04-12-2019

exposition Gio Ponti Amare l’architettura au MAXXI Musée national des Arts du XXIe siècle de Rome

Ettore Ferrari,

Rome,

Exposition,

La grande rétrospective que le MAXII, le Musée national des Arts du XXIe siècle de Rome, consacre à l’architecte italien Gio Ponti, quarante ans après sa disparition, est un récit qui débute par son architecture afin de faire découvrir aux visiteurs ses nombreuses facettes en tant que directeur artistique, écrivain, poète et critique. Le titre de l’exposition évoque le livre le plus connu du célèbre architecte italien, « Amate l’architettura » (Aimez l’architecture).



exposition Gio Ponti Amare l’architettura au MAXXI Musée national des Arts du XXIe siècle de Rome

« Aimez l’architecture, l’ancienne, la moderne. Aimez l’architecture pour ce qu’elle a créé de fabuleux, aventureux et solennel. Avec ses formes abstraites, allusives et figuratives qui enchantent notre esprit et ravissent notre pensée. Aimez-la pour les enchantements qu’elle a créés autour de nous, autour de notre vie. »
C’est avec cette belle exhortation de Gio Ponti, tirée de son célèbre livre « Amate l’architettura » publié en 1957 par la maison d’édition génoise Vitali e Ghianda, que commence l’exposition récemment inaugurée au MAXXI Musée National des Arts du XXIe siècle de Rome et réalisée en collaboration avec le CSAC – Centre d’Études et Archives de la Communication de l’Université de Parme - qui conserve les archives professionnelles de Gio Ponti, et Gio Ponti Archives. Dans les salles réalisées par l’architecte Zaha Hadid, l’exposition rend hommage aux multiples facettes de Gio Ponti, quarante ans après sa disparition. Architecte, designer, directeur artistique, écrivain, poète, critique, communicateur, il serait réducteur d’attribuer une seule de ces étiquettes à Gio Ponti, comme l’ont déclaré les commissaires de l’exposition « c’était un artiste à 360 degrés qui a presque traversé la totalité du XXe siècle, en a profondément marqué le goût, en a reflété les instances les plus importantes et anticipé de nombreux sujets de l’architecture contemporaine ».

Le personnage de Gio Ponti est un cas unique dans l’histoire de l’architecture italienne du XXe siècle, il a dessiné des objets d’usage quotidien, inventé des solutions spatiales pour la maison moderne et réalisé des projets complexes à l’échelle urbaine. L’exposition voit le jour grâce à un travail de recherche intensif visant à actualiser les connaissances sur la figure de cet architecte italien, en mettant en lumière ces sujets qui ont orienté sa carrière, anticipant de fait le sentiment contemporain vis-à-vis de l’architecture et de l’urbanisme. Sa conception d’une ville verte dans laquelle la nature joue un rôle essentiel ou encore l’abondance de terrasses et de balcons destinés à la verdure dans les architectures résidentielles en sont un bon exemple, une vision prophétique à l’égard d’exemples contemporains importants.
L’exposition rassemble des archives, des maquettes originales, des photos, des livres, des revues, des classiques du design accompagnés des projets architecturaux de Gio Ponti. Le tout est réparti en huit sections qui représentent autant de concepts clés théorisés par Ponti lui-même, et aménagé de manière immersive et scénographique, un aménagement qui suggère l’idée d’un espace fluide, dynamique et coloré, comme ceux réalisés par l’architecte italien. Un projet photo, imaginé et réalisé par Paolo Rosselli, ainsi que sept autres photographes d’architecture de son choix, complète l’exposition et offre aux visiteurs un regard contemporain sur dix œuvres célèbres de Gio Ponti, en racontant la vie d’aujourd’hui de ces architectures : la Concattedrale de Tarante (Delfino Sisto Legnani), l’hôtel Parco dei Principi à Sorrente (Allegra Martin), la Villa Planchart à Caracas (Giovanni Chiaramonte), les grands magasins Bijenkord à Eindhoven (Filippo Romano), le palais Liviano et le palais Bo, respectivement la faculté de lettres et le rectorat de l’Université de Padoue (Giovanna Silva), le premier et deuxième immeuble Montecatini à Milan (Michele Nastasi), l’École de mathématiques à Rome (Stefano Graziani) et enfin la tour Pirelli à Milan (Paolo Rosselli).

(Agnese Bifulco)

Images courtesy of MAXXI, photo by:
Ettore Ferrari courtesy of ANSA (2,5,6,8,16)
courtesy of Gio Ponti Archives (1,3,4,7, 9 -15,17,18)

Title: GIO PONTI. Amare l'architettura / GIO PONTI. Loving architecture
Date: 27.11.2019 - 13.4.2020
curated by Maristella Casciato and Fulvio Irace with Margherita Guccione, Salvatore Licitra, Francesca Zanella
in collaboration with CSAC - Centro studi e archivio della comunicazione dell’Università di Parma, Gio Ponti Archives
Location: MAXXI Museo nazionale delle arti del XXI secolo Roma
www.maxxi.art | www.csacparma.it | www.gioponti.org |


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×
×

Restez en contact avec les protagonistes de l'architecture, Abonnez-vous à la Newsletter Floornature