16-07-2021

Abin Design Studio: Gallery house à Bansberia, West Bengal, Inde

Abin Design Studio,

Edmund Sumner,

Bansberia, West Bengal, India,

Galerie,

L'architecte indien Ain Chaudhuri persuade son commettant de créer un centre communautaire à la place d'un garage privé. La nouvelle Gallery house à Bansberia, dans le Bengale-Occidental, puise son inspiration dans les temples hindous et dans les anciennes terres cuites décoratives pour trouver sa vocation civique.



Abin Design Studio: Gallery house à Bansberia, West Bengal, Inde

Fondateur en 2005 du cabinet qui porte son nom, Abin Chaudhuri conçoit l'architecture comme une recherche continue et une découverte de toute forme d'harmonie entre les aspects sociaux de l'existence.
Celle de son atelier, situé à Calcutta, est une approche qui se base sur l'écoute et sur l'adaptation continue aux circonstances. Une vision qui s'avère précieuse dans le cadre du projet de la Gallery house à Bansberia, dans le Bengale-Occidental, en Inde. En effet, les souhaits du commettant sont remis en question pour parvenir à un point d'arrivée inattendu et d'une plus grande ampleur.
Le client de ce projet, construit début 2020, est le même que celui de la Wall house, une villa de près de 640 m2 à Bansberia, caractérisée par un revêtement en panneaux d'acier Corten, combinés à des plaques de travertin, et par de larges ouvertures vitrées qui atténuent l'impact de la forteresse refermée sur elle-même. L'imposance du mur d'enceinte, qui représente protection et statut, cède au désir de dialogue avec les rues de la ville.
Le nouvel appel de ce client paraît simple et banal, à savoir réaliser un espace couvert pour ses voitures. Le propriétaire de la Wall house a déjà acheté un terrain de l'autre côté de la rue, juste en face de la maison, car son intention est de concevoir une structure d'entreposage pour les véhicules et qui puisse également fournir des logements temporaires pour le personnel qui les utilisera.
Abin Chaudhuri est un concepteur sensible, attentif à un contexte tel que Bansberia : comme de nombreuses villes indiennes, elle se caractérise par une haute densité d'habitation et par un chronique manque d'espaces communautaires, lieux permettant de se rencontrer, de se retrouver et de célébrer publiquement la vie.
L'architecte offre alors au client une perspective différente pour l'utilisation immédiate du nouveau volume, en proposant la création d'un nouvel espace civique. À partir des plans d'origine pour le garage, avec un environnement généreux sans murs au rez-de-chaussée et des espaces plus cloisonnés au niveau supérieur, Abin Chaudhuri conçoit un bâtiment public et accessible à tous, qui peut quoi qu'il en soit, un jour, être reconverti aux besoins exprimés au départ.
Avec ce changement de destination d'usage, l'approche d'Abin Design Studio a été de se tourner non plus vers les modèles de logement de la tradition indienne du XXe siècle, mais plutôt vers ces expressions architecturales propres aux lieux de la communauté, c'est-à-dire les lieux de culte. La ville de Bansberia est connue pour la présence du site monumental entouré de l'eau abritant deux monuments célèbres, le temple indu-ratna Hansheswari, achevé en 1814, et le plus ancien Ananta Basudeba, en style eka-ratna, terminé en 1679. Ce complexe témoigne des valeurs culturelles et sociales propres aux gens de Bansberia depuis des générations. Depuis toujours points de référence, lieux de pèlerinage, de prière et d'observation, ces temples sont probablement les seuls espaces publics de rencontre où l'on peut se déplacer librement, en profitant des vastes jardins environnants comme parties du site. Des moments de socialisation pendant lesquels les gens ont également la possibilité de contempler les précieuses et ancestrales décorations en terre cuite où les histoires narrées par les poèmes épiques indiens sont sculptés.

En choisissant donc d'introduire une autre expression architecturale à la vue de la communauté, le bâtiment s'est tourné vers ces temples en adressant un hommage à l'artisanat indigène du Bengale.
Inséré dans l'épais rideau de construction et placé à la même échelle, le nouveau bâtiment se distingue par ses murs en maçonnerie de briques apparentes, avec une pose en bandes horizontales et marquetées avec des blocs en céramique décorative. Les briques de terre cuite ont été achetées dans un lieu de production artisanale situé dans les environs, tandis que les céramiques sont produites industriellement. En travaillant avec un artiste céramiste du coin, les blocs ont été récupérés et insérés dans le revêtement pour former une trame épaisse et multiple, inspirée des ornements des temples.
Les angles arrondis suggèrent une observation tridimensionnelle du volume, plus proche de celle d'un drone, en faisant de la Gallery house un bâtiment en équilibre entre ancien et contemporain. La forme est issue d'une approche continue à enlever, où le bloc prismatique initial s'est transformé en une combinaison de cloisons en béton enveloppées d'un revêtement en brique, perméable grâce aux larges ouvertures. Une structure légère, malgré la présence de matériaux clairement liés à la terre et à la tradition de construction. Les intérieurs ont été répartis sur deux niveaux, auxquels s'ajoute la terrasse sur le toit. La chaussée, conçue pour être un garage pour véhicules, accueille, outre l'entrée, une grande salle polyvalente : cet environnement unique peut abriter des activités collectives et des rencontres et peut être utilisé pour la pratique du yoga. En plus du foyer, une salle de réunions et un centre de formation avec une cuisine, un dortoir avec cinq lits, les salles de bains et un petit jardin suspendu se trouvent successivement au premier étage.< br /> Le cœur expressif de la Gallery house, le foyer, pourrait être défini comme un espace à l'expressivité baroque. Il peut être rejoint en empruntant un grand escalier en ciment blanc, qui naît presque sur la route. Au-dessus de celui-ci, le mur en briques s'ouvre en arc avec un design plastique, au-delà duquel on aperçoit l'intrados du petit escalier supérieur, obtenu dans la terrasse, en imitant l'allure de l'escalier à l'entrée. Un parcours qui exprime un dynamisme intrinsèque et qui semble avoir été conçu en pensant aux processions et aux fêtes qui s'organisent dans le quartier : comme s'il voulait inviter les participants à entrer dans ses espaces pour descendre ensuite par son escalier vibrant.
Depuis l'extérieur, l'entrée, le balcon sur le côté opposé et la terrasse sur le toit en ciment blanc se démarquent de la surface de maçonnerie en brique, en construisant l'image « polyphonique » d'un centre civique. À travers le jeu des vides et des pleins qui ont considérablement allégé la structure, l'architecture ne fait plus qu'un avec l'espace public du quartier, un geste de restitution de la part du particulier à la communauté locale.

Mara Corradi

Architects: Abin Design Studio http://www.abindesignstudio.com/
Location: Bansberia, West Bengal, India
Area: 380 sqm
Completion: January 2020
Principal designer: Abin Chaudhuri
Design team: Sohomdeep Sinha Roy, Qurratul Ain Maryam
Structure: Soma Kazi
Project coordination: Debjit Samanta, Debkishor Das, Dipankar Mondal
Collaborator: Partha Dasgupta (ceramic artist)
Photos by: Edmund Sumner


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×
×

Restez en contact avec les protagonistes de l'architecture, Abonnez-vous à la Newsletter Floornature