09-01-2003

Mario Botta: la marquise TPL de Lugano, 2002

Mario Botta,

Lugano,

Bibliothèques, Sports et bien-être,

Exposition,

Une marquise pour les autobus a été construite au début de l'an 2002 Corso Pestalozzi à Lugano. Réalisée d'après un projet de l'architecte Mario Botta, elle appartient au genre des œuvres mineures



Mario Botta: la marquise TPL de Lugano, 2002 Il y avait longtemps qu'un nouvel exemple d'architecture civile ne faisait pas son apparition dans cette ville. Mis à part le Palais des études d'Otto Maraini de 1904 ou la Bibliothèque cantonale de Rino Tami qui date de 1940, Lugano a ensuite connu une véritable pénurie d'ouvrages. Après une série de retards dus à l'évaluation des frais, le feu vert pour la réalisation de cette marquise tant attendue a enfin été donné en juillet 2001.
Elle se compose d'une structure en acier qui repose sur quatre paires de piliers, en retrait de quelques mètres par rapport aux extrémités de la figure quadrangulaire: il y a donc un certain écart qui rend la légèreté de l'ensemble encore plus évidente.

La charpenterie métallique est entièrement recouverte de panneaux translucides en polycarbonate qui laissent entrevoir les éléments de la structure selon l'éclairage; durant la nuit, la lumière modifie la couleur des panneaux et indique, comme une espèce de grand calendrier, la succession des saisons: le bleu représente le printemps, le blanc l'été, le rose l'automne et le violet l'hiver.
La principale caractéristique de cette marquise est justement sa grande simplicité associée à la présence d'éléments bien proportionnés et calibrés, ce qui fait qu'elle est considérée comme un des meilleurs ouvrages de Botta.

Peu avant son inauguration, elle a toutefois suscité un tas de polémiques de la part des critiques qui, ne connaissant pas le projet définitif à fond, craignaient que le résultat final ne soit pas satisfaisant vu l'allure journalière du chantier; bon nombre d'entre eux sont revenus sur leur jugement quand les travaux ont été terminés et les autres ont préféré ne pas donner leur avis.

La discussion animée qui avait été soulevée avant l'inauguration de la marquise et qui avait occupé les pages de nombreux quotidiens tessinois était essentiellement liée au refus de transformer un espace aussi vaste en un lieu beaucoup plus restreint, en y insérant un corps retenu "étranger". Maintenant que les travaux sont terminés, personne ne peut dire que cette nouvelle structure pour les autobus n'est pas un ouvrage public authentique et bien réussi: la preuve en est qu'elle a acquis une valeur nettement supérieure à son rôle modeste, tout en étant fonctionnelle, accueillante et spacieuse.

Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×
×

Restez en contact avec les protagonistes de l'architecture, Abonnez-vous à la Newsletter Floornature