23-08-2002

Bernard Tschumi:
Urban Glass House of the 21st Century

Bernard Tschumi,

New York, États-Unis, États-Unis,

Sports et bien-être,

Design,

Bois, Vitre,

Client : Time Magazine
Lieu : New York, USA
Architectes : Bernard Tschumi Architects
Design Team : Bernard Tschumi, Johanne Riegels Oestergaard, Andrew Vrana, Philippos Photiadis
Date du Projet : 2000



Bernard Tschumi:<br> Urban Glass House of the 21st Century Le projet "Glass House in the Sky" propose la conception d'une habitation qui s'insère dans la ville; alternative fascinante du développement des banlieues, l'habitation reflète le statut culturel actuel du New-yorkais type, en extériorisant la vie privée et en cherchant ainsi une compensation de l'isolement physique provoqué par le développement et par la diffusion d'Internet dans la vie de tous les jours.

L'architecture du projet joue sur le contraste entre l'enveloppe rectangulaire à l'aspect industriel et l'aspect voluptueux des volumes courbes à l'intérieur : les détails techniques de la structure extérieure, rigoureusement en fer et en verre, contre le velours doux et la soie des rideaux, le marbre arrondi et poncé, le verre courbe et translucide et les veines exotiques du bois.
L'élément protagoniste de l'espace est un mur flexueux qui part du centre du plan rectangulaire pour créer une diversification de l'espace alentour.
Le mur constitue l'épine dorsale de l'organisme créé et exerce des fonctions importantes comme celle de contenir les services et la circulation, ainsi que de soutenir un étage ultérieur. Le mur s'étire et se replie sur lui-même, créant des espaces privés et s'ouvrant ensuite de façon inattendue, pour faire en sorte que les pièces et le couloir donnent l'une sur l'autre. Le mur, qui est le coeur, l'essence de ce projet futuriste, a été conçu pour s'adapter aux différents désirs et exigences du propriétaire : cloisons et rideaux, contenus dans ses cavités internes, peuvent coulisser à l'extérieur afin de permettre d'obtenir des séparations variables; l'open space peut ainsi être subdivisé en locaux plus intimes de différentes grandeurs.

Plus loin, la paroi s'ouvre, pour donner sur l'espace réservé à la salle de bains, et change de consistance pour devenir une surface "liquide", à l'apparence mouillée, réalisée avec un mélange de verre et de résine qui créent un effet variable entre le transparent, le translucide et l'opaque.
L'autre côté réserve une surprise en créant une occasion pour l'utilisation du multimédia et en interprétant la dichotomie entre le côté public et privé de la vie new-yorkaise : le mur courbe se comporte comme un écran pour la projection d'images numériques souples et flexibles. L'idée dominante est celle d'utiliser le mur comme un miroir numérique de la vie intime des habitants : des agrandissements d'images prises à l'intérieur sont constamment projetés sur ce mur.
Une alternative est prévue : lorsqu'une plus grande intimité est préférable, les caméras se déplacent et d'autres messages, des mots ou des vidéos sont projetés.

Les contraintes techniques de la maison sont limitées au minimum : à l'intérieur également, la partie structurale tourne autour du mur qui contient les installations et sur lequel, par le biais de poutres en porte-à-faux, repose le sol de l'étage intermédiaire qui accueille la zone nuit.
Selon le projet de Bernard Tschumi Architects, cette habitation pensée pour la New York du XXIe siècle se présente comme un petit bijou éphémère sur les toits de la ville, un très beau lieu d'observation sur la ville, en bas, et un signal lumineux qui, vu de l'extérieur, redonne paradoxalement une dimension humaine aux hauteurs souvent anonymes.

Laura Puliti

GALLERY


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×
×

Restez en contact avec les protagonistes de l'architecture, Abonnez-vous à la Newsletter Floornature