11-02-2019

ONSTAGE : ENTRETIEN AVEC L’ARCHITECTE CHANG YONG TER

Chang Architects,

©Chang Architects, Mr. Albert Lim K.S.,

Singapour,

Housing,

Green Architecture,

Vert,

Interviste, Chang Yong Ter, Interview,

Bien qu’extrêmement pragmatiques et rationnels dans leurs approches, les projets de l’architecte Chang Yong Ter ont tendance, dans leur quête d’une harmonieuse coexistence entre l’homme et l’environnement végétal, à perdre leur définition matérielle en se diluant dans l’abstraction de situations idylliques qui résonnent dans nos cœurs avec la force de visions utopiques.



ONSTAGE : ENTRETIEN AVEC L’ARCHITECTE CHANG YONG TER
En écho à notre dernier rendez-vous consacré à Singapour, je souhaiterais donner la parole à un jeune architecte ayant réalisé des projets dont les dimensions ne sont pas impressionnantes mais qui m’a toujours frappé par sa grande sensibilité et par le dévouement compétent et passionné dont il fait preuve dans la réalisation de milieux de vie en parfaite adéquation avec la nature. Ses bungalows, principalement pour des particuliers, racontent une même histoire : une volonté de répondre aux besoins et aux aspirations des clients sans renoncer à une passion sincère pour la biophilie appliquée à l’architecture. Bien qu’extrêmement pragmatiques et rationnels dans leurs approches, ses projets ont tendance, dans leur quête d’une harmonieuse coexistence entre l’homme et l’environnement végétal, à perdre leur définition matérielle en se diluant dans l’abstraction de situations idylliques qui résonnent dans nos cœurs avec la force de visions utopiques. Une expérience bouleversante qui touche tous nos sens et aussi notre âme.

Cornwell Gardens est une très vaste maison conçue pour une grande famille multigénérationnelle. Cet ouvrage ouvert - une tendance rare à l’heure actuelle mais parfaitement en phase avec la personnalité de l’architecte - afin de croître au fur et à mesure de l’accueil des futurs nouveaux arrivants constitue une synthèse des aspirations conceptuelles de Chang. Belle et fascinante, la maison a été réalisée dans un respect absolu de la situation contextuelle, une parcelle de terrain en forte pente sur la route, et ose même défier quelques règles du fengshui selon lesquelles certains de ces aspects seraient négatifs et funestes.

Le cœur de la maison est une luxuriante cour à ciel ouvert. C’est autour d’elle que se développent, sur trois côtés, un espace à vivre et une zone de couchage donnant sur la piscine ainsi qu’un romantique étang agrémenté de carpes koï. Des plantes aromatiques, ornementales et fruitières, extrêmement variées et choisies avec soin, saturent de leurs parfums et leurs couleurs chaque angle de l’édifice tout au long de la journée. Des fruits de la passion et des vignes grimpantes poussent en s’enroulant le long de câbles verticaux en acier, créant ainsi d’agréables écrans de verdure devant les fenêtres des chambres. L’entorse au fengshui a permis d’exploiter la position jugée désavantageuse en donnant naissance à une excellente ventilation naturelle. Des cascades, une abondance d’eau et de plantes dispersées un peu partout non seulement contribuent au refroidissement passif mais offrent aussi à tous les membres de la famille des espaces privilégiés d’intimité ou d’agréable convivialité. Le confort et l’apport de cette création en termes d’énergie et de santé traduisent les idéaux d’un architecte qui aspire à retrouver dans le quotidien le calme et l’harmonie que la frénésie de la vie contemporaine semble nous refuser. Et pour nous qui observons les clichés de cette merveille paradisiaque, les sensations et les émotions sont encore plus fortes que la fascination qu’exerce la beauté de l’ouvrage. Chang Yong Ter a reçu de prestigieux prix honorant ses brillantes réalisations, véritables jeux sur la dichotomie audace-poésie et où la nature occupe une place prépondérante.

1. Comme vous le dites vous-même, votre architecture vise à enrichir les rituels de la vie quotidienne. Pouvez-vous nous expliquer ce que vous voulez dire par là ?

C’est la façon dont l’architecture pourrait nous aider à trouver un sens à notre existence et à en prendre conscience : dans cet espace donné, à ce moment précis, dans cet environnement particulier. Des moments heureux, des sentiments positifs, dont on se souvient de temps en temps, parfois même de nombreuses années plus tard.


2. Le climat tropical constitue votre espace de vie et de travail et vous permet de vivre en grande synergie avec la nature. Vous considérez-vous comme une personne privilégiée ? Comment pourriez-vous préserver votre philosophie de la vie, en stricte harmonie avec la nature, si vous travailliez dans des contextes différents ?

Oui, je suis vraiment privilégié. Surtout quand j’ai su combien de temps il fallait pour faire pousser des arbres dans un pays au climat tempéré. Néanmoins, je pense que la nature a sa place partout sur Terre et sous des formes uniques et appropriées à chaque lieu.


3. Jusqu’à présent, vous avez principalement travaillé sur de petits bâtiments, sur des propriétés de particuliers d’un ou de deux étages dans le respect des conditions et de la culture locales, en étant attentif au climat et en harmonisant l’environnement naturel et le bâti. Comment vous comporteriez-vous si vous deviez vous atteler à la construction d’un gratte-ciel ? Quel lexique considérez-vous comme le plus approprié pour insérer dans le contexte un bâtiment de grande hauteur ne faisant pas partie de la tradition vernaculaire ?

J’essaierai de comprendre de quelle façon ce gratte-ciel devrait répondre à son contexte immédiat, aux alentours et aux quartiers depuis lesquels il est visible.


4. Avec quel type de projet public voudriez-vous laisser votre empreinte à Singapour ?

N’importe quel projet qui me permettrait d’élever l’esprit du lieu.


5. En moins de cinquante ans, Singapour, qui était une petite ville-État, s’est transformée en capitale internationale végétalisée et prospère. En tant qu’architecte travaillant principalement dans cette zone, quelle leçon Singapour pourrait-elle réserver aux générations futures et au monde dans son ensemble ?

Ce qui est évident en termes de progrès physique, ce sont les infrastructures et les systèmes efficaces qui, sans devenir désuets, permettent à la ville de rester florissante. Concernant ce processus, nous disposons d’un matériel bien développé. J’espère que nous pourrons être plus conscients de notre logiciel et plus sensibles en termes de bagage émotionnel humain, en particulier parce que nous œuvrons à devenir une « nation intelligente », ère robotique, etc.


6. En tant que lauréat d’un prix aussi prestigieux que l’UNESCO - Asia Pacific New Design au titre du patrimoine culturel, pourriez-vous me parler des défis que vous avez rencontrés à l’heure actuelle, une époque de constructions rapides et de transformations radicales, en particulier dans le continent asiatique ?

Oui, bien sûr. Au lieu d’aller vite, il est essentiel de ralentir et même de faire une pause avant de se lancer dans un quelconque projet de construction, avant d’altérer le terrain et de remplacer une ancienne structure. Trop souvent, les bâtiments sont conçus très vite, et donc de façon peu réfléchie, et construits en très peu de temps, à la hâte. Les priorités sont souvent les délais (rapidité) et les coûts (économie) plus que ce que le nouveau bâtiment pourrait apporter en termes de qualité au lieu et aux utilisateurs eux-mêmes.


7. En ce qui concerne vos relations avec les clients, est-il facile d’être d’accord sur l’importance du respect du passé historique et sur la présence de végétation dans vos réalisations ?

L'expérience varie naturellement en fonction des clients, de leurs tendances, de leurs intérêts. Notre portfolio représente quoi qu’il en soit bien souvent le facteur d’attraction des clients ayant les mêmes affinités.

8. J’ai lu qu'une fois, à vos débuts, vous aviez synthétisé votre approche éthique de la profession en disant : « Soyez toujours en quête d’un nouveau projet, encore meilleur. Soyez convaincu que le meilleur reste à faire. Soyez audacieux et courageux : concevez non seulement avec l’esprit, mais aussi avec le cœur. Ne soyez en concurrence avec personne, pour être quelqu’un. » C’est une déclaration très enthousiaste, une affirmation « jeune » affranchie de tout compromis : aujourd’hui, après des années d’activité, donneriez-vous le même conseil aux jeunes ?

Ces suggestions sont toujours valables pour moi. Je pense que cette attitude est pertinente à tout âge.


9. Pensez-vous qu’en tant que créateurs nous en faisons assez aujourd’hui pour favoriser la coexistence entre l’architecture et la nature ?

Je dirais que oui, du moins en ce qui concerne Singapour. Les autorités responsables de la planification et de la construction ont été très dynamiques et encourageantes. Certaines pratiques sont même devenues obligatoires avant même d’être à la mode.


Crediti:
Chang Architect : www.changarch.com


Virginia Cucchi


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×