07-12-2018

Le Musée de la Romanité d’Elizabeth De Portzamparc à Nîmes et sa façade en verre sérigraphié

Nantes, France,

Musees,

Vitre,

Le Musée de la Romanité de Nîmes, signé Elizabeth De Portzamparc, expose des vestiges historiques dans un volume à double vitrage sérigraphié fruit de solutions techniques de premier plan.



Le Musée de la Romanité d’Elizabeth De Portzamparc à Nîmes et sa façade en verre sérigraphié
C’est à Nîmes qu’Elizabeth De Portzamparc a conçu le Musée de la Romanité, un bâtiment tout nouveau caractérisé par une façade composée d’environ 7 000 éléments en verre sérigraphié.
Fruit d’un concours lancé en 2012 remporté par Elizabeth De Portzamparc, le Musée de la Romanité se situe à côté des arènes de Nîmes. Ce bâtiment simple longeant une route intérieure se déploie sur trois étages, dont un souterrain. Le respect pour le contexte, remontant à l’Antiquité, n’a pas empêché la conception d’un bâtiment extrêmement moderne dont l’extérieur est habillé d’un revêtement constitué d’environ 7 000 tesselles de verre sérigraphié ressemblant à un drapeau cristallin soulevé par le vent. Les quelques fissures énigmatiques qui s’ouvrent, à l’instar des fentes d’une longue robe, laissent entrevoir peu de choses de l’extérieur, bien que la façade miroitante qui protège le musée et correspond à la première peau de l’ouvrage reflète les bâtiments environnants. On a ainsi la sensation que ces bâtiments sont reproduits sous la robe de verre, comme un décor. De l’intérieur la perspective, surtout sur l’arène, est spectaculaire. Les visiteurs ont l’impression de jeter un coup d’œil à travers le rideau d’un théâtre avant que le spectacle ne commence tandis que l’atmosphère, dedans, ressemble à celle de coulisses au moment où les acteurs s’apprêtent à monter sur scène.
La structure de la façade est constituée de profilés métalliques boulonnés les uns aux autres et fixés à la façade plate. Ces derniers ont été spécialement façonnés pour donner naissance à l’effet ondulé du projet. En effet, les segments de verre qui composent la façade ne sont pas fixés à l’aide de vis mais avec un adhésif structural spécifique. Pour assurer l’effet paillette, la sérigraphie est ponctuée de panneaux de même taille donnant l’illusion que chaque carré est indépendant alors qu’il n’en est rien. Cet aspect spectaculaire est ainsi le résultat d’une approche technologique simple mais bien réalisée, ce qui n’est pas toujours facile à faire.

Fabrizio Orsini

Architecture et muséographie ELIZABETH DE PORTZAMPARC
Architectes associés A + ARCHITECTUR
Architecte associé ACMH) ALAIN-CHARLES PERROT
Paysagiste SARL MÉRISTÈME
MultimédiaMARDI 8
Signalétique LOCOMOTION SARL JE FORMULE BET
Eclairage LIGHTEC BET
Acoustique GAMBA ACOUSTIQUE
Qualité environnementale CELSIUS ENVIRONNEMENT BET
Economie de la construction L’ECHO BET
Structure SARL ANDRÉ VERDIER BET
Façade FR BET Fluides LOUIS CHOULET OPC ARTEBA BET
Synthèse C&G Sécurité et accessibilité CSD FACES

Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×