26-08-2002

Sebastian Irarrazaval Delpiano (avec Guillermo Acuña Rivas)
Trois Maisons Chiliennes

Mathias Klotz,

Ville, Sports et bien-être, Le paysage,

Moderne,

Bois,

Dans la récente interview réalisée pour Floornature par Marco Casamonti, Mathias Klotz, actuellement le plus connu et le plus publié des jeunes architectes chiliens, expliquait la spécificité de l'architecture de son Pays par la synthèse entre héritage du Mouvement Moderne et attention envers les techniques de construction et les matériaux traditionnels, dans le respect de l'extraordinaire beauté d'un paysage dont il admirait le caractère grandiose, mais dont il soulignait la fragilité.



Sebastian Irarrazaval Delpiano (avec Guillermo Acuña Rivas) <br> Trois Maisons Chiliennes L'image légère, voire éphémère de l'édifice, est ensuite obtenue par Irrarazabal grâce à l'utilisation de portes et fenêtres et de structures fines et élancées, où prédomine la composante verticale : l'effet final est l'obtention d'un espace s'intégrant complètement dans le paysage alentour, comme cela apparaît évident à l'intérieur, surtout dans le double volume du séjour qui, en toute cohérence, présente sols et finitions dans le même bois que l'extérieur.
Les façades semblent ainsi devenir de larges ouvertures dont s'échappe la chaîne des poutres intérieures en créant des intersections fascinantes avec le portail et avec la ligne en saillie et inclinée de la couverture.
On constate en revanche une approche différente dans les deux habitations suivantes, où l'influence de l'architecture rationaliste semble plus évidente.
Casa Caballero (1997) et Casa en Las Palmas (1998) sont en effet caractérisées par des formes plus stéréométriques et essentielles où, si la relation avec le paysage et l'utilisation du bois de Casa Melocoton persistent, la composante esthétique semble plus abstraite et minimale.
Ainsi, Casa Caballero choisit le blanc absolu de LC pour ses volumes complexes juxtaposés où prédomine l'utilisation de la paroi conçue comme un plan géométrique abstrait : totalement vidée et décharnée pour accueillir les ouvertures, dans certains cas, elle parvient à prédominer par rapport aux volumes de l'édifice, en créant des portails et des terrasses tendues vers le paysage changeant et toujours en mouvement de la Cordillère des Andes.
Ce processus d'abstraction progressive trouve dans Casa en Las Palmas sa meilleure synthèse : elle aussi, évident hommage au LC de la période rationaliste, présente une rampe d'accès et des pilotis, tandis que la simplicité de la volumétrie est exaltée par le bois blanc.
La composante la plus fondamentaliste, rigide et froide, n'est cependant pas présente dans l'oeuvre de LC : dans sa recherche d'établissement d'une relation avec l'extérieur, en effet, Casa en Las Palmas revêt de bois laissé naturel l'intérieur de ses volumes, y compris ceux qui donnent sur le paysage.
L'effet est donc plus intime et confidentiel, dépourvu de tout forçage puriste : une sorte d'enveloppe accueillante, où l'espace semble plus conçu pour penser et contempler que pour agresser ou s'imposer sur l'élément naturel.
Les grandes "coupes" ouvertes vers le paysage fascinant de montagnes, de prairies et de cactus, la présence des terrasses belvédères et l'extrême rigueur des intérieurs - où la présence de tranches de lumière sur les plafonds est peut-être empruntée à l'oeuvre de Silvestrin et de Pawson, en particulier de Villa Neuendorf à Majorque - deviennent donc les éléments qui permettent à l'architecture d'établir une relation avec le milieu environnant, non pas au sens mimétique mais plutôt dans le sillon de cette volonté d'anthropiser - plus que d'urbaniser - le territoire que Klotz reconnaissait comme l'héritage principal du grand Maître du rationalisme Marcel Breuer.

Elena Franzoia

Links:

www.arq.cl
e-mail: info@arq.cl

Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×