07-08-2018

Résidence Bessborough de Naturehumaine

Naturehumaine,

Adrien Williams,

Montréal, Canada,

appartement, Residences,

En 2015, nous avons publié pour la première fois un projet de Naturehumaine. Trois ans plus tard, le cabinet formé par Stéphane Rasselet s'est développé en termes de dimensions, quantité et qualité des projets, relevant le défi de préserver son style qui unit le courant principal du minimalisme à la géométrie des formes et au fort contraste des matériaux et des couleurs.



Résidence Bessborough de Naturehumaine

La Résidence Bessborough est le dernier ouvrage de Stéphane Rasselet, architecte canadien de Montréal et vieille connaissance de Floornature. Au cours des trois dernières années, Naturehumaine – le cabinet fondé par Rasselet – s'est considérablement développé, en gardant cependant un style bien à lui. L'esthétique de Naturehumaine implique une forte base minimaliste, qui favorise les open space et un mobilier essentiel, mais sans exagération. En effet, cette esthétique est, d'une part, accentuée, grâce aux formes géométriques et aux lignes nettes, et de l'autre, adoucie grâce au contraste des matériaux et des couleurs, le même qui associe aux murs d'un blanc polaire des meubles, blocs et paravents en bois ou en métal aux teintes uniformes, parfois colorées et vives, parfois en noir mat, comme c'est ici le cas.

La Résidence Bessborough se situe dans l'arrondissement de Notre-Dame-de-Grâce à Montréal. Le projet a consisté en la rénovation complète du rez-de-chaussée d'un duplex datant des années cinquante. Comme c'est souvent le cas lorsque l'on rénove des environnements anciens, le défi était d'ouvrir et de maximiser les espaces de vie, en conservant une certaine division claire entre les destinations d'usage des différentes pièces. Le concept imaginé par Naturehumaine se développe autour de trois blocs principaux, des volumes qui articulent l'espace tout en jouant avec la notion de mur, qui dans ce projet est habilement mis en valeur en fonction de l'exigence.

Au centre, le bloc noir définit les circulations à l'intérieur du plan et agit comme filtre entre les différentes fonctions. Introduisant un nouvel escalier, ce volume joue sur la transparence et sur le rythme entre le vide et le plein par le biais de différents matériaux, comme le verre, l'acier, les barres verticales et les panneaux MDF.
Le volume en bois, amène quant à lui un côté chaleureux à l'intérieur de la maison, qui se limiterait autrement aux tons noirs et blancs. Il comprend d'une part une bibliothèque et de l'autre un rangement adjacent à la chambre principale.
Enfin, simple et élégant, le volume gris, permet de dissimuler derrière les panneaux brillants différentes fonctions de service, comme la salle de bains. En ce qui concerne le choix de la décoration, les lignes directrices qui distinguent les projets de Rasselet et Naturehumaine ont également été respectées : un vaste espace ouvert et des espaces vides, un design aux lignes modernes et surtout un rappel chromatique aux couleurs déjà utilisées dans l'habitation à savoir le gris, le noir mat et le bois.

Stéphane Rasselet parvient une nouvelle fois à mettre en valeur le rythme en gérant les vides, par un travail extrêmement méticuleux, rappelant presque celui de l'imprimeur aux prises avec la proportion entre noir et blanc lors de la composition d'une page imprimée. Si nous devions résumer l'excellence du travail de Naturehumaine en deux mots, ce serait sans doute équilibre et pureté.

Il s'agit une empreinte stylistique marquée, construite au fil du temps, obtenue grâce à l'expérience, et pour laquelle le cabinet a été reconnu et apprécié. À ne pas confondre avec l'icône du génie autoproclamé, les résultats de Rasselet ont été obtenus avec dévouement et une bonne dose d'autocritique. Il s'agit d'un exemple et d'une mise en garde pour ceux qui débutent : le véritable défi pour un architecte est de parvenir à créer et à codifier son propre style, une identité qui est conservée au fil du temps et reconnue au premier coup d'œil dans chaque projet, tout en dialoguant avec des maîtres d'ouvrage et clients de tout type, en acceptant également les contraintes que ceux-ci soumettent

Francesco Cibati

Projet : Naturehumaine
Lieu : Montréal, Canada
Année : 2017
Surface : 85 m2
Photographies : Adrien Williams

www.naturehumaine.com


GALLERY


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×