23-10-2019

Le contenant et le contenu : le musée du climat de Lleida signé Toni Gironès

Toni Gironès Saderra,

Fernando Alda,

Lleida, Spagna,

Musees,

Toni Gironès est l’auteur du nouveau musée du climat situé à Lleida. Pour sa réalisation, il a proposé de modifier plusieurs exigences stipulées par le concours remporté en 2008. Ces modifications lui ont permis de tripler l’espace vert correspondant et de donner naissance à un bâtiment complètement autonome du point de vue environnemental en transformant ainsi son projet en « œuvre permanente sur le climat ».



Le contenant et le contenu : le musée du climat de Lleida signé Toni Gironès

Grâce à l’architecte auteur du projet, la ville espagnole de Lleida possède désormais un nouveau musée unique en son genre : Toni Gironès, d’origine catalane, a en effet conçu le musée du climat de Lleida comme une partie intégrante de sa propre exposition. Le concours d’idées remporté par Gironès en 2008 prévoyait initialement la création, au sein d’un espace vert de 12 000 m², d’un édifice s’étendant sur 3 000 m² à même de garantir toute l’année une température oscillant entre 18 et 25 degrés. Le concours comprenait également la construction d’une exposition permanente pour les visiteurs.
Après avoir mené une recherche supplémentaire providentielle sur le terrain situé hors du lot défini par le concours, Gironès proposa de tripler la surface végétalisée du musée. En plus d’être disponible, la partie jouxtant le terrain était en effet déjà vouée à devenir un espace vert et boisé. Son annexion a ainsi permis non seulement de créer un parc toujours accessible aux habitants et aux touristes mais aussi d’inscrire une zone qui, sinon, serait restée à l’abandon dans un plan de gestion et d’entretien.

Le thème de l’exposition constitue un autre point fort du projet de Gironès. L’architecte catalan a souhaité que les systèmes passifs conçus par l’homme pour tirer profit du climat naturel fassent partie intégrante de la réflexion abordée dans l’exposition du musée. En effet, les visiteurs ne doivent pas seulement comprendre ce qu’est le climat et comment il change lors de l’Anthropocène, ils doivent aussi apprendre quelles techniques les hommes ont conçues et perfectionnées au cours de milliers d'années pour plier le climat à leur volonté. L’idée de Gironès pour atteindre cet objectif a été d’utiliser le bâtiment lui-même comme exemple, à savoir de créer un ouvrage parfaitement respectueux du développement durable, intégré au cycle naturel et doté de solutions sans aucun impact pour la Terre. Un édifice tellement en harmonie avec l’environnement qu’il change même de visage au fil des saisons. Un pari que Gironès voulait croire possible et qu’il a donc relevé.

Son projet est ainsi privé de climatisation artificielle - aussi bien en hiver qu’en été - ce qui a permis de réduire d’un tiers le budget initialement prévu par le concours. Quant aux déblais de terre, ils ont été réutilisés sur place afin d’adoucir le relief et de le fondre dans l’ensemble du projet. Ces choix de conception ont ainsi divisé le grand parc en deux : d’une part, un plateau ensoleillé offrant une vue imprenable sur Lleida et ses environs et d’autre part une zone boisée et ombragée. Cette division engendre une double ventilation : sur le plateau, une brise chaude provenant de l’ouest souffle en permanence tandis que, dans le bois et à travers le bâtiment, la ventilation croisée assure la fraîcheur des espaces.
La pente du terrain permet également de profiter de la gravité pour récupérer de l’eau et réguler le degré d’humidité des différents contextes. Le système est optimisé pour répondre à tous les besoins en termes d’infrastructure aussi bien du parc que du bâtiment, deux éléments conçus à part entière comme un seul ouvrage continu. Comme le souligne Gironès, cet aspect est fondamental pour redonner au public un espace méritant l’appellation de « musée du climat » et ne se limitant pas seulement au bâtiment mais comprenant aussi le parc.
La grande pergola faisant office d’espace d’accueil représente la partie la plus originale et emblématique du complexe. Les températures internes de ce lieu sont en effet générées par les plantes et l’ensoleillement devient nécessaire en hiver et superflu en été. En résumé, l’ouvrage imite le comportement des feuilles caduques qui protègent du soleil pendant les mois les plus chauds et filtrent les rayons quand il fait froid.

Dans l’esprit de l’architecte, l’exposition sur le climat se présente quant à elle comme une promenade descendant du sommet du plateau pour arriver à l’intérieur du bâtiment en passant par le bois. Cette promenade fait alterner des contextes et des climats différents tandis que l’ouvrage prend progressivement le relais, tout en délicatesse, jusqu’à amener les visiteurs devant un étang qui collecte symboliquement toute l’eau de pluie et accueille plusieurs espèces animales. Bien entendu, un café, une boutique de souvenirs et une exposition permanente seront également à la disposition du public mais il n’est pas impératif de les utiliser pour profiter de la beauté de ce projet.

Au final, dans ce nouveau musée, l’architecture entre délicatement en relation avec l’environnement pour rendre le site habitable mais pas envahissant. Le projet de Toni Gironès favorise en effet les interactions entre les éléments en tirant le meilleur parti des différents milieux écologiques et stratégies climatiques. Un exemple à suivre qui, heureusement, est toujours plus apprécié par la communauté mondiale des créateurs.

Francesco Cibati

Category: Museums and exhibithions
Year: 2019
Contest: 2008
Place: Lleida, Spain
Surface: 36000sqm, of which 3000sqm built
Architect:Estudi d’Arquitectura Toni Gironès www.tonigirones.com
Promoter/Client: Ayuntamiento de Lleida
Pictures: Fernando Alda www.fernandoalda.com


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×