13-11-2007

Morimoto NYC. New York. Tadao Ando. 2006

Tadao Ando,

New York, États-Unis,

Restaurants,

Vitre, Bois,

Interior Design,

Un espace de lumières diffuses, où les ombres prennent forme autour d'un milieu fluide et articulé : c'est le Morimoto Restaurant de New York, un projet " atypique " de Tadao Ando, qui semble ici avoir renoncé à l'empreinte nette et matérielle du ciment, présent dans presque tous ses ouvrages.



Morimoto NYC. New York. Tadao Ando. 2006 Le restaurant, qui doit son nom au chef japonais Masaharu Morimoto, se dresse dans le Meat Packing District, une ancienne zone industrielle reconvertie suite à un vaste projet de récupération et de transformation où l'on trouve maintenant des galeries d'art, des boutiques et des restaurants de luxe. Des espaces modernes et qui répondent aux nouvelles exigences ont donc été créés là où passait autrefois la " High Line ", la ligne de chemin de fer surélevée historique, dans un paysage fait surtout de briques, sans toutefois éliminer le souvenir du passé. Cette philosophie est à la base du projet de Tadao Ando, qui est intervenu dans une partie de l'ancien Chelsea Market, où a pris forme, justement, le Morimoto Restaurant.
L'architecte japonais a en effet voulu séparer le nouveau de l'ancien, en faisant en sorte que le restaurant soit évident et reconnaissable même de l'extérieur. L'intérieur, d'environ 3 000 m², où se trouvait autrefois l'embarcadère, a été divisé à l'aide de panneaux et de passages pour lesquels les principaux matériaux sont le bois et le verre. La salle principale et le sushi-bar sont entourés d'un revêtement blanc très particulier en fibre de verre, que l'on retrouve également autour de l'escalier qui mène au bar-salon du niveau inférieur.
Ce qui surprend, c'est surtout le mur de 17 400 bouteilles de verre qui semble descendre du plafond comme une cascade. Une série de diodes internes rend le jeu de reflets encore plus évident et suggestif. L'atmosphère ouatée du lieu n'est toutefois pas seulement due à ce jeu de lumières et d'ombres car les meubles couleur lait, les rideaux souples et le papier peint japonais qui recouvre un des murs y contribuent.
Tout ceci rend la répartition interne, excessivement régulière et carrée, plus dynamique et répond à la nécessité de caractériser le lieu avec des solutions formelles en mesure de faire comprendre tout de suite qu'il s'agit d'un restaurant.Morimoto NYC a donc une personnalité précise, tout en conservant une image élégante et discrète.

Laura Della Badia

GALLERY


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×