16-12-2020

Le cabinet Xaveer De Geyter Architects signe l’école Melopee 195 à Gand

Xaveer De Geyter Architects XDGA,

Maxime Delvaux,

Ghent, Belgium,

Ecole,

Partie intégrante du plan directeur du cabinet OMA pour les anciens chantiers navals de Gand, l’école Melopee 195 se présente comme une structure modulaire en acier et en verre. Avec sa forme légère et ouverte, le projet s’écarte de l’alignement architectural parallèle au canal pour instaurer au contraire une relation entre le bâtiment et le quartier.



Le cabinet Xaveer De Geyter Architects signe l’école Melopee 195 à Gand

Ayant remporté le concours organisé en 2015 dans le cadre du plan directeur de réhabilitation des anciens chantiers navals de Gand, le cabinet Xaveer De Geyter Architects a récemment achevé l’école Melopee 195, un projet réunissant plusieurs usages éducatifs au sein d’une forme conçue pour favoriser les échanges avec le contexte.
Bien plus qu’une école, bien plus qu’un édifice ne servant qu’à une seule finalité, Melopee est un bâtiment qui décline un éventail d’activités pédagogiques pour la petite enfance dans le but d’en faire le moteur de la transformation du quartier.
Tout a commencé au début des années 2000, époque du lancement par la municipalité du concours pour le nouveau plan directeur du célèbre port de Gand et de ses chantiers navals à l’est du centre-ville. La délocalisation progressive des activités portuaires vers le nord de Gand avait entraîné l’abandon des anciens chantiers navals qui s’étaient transformés en une sorte de lisière entre le tissu urbain habité et la périphérie industrielle déserte. Grâce à des financements européens et au projet d’urbanisme du cabinet OMA, gagnant du concours relatif au plan directeur, la zone fait aujourd’hui l’objet d’une profonde mutation visant à la reconnecter à la ville. Dans une perspective de mixité fonctionnelle - un principe clé de la philosophie du cabinet de Rotterdam qui prône la coexistence des logements et des bureaux avec des activités commerciales et culturelles - le plan directeur comprend également une école primaire, une crèche et une salle de sport de quartier. Toute la zone est reliée au centre-ville par un prolongement du réseau de transports en commun ainsi que par des passerelles cyclables et piétonnes.
Le plan directeur souhaitait inverser l’unidirectionnalité nord-sud indissociable de la voie navigable afin de créer des zones permettant de repeupler l’intérieur jusque-là ignoré. La nouvelle école Melopee imaginée par Xaveer De Geyter Architects a été réalisée sur une parcelle tournée vers l’eau et se développant précisément selon un axe est-ouest. L’ouvrage comporte aussi des parcours latéraux qui relient le quai du port à la voie routière plus intérieure. Pour bien comprendre la philosophie de cette intervention, il faut se pencher sur la façon dont Xaveer De Geyter Architects aborde le projet, à savoir non pas comme une résolution de problèmes spatiaux, de programmes et de flux mais comme une création d’opportunités : la possibilité d’exploiter les potentialités d’un lieu, de permettre la naissance de scénarios inattendus. Le cabinet appréhende l’architecture comme un geste de rupture qui ne se traduit pas tant dans la forme ou l’aspect de l’ouvrage que dans son contenu. En ce sens, l’architecture et l’urbanisme se rejoignent dans la mesure où ils visent les mêmes objectifs à des échelles distinctes.
Cet aspect est très clair dans le cas de l’école Melopee de Xaveer De Geyter Architects qui illustre et renforce le mot d’ordre du plan directeur d’OMA : favoriser les flux et les relations entre le front portuaire et les zones intérieures en abandonnant la notion d’alignement architectural. La structure conçue se présente en effet comme sa parfaite antithèse : un squelette en acier galvanisé basé sur un schéma modulaire, en partie laissé ouvert et en partie fermé par des panneaux vitrés et par des panneaux en polycarbonate translucide. Le bâtiment rappelle les engins de manutention portuaire, bruts et industriels, et fait ainsi revivre un imaginaire faisant partie intégrante de l’histoire de Gand. Contrairement aux entrepôts de marchandises fermés traditionnels en briques ou en béton, l’ouvrage prend ici la forme d’une boîte grande ouverte sur la ville au point de ne presque plus avoir de murs. C’est ainsi le paysage urbain - au sud un espace vert, au nord une place ainsi qu’un complexe résidentiel et à l’est la rue Koopvaardijlaan - qui définit les limites des espaces intérieurs. À l’ouest, on trouve le canal et surtout la rive opposée ainsi que le centre historique auxquels le projet se rattache conformément à la philosophie de l’intervention.
Pour que le contenu et les activités de l’école soient visibles de l’extérieur et qu’elles deviennent, chaque fois que possible, partie intégrante de la vie du quartier, l’impact de l’architecture se veut essentiel : une parfaite illustration de l’école contemporaine, souple et flexible autant dans les espaces que dans les solutions pédagogiques.
À tout cela s’ajoute une réflexion approfondie sur le programme au vu de l’exiguïté de la parcelle à disposition qui, en plus de l’école primaire, doit également accueillir une crèche ainsi que des installations sportives et récréatives. Les architectes ont ainsi décidé de diviser la volumétrie en deux : plus de la moitié pour l’école et les activités privées en intérieur et le reste pour les jeux publics. Rendant l’extérieur particulièrement attractif, cette sorte de parc de jeux sur plusieurs étages est à la fois indissociable des activités pédagogiques et accessible depuis n’importe quel niveau de l’école.
Le projet a donné corps à une structure de 5 étages mais, du fait de la légèreté de l’ensemble, celle-ci n’obstrue pas la vue sur les berges mais, au contraire, la favorise via la zone ouverte sur l’avant. Un parcours couvert et toujours accessible entre l’école et le parc de jeux interrompt la plus longue des façades et crée ainsi un débouché sur l’axe nord-sud. Au lieu de se retrouver devant un édifice compact de plusieurs étages, les cyclistes empruntant la piste le long du canal peuvent contempler une boîte ouverte contenant des jeux, des toboggans, des rampes d’escalier ainsi que d’autres divertissements pour les petits et les grands tandis que sur l’arrière un espace public précède l’école. Conformément aux intentions du plan directeur, cet espace favorise les échanges et met en valeur la zone la plus intérieure.
Enfin, le fait d’avoir réuni une activité privée devant être effectuée en milieu fermé - l’école - et un espace public tel qu’un parc prévu pour les jeux et les sports, contribue à renforcer le sens d’appartenance à une communauté, une valeur fondamentale des intentions initiales de la réhabilitation. L’espace ouvert donnant sur le quai est en effet presque toujours accessible. Les élèves peuvent s’y rendre hors des heures de classe et s’approprier ainsi l’ouvrage même durant leur vie extrascolaire. D’autre part, dans la mesure où l’aire de jeux et de sport est ouverte à tous, l’édifice est vécu toute la journée et ne se limite pas à un usage purement et exclusivement scolaire : une manière de concrétiser la mixité fonctionnelle prônée par le plan directeur.
Concernant l’intérieur, les architectes ont opté pour des finitions épurées et accordé une grande importance aux aspects liés au confort comme l’incidence de la lumière et du bruit. Ils ont ainsi choisi des plafonds acoustiques absorbants et des revêtements intérieurs en briques perforées de couleur rose et bleu pour assurer une meilleure acoustique. Tous les espaces et toutes les salles de classe se singularisent par un éclairage naturel direct différent et de grandes vues sur l’extérieur. La structure en acier sert de support aux plantes grimpantes qui, avec le temps, pousseront jusqu’à encadrer les perspectives sur la ville.

Mara Corradi

Architects: XDGA (Xaveer De Geyter Architects) http://xdga.be/
Competition: Xaveer De Geyter, Doug Allard, Thérese Fritzell, Ingrid Huyghe, Willem Van Besien, Stéphanie Willocx
Definitive design: Xaveer De Geyter, Karel Bruyland, Thérese Fritzell, Arie Gruijters, Ingrid Huyghe, Willem Van Besien, Stéphanie Willocx
Implementation: Xaveer De Geyter, Ingrid Huyghe, Willem Van Besien
Consultants: Ney & Partners (structure), Studiebureau Boydens (mechanical), Daidalos Peutz (acoustics)
Location: Ghent, Belgium
Client: SO Gent
Surface: 4630 sqm (interior) + 3050 sqm (exterior)
Competition, 1st prize: 2015
Start of work: 09/2017
Completion of work: 02/2020
Photographs: © Maxime Delvaux


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×
×

Restez en contact avec les protagonistes de l'architecture, Abonnez-vous à la Newsletter Floornature