27-03-2018

Vatican Chapels Pavillon du Saint-Siège à l’occasion de la Biennale de Venise

Smiljan Radic, Norman Foster, Flores & Prats Architects, Carla Juaçaba, Studio Azzurro, Eduardo Souto de Moura, Francesco Cellini, Javier Corvalán,

Venise, Italie,

Pavillons, Exposition,

Venice Biennale,

Vatican Chapels, c’est le nom du pavillon du Saint-Siège à l’occasion de la 16ème Exposition Internationale d’Architecture de la Biennale de Venise organisée par Francesco Dal Co à laquelle participeront 10 architectes de renommée internationale.



Vatican Chapels Pavillon du Saint-Siège à l’occasion de la Biennale de Venise

Ce n’est pas la première fois que le Saint-Siège participe à un événement de la Biennale de Venise. En effet, le Saint-Siège avait déjà son pavillon lors de la 55ème et la 56ème Exposition Internationale d’Art de Venise qui se sont respectivement tenues en 2013 et en 2015. C’est notamment à l’occasion de la Biennale de Venise de 2013 que le public a pu découvrir la représentation du récit biblique de la Genèse défini à travers trois thématiques principales confiées à autant d’artistes : la Création (Studio Azzurro), la Dé-Création (Josef Koudelka), et la Re-Création (Lawrence Carroll). Le projet de Studio Azzurro avait particulièrement retenu l’attention de Floornature car il avait choisi d’utiliser les dalles MAXFINE de FMG Fabbrica Marmi e Graniti pour son œuvre "In Principio (e poi)" (« Au début, (et puis) »). Les photos de l’œuvre qui figurent ci-dessous montrent notamment l’aménagement réalisé à la suite de l’inauguration de la Salle Studio Azzurro aux Musées du Vatican en 2016. Une salle de la Renaissance de la section contemporaine du musée qui, grâce à l’aménagement réalisé par l’architecte Roberto Pulitani, accueille l’œuvre de Studio Azzurro.

Le 20 mars, dans la Salle de Presse du Saint-Siège, le cardinal Gianfranco Ravasi, président du Conseil pontifical pour la culture et commissaire du pavillon du Saint-Siège, ainsi que le professeur Paolo Baratta, président de la Biennale de Venise, et le professeur Francesco Dal Co, conservateur du pavillon du Saint-Siège, ont présenté au public « Vatican Chapels », le pavillon du Saint-Siège à l’occasion de la 16ème Exposition Internationale d’Architecture de la Biennale de Venise.
Pour sa première participation à la Biennale d’Architecture de Venise, le Saint-Siège a choisi l’île de San Giorgio. C’est dans cette oasis de verdure qui se situe à une extrémité de l’île que seront réalisées dix chapelles conçues par des architectes de renommée internationale, notamment Francesco Celini (Italie), Eduardo Souto de Moura (Portugal), Norman Foster (Royaume-Uni), Flores & Prats (Espagne), Carla Juaçaba (Brésil), Smiljan Radic (Chili), Javier Corvalán (Paraguay), Andrew Berman (États-Unis), Sean Godsell (Australie) et Teronobu Fujimori (Japon). Le cardinal Gianfranco Ravasi a expliqué que les chapelles destinées au culte chrétien étaient “de véritables temples, bien qu’elles soient moins imposantes que les cathédrales, les basiliques et les églises” car elles présentent deux éléments essentiels de la liturgie : l’ambon (ou chaire) et l’autel, symboles respectifs de la “parole sacrée” et de la célébration de l’eucharistie. Le parcours de la visite débutera avec l’exposition d’un projet emblématique de l’architecte Gunnar Asplund, la « Chapelle des Bois » construite en 1920 dans le cimetière de Stockholm. Un projet qui “rappelle la recherche constante de l’homme à l’égard du sacré dans l’horizon spatial de la nature dans laquelle il vit” (cardinal Gianfranco Ravasi). Le dialogue avec la pluralité des cultures et des sociétés qui confirme l’universalité de l’Église s’appuie sur la participation d’architectes du monde entier, de l’Europe au Japon, des pays de l’Amérique latine aux États-Unis en passant par l’Australie.

Les architectes ont été invités à composer avec une architecture unique en son genre. En effet, il ne s’agit pas de chapelles ordinaires réalisées dans des lieux de culte plus vastes ou préexistants mais de lieux isolés, plongés dans l’environnement naturel de la lagune qui donne sur l’eau.
Un sujet semblable à celui abordé par Asplund qui définissait la chapelle comme “un lieu d’orientation, de rencontre et de méditation, fortuitement ou naturellement formé au sein d’une vaste forêt, destiné à évoquer physiquement le chemin labyrinthique de la vie et le pèlerinage de l’homme attendant la rencontre” (Francesco Dal Co).

(Agnese Bifulco)

Légendes :
1. Île de San Giorgio Maggiore, source Wikipedia
2.3. Projet de l'architecte Carla Juaçaba - www.carlajuacaba.com.br
4. Skogskapellet, Skogskyrkogården, photo d'Holger Ellgaard, source Wikipedia
5-8 Photos Service Photographique Musées du Vatican © Musei Vaticani


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×