13-07-2018

Quatre résidences : les différents modes d'habiter dans le monde

AGi Architects, savioz fabrizzi architectes, Luigi Rosselli Architects, DOSA STUDIO,

Justin Alexander, Onnis Luque, Prue Ruscoe, Edward Birch,

Suisse, Sydney, Koweït, Texcoco, Mexique,

maisons de vacances, Appartement,

Comment vivent les personnes qui habitent à l'autre bout du monde ? Comment leurs habitations sont-elles conçues et comment leurs rythmes quotidiens changent-ils ? Floornature nous donne un aperçu sur le thème de l'habitat avec quatre résidences récentes : une au Koweït, une en Suisse, une en Australie et une au Mexique.



Quatre résidences : les différents modes d'habiter dans le monde

Que signifie l'habitat aujourd'hui ? Comment nos logements sont-ils faits ? Et ceux des personnes aux quatre coins du monde ? Certains rituels, certaines façons de structurer nos journées, notre composition familiale,  nous amènent à penser que, partout dans le monde, les personnes se comportent de manière identique. L'équipe de Floornature est allée voir comment les modes d'habiter se différencient entre eux en comparant les derniers projets d'habitations construites dans des lieux lointains, avec des climats et des contextes différents.

Les conditions climatiques sont au cœur du projet de la Wafra Vertical Housing, une tour d'appartements sur le front de mer de Salmiya, mené par le cabinet AGi Architects de Kuwait City. La nouvelle tour d'appartements est une moderne tour du vent, inspirée du système de refroidissement passif sophistiqué déjà utilisé dans la Perse Antique, qui permettait de se débarrasser de l'excès de chaleur accumulé par les murs pendant les saisons les plus chaudes. Dans la tour Wafra, les appartements sont construits autour d'une cour qui se développe en hauteur pour l'édifice entier et sur laquelle donnent de nombreuses ouvertures, de formes, de proportions et de positionnements différents. Une piscine, un grand bassin dans lequel l'eau contribue à l'échange de chaleur, a été creusée dans le bloc au rez-de-chaussée et à l'entresol.

On parle en revanche de rénovation de la traditionnelle habitation alpine dans le projet de la maison Reynard Rossi-Udry à Ormône, dans le Canton du Valais. Le cabinet Savioz Fabrizzi architectes récupère la matière de construction et les volumes encore existants pour adapter leurs espaces à des fins résidentielles. Le crépi blanc récent a été retiré afin de récupérer la finition la plus ancienne et la plus traditionnelle, appelée « pietra rasa », qui associe la construction en pierre et l'enduit, en laissant visibles les pierres dénudées sous la couche de mortier à nu. Les nouveaux éléments sont quant à eux réalisés en béton, non pas poli mais nu et brutal.

Bien qu'il s'agisse d'une construction neuve, laMaison des livres de Luigi Rosselli sur la côte nord de Sydney a elle-aussi une précieuse histoire à raconter qui a ses racines dans les cottages victoriens. Luigi Rosselli connaît l'histoire du lieu et, à travers son ouvrage, l'invite dans le présent en se référant aux structures en bois traditionnelles et aux vérandas vitrées dans un mariage d'espace construit et naturel. En s'inspirant d'une pile de livres aléatoirement posés sur une table (avec une référence aux activités du propriétaire qui est un calligraphe), chaque niveau en dehors du sol est décalé et positionné différemment par rapport au paysage, ce qui crée un dynamisme apparent dotant l'intérieur d'un éventail de points de vue. Les étages ont pour pivot de rotation l'escalier ovale construit autour de la cage de l'ascenseur sur le côté est. Le plan ovale, les murs en crépi blanc, le revêtement des marches, la main courante en bois de chêne et l'espace escalier ainsi conçu se retrouvent dans d'autres bâtiments résidentiels de Rosselli.

Le jeune cabinet mexicain DOSA affronte quant à lui des problèmes plus fondamentaux avec Casa Palmas, dans le quartier Las Palmas à Texcoco. Il s'agit d'un projet résidentiel participatif à budget limité qui était appelé à accueillir une famille composée de différentes générations.. Étant donné les dimensions réduites du lot, il fut essentiel d'appliquer les règles minimales d'architecture, comme les rapports ventilation/éclairage et l'intimité, une chose qui ne va pas de soi pour le bâtiment mexicain où les maisons sont souvent construites par les propriétaires eux-mêmes. La Casa Palmas définit l'habitation en privilégiant le bien-être, notamment d'une famille nombreuse, qui s'incarne pleinement dans le bâtiment-maison, c'est pourquoi on choisit la brique apparente comme unique matériau de construction, de façon à favoriser l'image d'unité comme expression de distinction et de protection par rapport à l'extérieur.

Mara Corradi

Photographs:
1_Wafra Vertical Housing © AGi Architects
2_Casa Reynard Rossi-Udry © Thomas Jantscher
3_Book’s house © Edward Birch, © Justin Alexander, © Prue Roscoe
4_Casa Palmas © Onnis Luque


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×