05-06-2020

TAO signe une Librairie Avant-Garde dans le petit village de Xiadi (province du Fujian)

Trace Architecture Office,

Zhuo Yuxing, Chen Hao,

Fujian, China,

Bibliothèques,

On trouve désormais au cœur des rizières de Xiadi (district de Pingnan dans la province chinoise du Fujian) une librairie de la célèbre enseigne chinoise Librairie Avant-Garde. Hua Li et le cabinet Trace Architecture Office (TAO) ont en effet transformé une ancienne maison délabrée en librairie incluant un espace événementiel, un lieu insolite aujourd’hui très fréquenté.



TAO signe une Librairie Avant-Garde dans le petit village de Xiadi (province du Fujian)

Dans le village de Xiadi (district de Pingnan dans la province chinoise du Fujian), le cabinet Trace Architecture Office (TAO) a réalisé une boutique de l’enseigne Librairie Avant-Garde à l’intérieur d’une ancienne maison délabrée et à l’abandon. L’intervention de Hua Li, le fondateur de TAO, a métamorphosé l’ouvrage en un espace si accueillant qu’il est devenu une véritable attraction, notamment touristique.
Pour comprendre la portée de ce projet, il faut prendre un peu de recul et expliquer ce que l’enseigne Librairie Avant-Garde représente en Chine. Fondée durant la deuxième moitié des années 90, cette chaîne de librairies semble être la réponse chinoise au désintérêt progressif pour la lecture face à l’engouement pour l’information numérique auquel nous assistons désormais depuis quelques décennies partout dans le monde. Dès les premières ouvertures à Nankin et dans sa périphérie, des bâtiments insolites ont été choisis pour accueillir les boutiques, notamment un ancien abri anti-aérien et une église désacralisée, tous deux à l’abandon. Il y a quelque temps, nous avions présenté sur Floornature la restructuration d’un bâtiment rural au cœur du village de Daijiashan à proximité de Tonglu dans l’est de la Chine. Dans ce projet, le cabinet AZL Architects avait réaménagé les locaux abandonnés afin de les adapter aux besoins de Librairie Avant-Garde et de créer un lieu de rencontre autant pour les habitants que pour les touristes, toujours plus nombreux dans la campagne chinoise. C’est dans ce même esprit que s’inscrit la réalisation de ce dernier magasin, à nouveau dans un petit village mais cette fois dans la province du Fujian.
Comme le souligne Anna-Paola Pola dans son essai «Il villaggio più bello della Cina». Patrimonio, politiche e trasformazioni nella Cina rurale («Le plus beau village de Chine. Patrimoine, politiques et transformations dans la Chine rurale» dans «I giardini del tè di Dazhangshan» pour le Prix International Carlo Scarpa pour le Jardin 2019, publication de la Fondation Benetton Études et Recherches) : à partir de l’an 2000, après plus d’une décennie de réformes économiques focalisées sur l’urbanisation, la Chine a mis en œuvre des politiques visant à favoriser l’économie locale à grande échelle pour pallier ainsi au déséquilibre de développement entre ville et campagne. Le tourisme rural a ainsi été promu à travers la valorisation de la culture agricole, présentée comme une composante indissociable d’une identité culturelle digne d’être montrée au monde entier.

La stratégie de Librairie Avant-Garde à Xiadi et le projet réalisé par Hua Li peuvent ainsi être interprétés dans cette perspective de conservation et de valorisation du patrimoine. Situé dans le district de Pingnan, Xiadi est en effet un minuscule village qui n’a heureusement pas cédé à la mode de démolir les anciennes habitations pour les remplacer par de nouveaux bâtiments, le revers de la médaille du réaménagement touristique. Le bon entretien de la végétation, du fleuve et des routes de montagne ainsi que la préservation des bâtiments les plus anciens ont permis de protéger à la fois le tissu urbain et le paysage. La maison abandonnée concernée par le projet se trouve au nord du village, au niveau du fleuve qui le traverse. Un peu isolée du centre-ville, elle est entourée de rizières en terrasses : comme le montrent les photos de l’état des lieux avant construction, la maison ne conservait plus que trois murs d’origine ainsi qu’une enceinte entourant une petite cour en très mauvais état. Dans son projet, Hua Li a voulu non seulement conserver les ruines en terre battue - le matériau traditionnellement utilisé pour construire les bâtiments ruraux en Chine - mais il a également souhaité qu’elles soient le seul élément apparent à l’extérieur, de façon à ce qu’aucun ajout de volumes n’altère significativement l’ouvrage. La restructuration s’est donc exclusivement focalisée sur l’intérieur, qui, dans la mesure où il était vide, pouvait être parfaitement rempli et transformé en vue du nouvel usage. Le projet n’a admis que deux exceptions à cette règle : la couverture et le volume du bar en porte-à-faux mais nous verrons plus loin selon quels critères.
Les ruines font ainsi office de conteneur autoportant tandis qu’une nouvelle structure en acier et en béton armé se développe à l’intérieur dans l’intention de faire fusionner modernité et tradition. L’espace de la bibliothèque est délimité par deux murs brisés en béton armé qui soutiennent deux planchers reliés point par point aux murs d’origine de l’enveloppe. La lumière pénètre ainsi de haut en bas en rasant les cloisons avant d’atteindre les étages longeant les murs : un choix qui permet d’illuminer la terre battue qui dévoile ainsi toute sa richesse dans le clair-obscur. C’est à cet endroit que l’on trouve les tables de consultation et de lecture. Le centre accueille en revanche les cages d’escalier et l’entrepôt. La disposition des étages se caractérise par une parfaite symétrie le long de l’axe longitudinal, à savoir l’axe qui relie les deux entrées d’origine faisant entrer la lumière au cœur du bâtiment. Le long de celui-ci, une colonne en acier monte du sol jusqu’au dernier niveau, la terrasse. Celle-ci soutient une couverture en porte-à-faux à deux pans inclinés réalisée en bois et en acier. Cette forme en cabane choisie pour la toiture rappelle le profil du toit d’origine en créant un fil rouge entre passé et présent. La couverture laisse aujourd’hui place à une terrasse qui donne ainsi naissance à de nouvelles opportunités de sociabilité ayant pour point focal la contemplation du paysage. Les goulottes en acier aux quatre coins assurent la stabilité latérale tout en acheminant l’eau de pluie vers les canaux réalisés dans la dalle en béton armé inclinée vers l’intérieur. Comme le souligne Hua Li, cette forme reprend le système d’évacuation des eaux des maisons rurales chinoises traditionnelles, une méthode qui s’inspirait du « Si Shui Gui Tang », un principe du feng shui visant à favoriser l’accumulation de richesse et la prospérité au sein du foyer.
Mais c’est en regardant le plan en coupe que l’on saisit le mieux la légèreté de la structure de ce projet : autant transversalement que longitudinalement, la pente de la dalle de la terrasse s’oppose à celle de la couverture en bois, allégeant ainsi tout le poids de la partie supérieure de l’ouvrage qui se décharge sur la colonne centrale. Par ailleurs, la coupe longitudinale souligne le contraste généré par la ligne de l’escalier, une astuce permettant aux visiteurs de profiter différemment de l’espace sur plusieurs étages. On trouve en effet au milieu du volume une zone en gradins servant de petit amphithéâtre ou de lieu pour lire seul ou en groupe spécialement pensée pour accueillir événements et conférences. Lorsque l’on monte les marches dans le sens inverse, on atteint une pièce complètement en porte-à-faux, ajoutée à l’ancien ouvrage, qui abrite un café agrémenté d’une grande baie vitrée panoramique permettant d’admirer les rizières et le village. L’apparent contraste entre le béton des nouvelles structures et la terre battue du bâtiment d’origine est transcendé par les coffrages en bois (du pin brûlé local de Pingnam) qui dessinent sur la surface du conglomérat une trame diffuse et bien visible qui lui confère plus de chaleur et d’authenticité.
China Daily indique que le magasin s’est spécialisé dans la vente de livres consacrés à l’histoire locale, aux arts populaires, à l’artisanat ainsi qu’au développement et à la conservation de la culture rurale. Accueillant des spectacles et des concerts, il est semble-t-il très fréquenté, notamment par les enfants.

Mara Corradi

Architects: HUA Li | TAO (Trace Architecture Office)
Design team: HUA Li, LI Ruoxin, ZHAI Dongyuan, CHENG Xiangju
Project: Xiadi Paddy Field Bookstore of Librairie Avant-Garde
Client: Librairie Avant-Garde
Location: Xiadi Village, Pingnan, Fujian, China
Program: Bookstore, Café
Structural engineer: MA Zhigang, ZHANG Suiping
MEP engineer: LV Jianjun and Kcalin design group MEP engineer: LI Xin, ZHAO Zirui, LI Wei Construction team: ZHUO Yijiu, ZHENG Jialiang, GAN Zhenqin, ZHENG Debu, ZHENG Zhongchun, ZHENG Delv and other local builders
Floor area: 397.3 sq. m
Structural system: Steel / Reinforced concrete
Design: 2019.3-2019.6
Construction: 2019.7-2019.10
Photographs: © CHEN Hao (03-18), ZHUO Yuxing (01, 02)
Drawings: Hua Li (27-30)


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×
×

Restez en contact avec les protagonistes de l'architecture, Abonnez-vous à la Newsletter Floornature