06-11-2006

Renzo Piano. Base de Luna Rossa. Valence, 2006

Renzo Piano,

Valence, Espagne,

Entreprises, Bureaux,

Métallurgique,

À l'occasion de la 32e édition de la Coupe America, Renzo Piano a projeté la base opérationnelle de Luna Rossa Challenger à Valence.



Renzo Piano. Base de Luna Rossa. Valence, 2006 Une tres grande resistance au vent, un effet clair-obscur special et une configuration < legere > caracterisent cet edifice dans la zone du port de Valence.
Le principal protagoniste est le revetement : une juxtaposition singuliere de voiles qui se croisent et se superposent sur une structure en aluminium. La simplicite du style et la recherche sur les materiaux reflete entre autre l'esprit du groupe Prada, le commettant de ce projet.
Les 3 niveaux de l'edifice revelent en effet toute la personnalite de ce dernier, faite de choix precis au niveau de la forme, du dessin et des solutions technologiques.Le rez-de-chaussee occupe une surface de plus de 2 000 metres carres et abrite l'atelier et le depot pour les mats et les voiles, avec une colonne verticale sur toute la hauteur specialement etudiee pour le lavage des voiles.
Les deux autres etages sont au contraire destines aux bureaux (le premier) et aux services de restauration, d'accueil et a la salle de sport pour l'equipe (le second).
Une grande terrasse en haut de l'edifice offre une vue panoramique sur la darse.

Vu l'usage auquel il est destine et la proximite de la mer, il a ete necessaire de rendre l'edifice particulierement resistant et indeformable au vent et a l'eau, comme les voiles.Le systeme de facade est constitue de panneaux, pre-assembles sur le chantier, qui ont ete montes en quarante jours de travail. Pour ameliorer les performances techniques, surtout sur le plan de la rigidite, le revetement a ete accouple a un panneau de polycarbonate ; l'architecte a egalement utilise des joints speciaux pour garantir l'impermeabilite a l'eau et au vent.

Le resultat est un veritable patchwork, un collage d'elements utilises sur le Luna Rossa au cours des dernieres annees, coupes et assembles de nouveau sur une serie de batis qui, unis, forment le mur. Il y a en tout 485 panneaux, avec 50 voiles : 12 grand-voiles et 38 focs, pour une surface exterieur totale de 3 100 metres carres.
L'aspect de l'edifice la nuit, quand l'effet mat de la facade disparait parce que l'eclairage interne redonne sa silhouette a la structure, est tres suggestif. C'est surtout grace aux fibres transparentes de kevlar que la lumiere naturelle peut penetrer dans les locaux durant la journee.
Quand Renzo Piano a visite la base de Luna Rossa en fevrier dernier, il a ecrit la phrase suivante en dialecte genois sur un mur exterieur, tout pres des hangars : < chi nu se straggia ninte ! >, qui signifie < rien n'est gaspille ici >, pour expliquer l'idee de reutiliser les voiles comme soubassement et murs de ce patchwork tres seduisant.

Laura Della Badia

photos : de Carlo Borlenghi et Enrico Cano ; bureau de presse Metra

GALLERY


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×