’arrête pas là, comme c’est le cas dans le reste du monde. La construction de nouveaux musées vise en effet aussi à préserver l’identité du pays qui rayonne aussi à l’étranger à travers son art et son architecture.
La croissance économique indissociable de l’histoire récente de la Chine s’est accompagnée d’une stratégie nationale en matière culturelle ayant entraîné une augmentation vertigineuse du nombre d’établissements, à tel point que plusieurs sources ont même parlé de « fièvre des musées ». Parallèlement aux centres culturels publics, de nombreux musées privés ont vu le jour grâce à de grands entrepreneurs également collectionneurs d’art au niveau international, ceci non seulement dans des mégalopoles telles que Pékin ou Shanghai mais aussi dans des provinces ou des centres de plus petite taille. Mais c’est avant tout la rencontre des musées avec l’art contemporain qui est à l’origine du développement exponentiel du secteur.
Les musées traduisent leur vocation d’industrie culturelle à travers des structures aux lignes monumentales tandis que les architectes qui les conçoivent se doivent de donner naissance à des marqueurs urbains dont les photos pourront faire le tour du monde et célébrer la grandeur nationale.
Réalisées grâce à des investissements à la fois publics et privés, ces structures ne se limitent pas à être des espaces d’exposition et de conservation des œuvres, elles deviennent aussi des lieux commerciaux à part entière accueillant des cafés, des restaurants, des boutiques et même des hôtels. Extrêmement structurés, les plans directeurs donnent naissance à de véritables quartiers au sein des villes où les espaces spectaculaires, la corrélation étroite entre contexte public et semi-public, le rapport dialogique entre surface bâtie et paysage transforment les musées en expériences complexes et complètes pour le public. Ces projets prenant la forme, dans la plupart des cas, de nouvelles constructions sur de grands terrains urbains ou ruraux, les architectes essayent autant que possible de trouver un lien avec l’histoire locale et de le traduire dans leurs choix formels et matériels.
Plusieurs exemples d’ouvrages récents réalisés par de grands cabinets chinois permettent d’illustrer ces points communs des musées chinois. L’Imperial Kiln Museum de Jingdezhen pour lequel le Studio Zhu-Pei a conçu une série de structures voûtées s’inspirant des fours de cuisson de la porcelaine ayant fait la réputation de la ville durant des siècles étaye parfaitement notre dernière considération. La beauté suggestive des fours abandonnés et des sites archéologiques ayant récemment mis au jour leurs vestiges ainsi que le lien indissociable entre les anciennes structures de production et le paysage urbain ont guidé la conception du nouvel espace architectural qui n’est plus un simple intérieur fonctionnel mais devient un véritable lieu de passage et de rencontre.
S’étendant, telles des cavernes creusées dans le sol, sur une surface de plus de 10 000 m², les imposantes structures voûtées sont disposées aléatoirement et partiellement en sous-sol, une façon de souligner l’aspect artisanal de l’ouvrage et son lien avec la matière naturelle. Complétée par des places végétalisées et par des plans d’eau, la structure se transforme en nouveau centre à même de répondre au besoin du projet : accueillir un public amateur d’espaces spectaculaires dialoguant avec l’art.
Un autre exemple de relation intime entre musées et lieux urbains est représenté par le Garden Art Museum de la Nanning International Garden Expo 2018 conçu par China Architecture Design & Research Group. Bien que se conformant ici aussi à l’impératif de monumentalité, les architectes ont opté pour un musée se structurant le long du site et intégré à la nature de façon à créer des espaces confortables adaptés aux conditions climatiques. Le premier niveau du bâtiment a ainsi été réalisé en sous-sol à l’endroit où le site de l’exposition forme des collines, ce qui a permis d’en limiter le volume. Quant aux salles d’exposition, les architectes les ont réparties en grappes le long de la pente du terrain. Ils ont enfin décidé de coiffer, dans un seul geste architectural, l’ensemble de ce musée s’étendant sur la longueur d’une grande couverture en acier faisant office d’écran climatique. La transition progressive entre nature extérieure, espaces semi-publics - ouverts mais couverts - et espaces d’exposition a permis d’insérer l’ouvrage dans la ville pour faire de l’expérience du musée un prolongement à part entière de la réalité urbaine.


Enfin, dans le Westin Hotel & Museum conçu par Neri & Hu Design Research Office à Xi’an, la monumentalité de l’ouvrage est une façon de se confronter à une histoire prestigieuse et incontournable qui a non seulement façonné l’aspect de la ville mais aussi sa viabilité et sa configuration. La nécessité de réaliser une structure d’hébergement pour les touristes visitant la Grande Pagode de l’Oie Sauvage - l’un des monuments emblématiques de Xi’an - a coïncidé avec le besoin de créer un musée consacré à un art ancestral de la ville : la maçonnerie. Le cabinet Neri & Hu a ainsi conçu une structure où, dans un souci de conservation des œuvres, les espaces d’hébergement sont séparés des espaces du musée tout en donnant l’impression aux visiteurs provenant de l’extérieur d’entrer dans un seul et même corps architectural où l’expérience artistique et le séjour dans l’établissement ne font plus qu’un. Les remparts historiques de Xi’an, particulièrement imposants et remontant à l’époque Ming, ont inspiré l’architecture du Westin Hotel & Museum mais cette intimidante monumentalité se dématérialise grâce au rythme imposé par les ouvertures de ses cinq étages. À l’intérieur, un grand escalier pensé pour créer un lien avec le contexte urbain mène les visiteurs au musée. Avec ses trois restaurants, l’hôtel s’ouvre sur la ville en faisant entrer le public tandis que les espaces d’exposition se multiplient tels des jardins immergés pour offrir de nouvelles opportunités culturelles.

www.studiozhupei.com/
https://cadg.com.cn/en/
http://www.neriandhu.com/en

Studio Zhu-Pei, Jingdezhen Imperial Kiln Museum © schranimage
Neri&Hu, Xi'an Westin Hotel & Museum © Pedro Pegenaute


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×
×

Restez en contact avec les protagonistes de l'architecture, Abonnez-vous à la Newsletter Floornature