07-02-2012

Couleur, pas de couleur et couleur comme la nature

Grès Cérame,

Ariostea, Porcelaingres,

Les couleurs du grès cérame correspondent aux différentes approches conceptuelles des architectes, des décorateurs d'intérieur et des partisans de l'éco-durabilité. La couleur de la céramique devient ainsi une clé de lecture possible de l'architecture contemporaine.



Couleur, pas de couleur et couleur comme la nature

L'architecture contemporaine est dominée par trois grands courants de pensée : le premier qui fait de chaque espace la scène d'une ambiance, comme réponse individuelle au nouveau décorativisme, le deuxième qui voit dans la construction la métaphore de la correspondance entre la forme et la communication, en faisant de l'édifice le symbole du lieu, tandis que le troisième veut rapprocher l'homme et la nature dans une nouvelle dimension éco-durable. On peut noter qu'il y a des constantes pour chaque type en restant au niveau des principaux groupes.
Le premier courant semble être suivi par les architectes/ designers qui voient dans l'espace la possibilité de créer des effets visuels dus à la superposition entre la structure, les matériaux pour le revêtement et les compléments d'ameublement. Ceux qui appartiennent au second courant créent l'espace en le modelant virtuellement, pour le construire ensuite dans la réalité. Ce procédé engendre des formes pouvant être conçues aussi bien pour une table que pour une bibliothèque, car leur fonction est surtout celle de communiquer à n'importe quel niveau, sous la direction stricte d'un concepteur/ penseur.
Le troisième courant est suivi par les architectes qui ont choisi de renoncer à la clameur communicative et symbolique des grandes structures collectives pour divulguer une nouvelle philosophie de l'habitation : l'homme et la nature au centre d'une harmonie retrouvée. On voit ainsi apparaître des édifices respectueux de tout, qui se positionnent presque timidement sur le territoire, à l'aspect éphémère fascinant.

Trois esthétiques qui expriment ce que nous sommes, la façon dont nous agissons sur le territoire et l'attitude que nous adoptons à l'égard des villes et du territoire. Il s'agit de trois courants reconnaissables, avec des langages et des signes individuels, où chaque concepteur déclare pratiquement son appartenance à une vision esthétique du monde à travers son travail.“Le goût est le seul interprète de notre époque”, semblent affirmer les premiers.
“La forme, le contenu et la communication sont les trois principes de ce changement de millénaire”, diraient les seconds.
“Tout est éphémère, tout arrive de la nature et retourne à la nature”, rétorquent les troisièmes. En nous éloignant des jugements critiques et de ceux des choix individuels, il est intéressant selon nous de noter d'un côté que tous les trois représentent notre contemporanéité, surtout quand ils se mêlent les uns aux autres et, de l'autre, comment ils s'associent à des choix chromatiques bien définis. Les premiers semblent aimer la couleur dans toutes les déclinaisons et les seconds le spectre des fréquences qui passent par les tons du gris et du beige. Pour les troisièmes, les nuances ne se trouvent que dans la nature et dans les matières qui y confluent. Cette perspective met en évidence des règles esthétiques/ chromatiques bien précises, car l'utilisation de la couleur est également un choix de goût qui identifie une période historique.


Face à une réflexion de ce genre, les entreprises elles-mêmes se sont diversifiées dans leur proposition de palettes d'où tirer les revêtements pour l'intérieur et l'extérieur, en mettant toutes les performances techniques du grès cérame au service des teintes.

Il suffit de songer aux jeux chromatiques et aux clairs-obscurs proposés par Ariostea avec la série Iridium, où la couleur et le jeu visuel s'associent très bien à l'esthétique des architectes/ designers, en finissant leurs espaces scéniques pour suivre le goût avec des tons nets. Citons également la série Just de Porcelaingres, où les variations de ton du gris et du beige semblent étudiés pour les espaces de la représentation communicative. Un casier chromatique où les archistars pourraient trouver les signes qui complètent leurs architectures dans les différents passages d'échelle.
Le troisième aspect esthétique, selon lequel la nature est la seule palette où puiser pour être vraiment éco-compatibles, est en revanche évident dans la collection Greenstone, toujours d'Ariostea, où un matériau tout à fait écologique au service de la durabilité environnementale, sociale et économique se cache derrière l'aspect chromatique de la nature. Certifiée LEED et BREEAM, cette série unit les choix de l'entreprise et ceux esthétiques là où les concepteurs ont indiqué que tout a son origine dans la nature et retourne à cette dernière.
Les choix restent comme toujours individuels et les diversités conceptuelles fort heureusement existent, en donnant lieu à notre complexité, mais il est intéressant de noter que même un choix comme celui de la couleur d'un revêtement fait partie de l'ensemble du système expressif que le projet transmet de nous à la postérité.



ENTREPRISES CITÉES

ARIOSTEA

PORCELAINGRES

Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×
×

Restez en contact avec les protagonistes de l'architecture, Abonnez-vous à la Newsletter Floornature