20-06-2012

Ruiz-Larrea : 92 appartements bioclimatiques

Madrid,

Residences,

Vitre, Ciment,

Le nouveau complexe résidentiel à Móstoles (Madrid), sur un projet de Ruiz-Larrea & Asociados, est une architecture bioclimatique : la composition d'ensemble et le choix des revêtements et des matériaux pour les façades sont liés à l'application des principes bioclimatiques dans un ouvrage ayant une valeur contemporaine.



Ruiz-Larrea : 92 appartements bioclimatiques
Pour concevoir un complexe résidentiel composé de 92 unités, avec 1 000 m² d'espaces commerciaux et 115 places de parking à Móstoles, non loin de Madrid, Ruiz-Larrea & Asociados a tenu compte des principes fondamentaux de la bioclimatique, en projetant les appartements le long d'un plan en arc, fermés entre deux surfaces, pour former une couverture thermique qui réduit la dispersion d'énergie dans une optique de durabilité.
Compacte et apparemment impénétrable, la façade nord est en réalité basée sur la combinaison géométrique de surfaces en verre translucide coloré ou blanc, qui cachent la présence d'un couloir piétinable entre le revêtement extérieur et les murs proprement dits des appartements, dans le but d'accumuler de l'air chaud pour les chauffer en hiver.
Du côté sud au contraire, la lumière et la chaleur acheminées par le verre transparent de la façade sont entièrement protégées par des lamelles d'aluminium : alors que ces dernières permettent à l'air de circuler en été en rafraîchissant les pièces les plus exposées au soleil, cette solution permet en hiver d'accumuler une autre réserve d'air chaud bloquée entre le verre et le brise-soleil. L'air chauffé suite à l'effet serre se répartit dans les pièces tournées vers le sud et est poussé par la ventilation, grâce à un système de limitation de la température à 21°C qui correspond au confort ambiant, vers les pièces plus distantes tournées vers le nord, afin de garantir un climat le plus possible uniforme dans tout l'appartement.
La présence d'ouvertures entre le côté nord et le côté sud, qui forment des “places couvertes”, comme des cours communes à la disposition des résidents, ouvre la voie à l'échange thermique dû à la création de courants chauds ou froids selon le climat.

En matière de durabilité, le projet de Ruiz-Larrea complète donc les systèmes bioclimatiques actifs, comme les panneaux solaires photovoltaïques, par des systèmes dits passifs, comme les surfaces vitrées exposées au sud et la ventilation naturelle ou comme les installations géothermiques pour obtenir de l'air chaud, avec un réseau de tuyaux qui atteint les 7 mètres en dessous du niveau du sol.
La conception de l'édifice, de toute évidence centrée sur les critères de durabilité environnementale, n'en est toutefois pas compromise mais les utilise comme des principes de base, des points de départ incontournables autour desquels construire la forme de l'ouvrage. Les deux façades dessinent en effet des rythmes originaux et différents, motivés par deux exigences d'exposition, en mesure de dialoguer réciproquement grâce aux ouvertures, imprévues et fortuites, qui les relient. C'est une réponse à ceux qui pensent encore que la conception écocompatible soit une limite à l'invention architecturale.


Mara Corradi

Projet : Ruiz-Larrea & Asociados
Commettant : Instituto Municipal del Suelo de Móstoles
Lieu : Móstoles Sur, Madrid (Espagne)
Projet des structures : NB35
Surface utile brute : 7 488 m²
Surface du lot : 3 744 m²
Début du projet : 2007
Fin des travaux : 2009
Structure en ciment
Revêtement en placoplâtre
Sol en bois
Photos : (c) Ángel Baltanás

www.ruizlarrea.com


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×
×

Restez en contact avec les protagonistes de l'architecture, Abonnez-vous à la Newsletter Floornature