16-09-2010

Byoungsoo Cho : Earth house en Corée du Sud

Byoungsoo Cho,

Sports et bien-être, Usines, Le paysage,

Bois, Ciment,

La Earth house est une maison souterraine pour la contemplation et la méditation. Construite dans un trou creusé dans le sol avec des critères de durabilité, au milieu d'une forêt de la Corée du Sud, elle suggère un point de vue insolite pour se confronter avec le paysage.



Byoungsoo Cho : Earth house en Corée du Sud Cette maison est une experience qui montre la possibilite de vivre en dessous du sol et non pas au-dessus, comme notre societe a decide de faire depuis des temps immemoriaux. Une experience qui ne s'insere pas seulement a l'interieur du sol pour en retirer des benefices mais utilise la terre enlevee en creusant le trou pour construire les murs interieurs de l'habitation. A part quelques autres materiaux servant de complements, tels que les dalles de ciment prevues pour soutenir la tranchee et le bois utilise pour realiser les cloisons entre les pieces, tout le reste est constitue de terre et, selon l'idee de l'architecte, comme telle retournera a la Terre si la maison devait etre demolie.
L'architecte Byoungsoo Cho s'est rendu compte que la construction d'une maison dans le sol pouvait etre un avantage psychophysique pour ses habitants et a decide de le verifier en projetant la Earth House. Grace aux conseils de Keunsik Shin, un expert dans l'emploi de la terre battue comme materiau de construction, il a creuse un trou rectangulaire avec des murs tout autour en ciment et un renforcement central en fer, d'une largeur de 14 metres et une longueur de 17 metres. Cette zone, qui constitue la surface de l'habitation, a ete en partie couverte par un toit plat en ciment sur lequel on peut marcher et en partie laissee a ciel ouvert, de facon a former deux cours, une plus grande et plus importante, que l'on traverse pour entrer dans la maison, et une arriere plus intime. La partie d'habitation proprement dite est constituee de murs en terre battue, obtenus avec la technique traditionnelle des coffrages en ciment, comme on peut le deduire des empreintes laissees sur la surface, qui en constituent la finition. Des cloisons en bois s'ajoutent a ces murs pour diviser l'espace en 6 pieces : deux chambres, un bureau, une cuisine, une salle de bains ou l'espace du washlet et celui de la baignoire sont distincts, et une buanderie. Trois pieces donnent sur la cour arriere avec des fenetres basses qui servent seulement de canaux microclimatiques, tandis que les trois autres sont tournees vers la cour principale et presentent deux entrees. Lorsque l'on traverse la grande cour, on voit a peine la petite porte d'entree obtenue dans le mur en ciment conduisant a un escalier, lui aussi creuse dans le sol, qui ramene a la surface.
En rejoignant la hauteur du sol, ce type d'habitation nous fait penser, vu notre facon de voir occidentale, aux abris antiatomiques que tout le monde a imagines a l'epoque de la guerre froide. Le projet doit etre vu au contraire selon une optique contemplative tout a fait orientale. Une des intentions de l'architecte etait celle de permettre aux habitants d'observer le ciel d'un point de vue insolite : la maison se trouve a un niveau plus bas mais reste ouverte sur le paysage, alors que l'absence de distractions dues au contexte qui s'impose et le regard oriente uniquement vers le haut permettent au contraire de percevoir des changements d'aspect et des variations de couleur et de lumiere que l'on note difficilement dans une habitation normale.
Du point de vue bioclimatique, la maison est confortable grace a un systeme de refroidissement et de chauffage de type geothermique, avec des tuyaux ensevelis dans le terrain environnant, et a un autre chauffage radiant situe sous le plancher d'argile et de ciment. Il s'agit d'un choix ecologique qui suit le desir de l'architecte de reequilibrer le rapport entre l'artifice humain et la nature, tout comme celui d'utiliser le bois recycle a partir des portes de vieilles maisons coreennes pour fabriquer tous les meubles. Une image qui, loin d'etre purement nostalgique, montre a quel point le lien avec l'histoire du pays est fort.
Que representent pour finir les sections du tronc qui emergent des murs en ciment ? Ils proviennent du pin qui se dressait autrefois ou se trouve aujourd'hui la maison et qui, dans l'idee de l'architecte, laisseront la place en se decomposant avec le temps a de nouvelles formes de vie vegetale etonnamment decoratives qui “sortiront” du ciment.

Mara Corradi

Projet : Byoungsoo Cho
Groupe de projet : Hongjoon Yang, Woohyun Kang, Taehyun Nam
Conseiller pour les murs en terre battue : Keunsik Shin
Lieu : 789-55, Sugok2-ri, Jipyeong-myeon, Yangpyeong-gun,
Gyeonggi-do (Coree)
Entreprise de construction : CPLUS International Co. Ltd.
Surface utile brute : 32,5 m?
Surface du lot : 660 m?
Rapport entre la partie construite et la verdure : 4,92%
Projet : 2007-2009
Fin des travaux : 2009
Structure en dalles plates de beton renforce (RC)
Murs en terre battue
Cloisons en bois non structurales
Photos : Wooseop Hwang

www.bchoarchitects.com

Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×