10-01-2003

Mexico City - HOTEL HABITA- Ten Arquitectos

Toyo Ito,

Ecole, Restaurants, Hotel, Usines, Sports et bien-être,

Métallique, Bois, Pierre, Vitre,

Ce bâtiment des années 50 que le groupe mexicain Ten Arquitectos a été chargé de transformer en hôtel – situé dans l’une des artères commerciales les plus importantes de la Ville de Mexico - ne présentait pas de qualités architecturales particulières: une “boîte” anonyme en ciment armé de 5 étages, dans lequel les dalles des balcons, usées par le temps, augmentaient la sensation de désolation et d’abandon.



Mexico City - HOTEL HABITA- Ten Arquitectos De même que beaucoup d?architectes actifs sur la scène contemporaine, les Ten ont choisi de revêtir la structure existante par une sorte de package en verre, une espèce de seconde ?peau? qui présente de notables affinités avec leur solution précédente pour le complexe sportif de l?école Educar à Zapopan ou de la concession Jaguar de Santa Fé.

Surtout dans le cas de Zapopan, la façade étaient conçue comme un écran de verre et de métal, dans lequel la transparence et les reflets étaient exaltés par les changements de la lumière et des conditions atmosphériques tout au long de la journée, pour de nuit transformer l?édifice en une fascinante lanterne magique.

Cette interprétation de la façade externe non plus comme paroi protectrice rigide par rapport à l?intérieur, mais plutôt comme ?peau? que ce même intérieur laisse entrevoir et percevoir, se trouve du reste particulièrement convenir à une large part de l?architecture contemporaine, surtout japonaise.

Comme le Sejima des premiers Pachinko Parlors, ou comme Toyo Ito, mais aussi comme beaucoup d?oeuvres de Herzog & De Meuron ? voir par exemple l?usine Ricola - le groupe mexicain a joué, pour l?hôtel Habita, avec les divers degrés d?opacité et de transparence du matériau utilisé, par un jeu léger et lumineux qui permet de ?lire? la charpente des greniers existants comme à travers un voile translucide, interrompu de manière apparemment fortuite par des bandes transparentes qui connectent visuellement l?édifice à la cité.

Se crée ainsi une sorte de fascinant dialogue visuel: si les bandes transparentes rappellent la réalité du contexte, en en isolant des fragments significatifs tour à tour ? d?après la position et la hauteur des chambres - l?effet obtenu par ce bâtiment maintient l?effet à peine défini, évocatif, que possèdent les renderings d?un programme tridimensionnel, introduisant dans le préexistant une connotation abstraite, virtuelle.

Ce choix a le double effet de ?détacher? visuellement le nouveau projet de l?isolé existant qui, n?étant pas entièrement la propriété de l?hôtel, n?a pas été globalement restauré, et de créer dans le même temps une enveloppe protectrice également par rapport aux chambres, à partir desquelles la ville est perçue comme un halo enchevêtré par ces cadres ?réels?, comme un singulier effet abstrait qui apparente cette invention aux recherches les plus évoluées de l?art contemporain.

La prédominance du blanc et des matériaux naturels ? bois et pierre ? est ensuite exaltée par les enduits, les moquettes et les objets de décor, en plus des nouvelles structures ? escaliers et piliers ? qui par leur vernis clair et leurs formes simples et arrondies évoquent un vaisseau de croisière, de même que les lampes qui flottent dans des récipients ronds qui semblent évoquer des hublots.

GALLERY


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×