15-09-2004

FLUID,
Architetti Associati

Michele Marchese,

Rome,

Temps libre, Bar,

Bois,

"C'est l'exaltation du tact, ou plutôt: l'exaltation de la nécessité tactile" s'exclame gaiement Michele Marchese, 46 ans, architecte catanais-américain, en jouant avec un stylo Mont Blanc.
Sa dernière création s'appelle Fluid.
Il s'agit d'un local de cent quarante mètres carrés - un music-bar spectaculaire avec Djset - ouvert au centre d'un édifice romain en quelque sorte "historique": l'immeuble de via del Governo Vecchio qui abritait le féminisme le plus radical et ses discussions politico-sociologiques engagées au cours des années soixante-dix.



FLUID,<br> Architetti Associati Le long comptoir sinueux - douze metres qui s'allongent en profondeur en suivant le volume du local - est de la matiere a l'etat pur: des galets blancs de fleuve, lisses et polis, coinces - mais libres de se deplacer - dans une structure reticulaire en fer rond ayant la forme d'une aile d'avion.
Des galets a caresser et avec lesquels jouer, en buvant un verre appuyes contre le comptoir qui cache une ame technologique a peine devoilee par une lumiere blanche, dont le role est celui de projeter des formes bizarres sur le sol en wenge peint en noir.
Un contraste de matiere donc mais aussi un contraste de couleur a peine attenue, en verite, par une brume etheree legere et blanche qui flotte, delicate et impalpable, sur le sol.

Fluid est ludique et chaque element, chaque objet, chaque detail est la pour le rappeler. Comme les murs face au comptoir: de la paille et de la boue melanges a la main et repandus sur de gigantesques cloisons circulaires a peine detachees du mur par une explosion de lumiere. Des objets ludiques mais toujours fonctionnels cachent une ame technologique, celle du systeme de climatisation.
Comme les lustres de Catellani&Smith: d'enormes globes de fil de fer tres brillant suspendus en l'air et bombardes de diodes immaculees ou comme les petites boules de fil de fer invitantes posees sur le comptoir et sur les tables: il suffit de les froler pour qu'elles s'allument et de les toucher de nouveau legerement pour qu'elles s'eteignent en douceur.
Le vrai "jeu" est toutefois sur le mur du fond, scenographique et eclaire, qui fascine des que l'on passe la porte: une cascade d'eau bleue, "l'element essentiel de la vie", suggere Michele Marchese.

Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×
×

Restez en contact avec les protagonistes de l'architecture, Abonnez-vous à la Newsletter Floornature