26-07-2002

Le debat sur les Gratte-ciels Newyorkais

Richard Meier, Renzo Piano,

États-Unis,

Sports et bien-être, Gratte-ciel,

Le débat international sur l'opportunité de reconstruire les Twin Towers est de plus en plus ardent ; leur histoire sera reparcourue par deux expositions qui seront inaugurées prochainement au Skyscrape Museum de New York.



Le debat sur les Gratte-ciels Newyorkais En effet, la nécessité, désormais établie, d'espaces pour le travail dans l'une des zones urbaines les plus saturées et coûteuses du monde, s'oppose aux motivations à caractère esthétique et moral, étant donné également la valeur symbolique élevée que le WTC revêtait pour la ville de New York.
D'un côté, Philip Johnson concorde, avec 64% de la population newyorkaise, qu'il voudrait les tours « comme elles étaient où elles étaient », justement pour souligner l'incapacité de la violence de détruire un symbole de la collectivité.
De l'autre, selon le directeur du Metropolitan Museum Philippe de Montebello, les ruines actuelles constituent à elles seules un monument, un memorial à la tragédie du 11 septembre, de la même manière qu'Hiroshima ou Berlin.
Entre autre, la découverte d'une grande structure métallique encore intacte, appartenant à la tour sud, rendrait réalisable l'hypothèse de De Montebello, comme le désireraient les familles des victimes et comme cela plairait également au maire de New York, Rudolf Giuliani.

On a également avancé la proposition de « mimer » virtuellement les tours écroulées par deux faisceaux lumineux, avec un effet scénographique, alors que plusieurs jeux électroniques qui en simulaient l'écroulement ne seront plus mis dans le commerce.

Paolo Portoghesi souligne, sur l'Avvenire du 30 septembre, l'aspect paradoxal qu'obtiendrait l'hypothèse d'une « muséification » des ruines, la définissant « (...) une opération de chirurgie esthétique hors de propos qui donnerait raison à tous ceux qui définissent la civilisation occidentale comme étant une civilisation décadente, qui aime contempler ses blessures en les prenant pour des oeuvres d'art (...) Reconstruire les tours telles qu'elles étaient serait uniquement un moyen pour se cacher que les temps ont changé ». Et il hasarde une similitude entre « le sinistre recroquevillement des façades en acier des tours (...) et le visage tourmenté et « déconstruit » de certaines architectures de Frank O. Gerhy ou de celui des derniers projets de Eisenmann ».

GALLERY


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×