29-10-2002

Oswald Mathias Ungers: Kunstpalast de Düsseldorf, 1995-2001

Oswald Mathias Ungers,

Bureaux, Galerie, Sports et bien-être,

Pierre, Bois,

Le Kunstpalast est le résultat d'un projet de restructuration récent, réalisé par Ungers qui a remporté un concours sur invitation en 1995; les travaux ont commencé en 1998 et se sont terminés en 2001.



Oswald Mathias Ungers: Kunstpalast de Düsseldorf, 1995-2001 La salle de concert dédiée à Robert Schumann, à laquelle on accède directement du hall d'entrée, a été creusée dans le soubassement, là où se trouve le mur massif et incliné de pierres: prévue sur une double hauteur, elle est entièrement recouverte de bois avec un pavement de tesselles carrées, claires et foncées. L'édifice demi-cylindrique qui se trouve derrière, destiné aux bureaux, aux espaces d'exposition, aux magasins et aux parkings, se compose de trois parties: deux couronnes circulaires sont placées autour d'une tour avec un toit incliné vers la cour d'honneur. La partie la plus externe reprend les caractéristiques du Kunstpalast, tandis que celle intermédiaire se présente comme une vaste galerie vitrée qui crée un autre espace couvert; les murs courbes de pierres à claveaux carrés assument l'aspect d'un bâti à cause de la répétition en série des fenêtres et des baies, toutes réalisées selon le dessin d'une grille a maille de 60 x 60 cm.

Le rapport constant avec l'histoire, qui représente pour Ungers un véritable problème existentiel en ce qui concerne la sphère de la créativité individuelle, ressort de ce projet: il considère le passé non pas comme une possibilité d'érudition mais comme un patrimoine à revisiter avec une nouvelle signification que l'on acquiert grâce à la réflexion rhétorique. Ungers s'est consacré dès le début des années soixante-dix à une révision du moderne, en particulier du fonctionnalisme, en se basant sur une idée d'architecture vue comme compétence technique et artistique mais, surtout, sur une idée de projet vue comme démarche produisant un espace et une forme qui, en s'exprimant, accroît la conscience de l'architecte.

L'assemblage d'éléments typiques de l'histoire de l'architecture évoque la géométrie en tant que métaphore d'un ordre universel et rappelle le thème de la "transformation" qui préfigure le nouveau comme discontinuité intentionnelle par rapport à un contexte, en montrant avec force le problème de la signification, de l'image et de la représentation, même en dehors de la liaison entre forme et programme. Ungers est un des rares architectes à s'être occupé du rapport entre le sujet qui crée et l'ouvrage, en percevant une dissension qui l'a amené aujourd'hui à l'autolimitation absolue et à une architecture qui renonce à toute volonté de représentation.

Floriana De Rosa

Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×
×

Restez en contact avec les protagonistes de l'architecture, Abonnez-vous à la Newsletter Floornature