18-03-2015

La Maison VDV de Graux & Baeyens : une ferme flamande contemporaine

Graux & Baeyens architecten,

© Filip DUJARDIN,

Belgique,

Housing, Ville,

cuivre,

En quête des origines de la maison contemporaine, Graux & Baeyens architecten rencontrent la ferme flamande et l’interprètent dans la Maison VDV de Destelbergen en Belgique. Éliminant lucarnes et vasistas, dans la Maison VDV Graux & Bayens réinventent le volume en parallélépipède en le transformant en un zigzag qui embrasse la végétation environnante.



La Maison VDV de Graux & Baeyens : une ferme flamande contemporaine

La construction traditionnelle de petites fermes, répandue dans la région flamande et exclue du débat architectural pendant une bonne partie du XXe siècle, redevient une référence stylistique. Le cabinet belge Graux & Baeyens architecten l’a étudié et en a fait progresser les caractéristiques dans la Maison VDV de Destelbergen, située dans les environs de Gand. Conçue pour Jozef Vandervorst, déjà client du cabinet et avec lequel les architectes ont élaboré chaque détail de l’ouvrage, la Maison VDV occupe un terrain parcellisé autrefois siège du Château Eylosch, un manoir de la fin du XIXe siècle à moitié détruit lors de la seconde guerre mondiale. Il ne reste aucune trace du château à part une partie du mur d’enceinte qui délimite encore aujourd’hui la parcelle et c’est sur le côté nord de celui-ci que Graux & Bayens ont décidé de construire le nouveau bâtiment résidentiel.

Le terrain, cultivé en jardin, est planté de grands chênes dont la beauté n’a aucunement été altérée par la construction de la maison qui, au contraire, a su les valoriser en les intégrant à part entière au projet. En effet, en renonçant - à la fois en raison de la réglementation en matière de construction et d’un choix du maître d’ouvrage - aux petites fenêtres typiques des fermes flamandes comme points de vue sur l’extérieur, le projet est intervenu sur la structure et sur la composition volumétrique afin de créer un dialogue entre intérieur et extérieur de l’ouvrage. Le volume en parallélépipède traditionnel a été déconstruit. Le périmètre de la maison dessine des angles inattendus vers l’intérieur où les parois obliques font alterner murs de remplissage et baies vitrées. L’espace ne fait plus qu’un et la division des pièces selon leur fonction s’est faite spontanément grâce à la transformation du plan en zig-zig et à l’insertion de portes coulissantes et non pas en ajoutant d’autres murs intérieurs. Au-delà des murs de périmètre en effet, l’intérieur se distingue par un axe central composé de trois segments de mur que les architectes appellent, de manière parlante, la colonne vertébrale de l’ouvrage.

L’espace jour et l’espace nuit ont été placés de façon traditionnelle au rez-de-chaussée et au premier étage. La spécificité de la composition du plan fait qu’il n’existe pas de trajet préférentiel depuis un point d’entrée le long d’un parcours, étant donné qu’aucune façade principale n’a été définie et que les points d’accès ouverts dans les façades vitrées sont multiples. Les baies vitrées, qui s’allongent depuis le sol jusqu’au deuxième étage en fermant la forme en appentis du toit remplacent les vasistas et les lucarnes. Les fines ouvertures des murs des fermes flamandes étant remplacées par des baies vitrées s’élevant sur toute la hauteur de la maison, la lumière n’est plus minimale et dirigée mais elle envahit les pièces en devenant un élément central de l'espace. Tout comme la lumière, la vue sur le jardin, les chênes et l’ancien mur d'enceinte est elle aussi présente à chacun des étages, intégrant ainsi à part entière l’expérience naturelle au sein du projet résidentiel.


Le bâtiment, construit de manière traditionnelle à l’aide de briques et de béton avec une toiture en acier et des poutres en bois, est entièrement revêtu d’une couverture de couleur terre. Cette couverture est constituée de panneaux en cuivre non traité dont la couleur se modifie au fil du temps : initialement dorés, actuellement bruns, ils passeront probablement au vert brillant dans le futur, se fondant ainsi parfaitement au paysage.

Mara Corradi

Projet : Graux & Baeyens architecten
Maître d’ouvrage : Jozef Vandervorst
Lieu : Destelbergen (Belgique)
Projet des structures : LIME bvba
Surface utile brute : 483 m²
Surface du lot : 2030 m²
Début du projet : 2011
Fin des travaux : 2013
Maître d’œuvre : Builthings nv
Portes et fenêtres en acier
Couverture en acier et bois
Structure en brique et béton
Revêtement extérieur en cuivre non traité
Sols en bois, marbre et moquette
Photographies : © Filip Dujardin

www.graux-baeyens.be
www.filipdujardin.be


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×
×

Restez en contact avec les protagonistes de l'architecture, Abonnez-vous à la Newsletter Floornature