05-12-2002

Shuhei Endo
Springtecture H, Singu-cho, Hyogo, Japon, 1998

Shuhei Endo,

Sports et bien-être, Usines, Bar, Le paysage,

Exposition,

Les bains publics … un thème peu attrayant et généralement quelque peu embarrassant.
En tout cas, c'est de là qu'est parti l'architecte Shuhei Endo pour une exploration de sa "Rooftecture" (toit-tecture).



Shuhei Endo<br>
Springtecture H, Singu-cho, Hyogo, Japon, 1998 Ce petit édifice, 119 m2 seulement, dans le parc de Singu-cho, a prouvé que même avec quelques mètres, une mission peu fascinante et un souci d'économie, on peut créer des architectures de grande valeur. Même des services hygiéniques peuvent devenir un 'landmark', un point de référence qui change le paysage alentour et influence l'architecture contemporaine.

Les espaces de ce petit édifice ont été créés avec un geste fort, en utilisant un seul élément de base : des bandes d'acier. Le matériau est un produit industriel, fabriqué en ondulant des tôles d'acier. Les plaques ont une force structurale, sont de longue durée et recyclables grâce à leur surface galvanisée. Les dimensions des tôles sont standard et la structure a été fixée directement sur place, au moyen de boulons et d'écrous.

La forme de base de la structure est celle d'une grande spirale, une forme dramatique, qui naît en tout cas de la nature du matériau, et semble très logique et naturelle sur place. Des matériaux secondaires partiellement insérés sont introduits pour aider la définition de la fonction. L'idée était de créer une liaison entre les espaces ouverts et les espaces fermés, à travers la continuité des tôles d'acier. Les murs deviennent des plafonds extérieurs et des sols, en créant une séquence de changements fluides sans les distinguer en éléments.

Cette nouvelle forme hétérogène défie les règles de l'architecture moderne que le visiteur est habitué à rencontrer dans les structures existantes.

Le programme fonctionnel exige, d'une part un schéma "ouvert" pour assurer la convenance, et d'autre part une attribution formelle "fermée" qui peut donner une sensation de sécurité à l'utilisateur.

Les caractéristiques de l'"ouvert" sont fondamentalement la possibilité des passages libres que l'architecte fournit dans trois directions, sans indiquer un point spécifique de l'entrée. La protection (la sensation de fermeture) est apportée par les tôles d'acier qui enveloppent le visiteur et l'accompagnent de l'extérieur à l'intérieur.

Cette dualité fait partie du style que l'architecte Shuhei Endo définit "halftecture" (demi-architecture) et qui introduit des espaces extérieurs dans la construction architectonique.

Ce projet a été très apprécié : il a remporté le prix ar+d "World's Leading Emerging Architecture" édition 2000, de la Revue "The Architectural Review", et il est arrivé parmi les dix finalistes du Premio Borromini pour jeunes architectes, édition 2001.

Shira Brand

GALLERY


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×