11-11-2002

Women's Centre, Hollmén-Reuter-Sandman
Rufisque, Sénégal, 2001

Sénégal,

Restaurants, Sports et bien-être, Boutique,

Ciment, Bois, Vitre,

Exposition,

Le Women's centre se dresse à Rufisque, une ancienne ville portuaire du Sénégal qui a dû s'étendre de façon plutôt chaotique vers le nord, dans une zone aride et pauvre en ressources, à cause de l'avancée continue de la mer.



Women's Centre, Hollmén-Reuter-Sandman<br> Rufisque, Sénégal, 2001 Une autre entrée a été placée au coin nord-ouest où il est prévu de créer une petite place publique à l'extérieur, sur laquelle donneront le restaurant et un magasin pour la vente des produits artisanaux réalisés à l'intérieur du centre.
Le côté nord est entièrement occupé par les cuisines, une à l'intérieur et une en plein air, tandis que le côté est a été destiné aux activités artisanales dont la teinturerie, où les femmes préparent les tissus spectaculaires de leurs vêtements et qui est un des espaces architecturaux les plus suggestifs du complexe.
Ici, la cadence des larges piliers rouges laisse de vastes ouvertures permettant aux gaz toxiques qui se forment durant le processus de coloration de s'échapper, tandis qu'une cour a été prévue pour laisser ensuite sécher les tissus.

Hollmén, Reuter et Sandman ont su tirer parti de la pauvreté du lieu et ont créé une architecture soutenable et peu coûteuse en utilisant des matériaux pour la plupart recyclés et qu'elles n'ont pas eu de mal à trouver sur place.
Tous les systèmes d'isolation de la chaleur ont été repris de la tradition millénaire africaine et réinventés avec une habileté contemporaine. C'est ainsi que l'édifice, construit avec des murs épais en béton armé, n'a pas beaucoup d'ouvertures mais est riche en astuces pour créer des zones d'ombre, comme les portiques, les grilles en maçonnerie et les parois pour protéger du soleil.
Le toit ventilé a été réalisé avec une couverture en tôle ondulée soutenue par une structure d'acier recyclé, les plafonds sont faits de nattes de roseaux fixées afin de laisser un espace pour permettre à l'air de circuler et donc de rafraîchir les locaux par convection.
Même le choix des matériaux reflète l'approche soutenable des architectes et leur souci de la réalité locale.
Le bois n'a par exemple été utilisé que là où il ne pouvait être remplacé par aucun autre matériau. En effet, il est considéré comme un matériau très précieux car la zone est très pauvre en végétation.
De même, le ciment utilisé pour la maçonnerie provient de la plus grosse cimenterie de l'ouest de l'Afrique, qui se trouve justement à Rufisque, et a été armé avec du fer recyclé.
La ventilation à l'intérieur des locaux est favorisée par des jantes de pneus plongées dans la maçonnerie, tandis que les fenêtres des toilettes ont été obtenues avec des fonds de bouteilles en verre.
Le résultat est une architecture poétique et éthique qui doit sa force à la simplicité et prouve qu'un certain caractère concret a été retrouvé au niveau du projet, au point d'avoir été sélectionnée par le Museum of Finnish Architecture pour représenter la Finlande à la VIIème biennale de Venise, Next.

Flores Zanchi

Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×