20-03-2015

Pezo von Ellrichshausen termine la Guna House à Llacolén (Chili)

Pezo von Ellrichshausen, Studio Pezo von Ellrichshausen,

Llacolen,

Appartement, Residences,

Bois, Métallique, Ciment, Vitre,

L’influence de la Solo Pezo réalisée à Cretas est nette dans le nouveau projet de la Guna House de Llacolen (Chili), un ouvrage lui aussi signé par le cabinet chilien Pezo von Ellrichshausen. La Guna House de Pezo von Ellrichshausen forme un contraste avec la nature tout en la mettant en valeur grâce à son audacieuse construction géométrique.



Pezo von Ellrichshausen termine la Guna House à Llacolén (Chili)

La Guna House du jeune cabinet chilien Pezo von Ellrichshausen est une émanation du précédent projet Solo Pezo, achevé à Cretas en Espagne en 2013. Lancé en 2009, le programme Solo Houses avait invité de grands architectes du monde entier à se pencher, sans maître d’ouvrage, sur des recherches résidentielles érudites visant à donner naissance à de nouvelles hypothèses d’habitat. Dès l’année suivante, alors qu’ils débutaient le projet de la Solo Pezo, Mauricio Pezo et Sofia von Ellrichshausen commencèrent à travailler sur la Guna House, située sur une langue de terre descendant vers la lagune de Llacolén à San Pedro de la Paz au Chili. Le maître d’ouvrage était cette fois une personne en chair et en os, le constructeur même de la maison. L’idée de réinterpréter les maisons à patio dans un registre contemporain s’inscrivit donc dans le cadre d'un besoin réel, le client souhaitant habiter dans un ouvrage à réaliser sur une colline abrupte, descendant vers l’eau et entourée d’eucalyptus.

Comme dans toutes les réalisations de Pezo von Ellrichshausen, le rapport avec le contexte joue un rôle fondamental, non pas tant pour ses caractéristiques spécifiques mais en tant que présence quotidienne. La Guna House, comme la Solo Pezo, est un belvédère à la fois extroverti - avec les quatre facettes de son prisme régulier donnant sur la nature - et introverti quand ses grandes portes-fenêtres ouvrent les pièces de l’étage noble orientées côté cour. En effet, à l’instar des palais vénitiens érigés au bord de l’eau, la Guna House se distingue par un étage noble contemplant la lagune. Mais loin d’être un refuge doré ayant pour toile de fond le paysage, elle se pose en contraste avec lui, dans une diatribe renouvelée entre artifice et nature.
La solution architecturale a prévu de poser l'étage noble, dont le plan carré mesure 20 mètres par côté, sur une base plus petite, de seulement 8,5 mètres par côté, située au centre. Le plan de la base correspond en outre à celui de la cour centrale de l'étage supérieur, ce qui a permis aux architectes de réaliser un étage noble entièrement en porte-à-faux avec une saillie de presque 6 mètres par côté. Tous les espaces jour et nuit se développent le long de cet anneau carré, comme dans la Solo Pezo. En Espagne, les architectes avaient expérimenté une solution audacieuse : un anneau de périmètre pouvant accueillir à la fois les pièces résidentielles et la circulation à l’intérieur de celles-ci. Une hypothèse qui nous avait fait décrire l’ouvrage comme une expérience susceptible de mettre en discussion le concept même d’espace intérieur en architecture. Dans la Guna House, les exigences liées à une plus grande protection des pièces ont donné lieu à la création d’un couloir entre le patio et les espaces extérieurs, fermant ainsi encore plus chaque pièce sur elle-même. La relation entre le dedans et le dehors et entre le dedans et le dedans demeure grâce à la multitude de portes et de fenêtres qui incitent à regarder, une idée que sous-tend toute l’installation, particulièrement inventive, de la maison. Des modules carrés, comme les pièces et l'ensemble de l’étage, jouent le rôle de lucarnes sur le toit et sur le sol de l’étage noble, devenant les sources de la lumière qui unit les deux étages.


La base en béton de toute la structure, qui abrite les locaux de service, sert aussi d’escalier extérieur permettant d’accéder à l’étage supérieur. Des gradins en béton, ponctués par les marches de l’escalier, montent jusqu’à la cour. Un lieu destiné au passage donne ainsi naissance à un espace surélevé d’où l’on peut contempler l’eau.

Mara Corradi

Projet : Pezo von Ellrichshausen (Mauricio Pezo, Sofia von Ellrichshausen)
Collaborateurs : Diogo Porto, Joao Quintela, Lena Johansen, Cecilia Madero
Maître d’ouvrage : Pablo Vasquez, Maria Paz Calderon
Lieu : Llacolén, San Pedro de la Paz (Chili)
Projet des structures : Luis Mendieta
Surface construite : 410 m²
Surface du lot : 3063 m²
Début du projet : 2010
Fin des travaux : 2014
Portes et fenêtres en métal
Escalier en béton
Façades en béton apparent et portes coulissantes en verre
Structure en béton peint en noir
Revêtements de plafond en planches de bois peintes
Sol en céramique
Photographies : © Pezo von Ellrichshausen

http://pezo.cl


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×
×

Restez en contact avec les protagonistes de l'architecture, Abonnez-vous à la Newsletter Floornature