05-07-2019

Barozzi-Veiga réalise le MCBA (Musée cantonal des Beaux-Arts) de Lausanne

Barozzi/Veiga,

Simon Menges, Jesus Arenas,

Losanna, Svizzera,

Musees,

Le cabinet espagnol Barozzi-Veiga vient de réaliser, dans le cadre du plan directeur lauréat du concours organisé en 2010, le nouveau Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne. Leur projet était axé sur la création d’un quartier des arts ouvrant au public l’espace urbain inutilisé de la gare de Lausanne.



Barozzi-Veiga réalise le MCBA (Musée cantonal des Beaux-Arts) de Lausanne

Après la grande inauguration des 6 et 7 avril 2019 - qui a à peine laissé le temps de prendre quelques clichés tels que ceux réalisés par Simon Menges que nous publions ici - le MCBA (Musée cantonal des Beaux-Arts) de Lausanne conçu par Barozzi-Veiga a de nouveau fermé ses portes pour se préparer à accueillir sa première exposition le 5 octobre prochain.
Auparavant situé dans le Palais de Rumine, un bâtiment du XIXe siècle se trouvant au nord de Lausanne, le MCBA a été au cœur d’un concours international remporté par Barozzi-Veiga et visant à donner naissance à un nouveau quartier des arts : Plateforme 10. Le cabinet espagnol a remporté le concours relatif au plan directeur du quartier prévoyant la localisation de sites appropriés aux trois principaux musées de Lausanne : le Musée cantonal des Beaux-Arts (MCBA), le musée de design et d’arts appliqués contemporains (MUDAC) et le musée de l’Élysée (musée de la photographie). Les architectes ont identifié ces emplacements dans ce qu’ils ont appelé « l’esplanade des musées ».
Occupant une surface d’environ 2 hectares, le nouveau quartier se trouve près de la gare centrale de Lausanne, une zone qui comprend des bâtiments industriels ainsi qu’une ancienne gare construite au XIXe siècle, au nord de laquelle la ville se prolonge en hauteur. La différence de niveau et d’usage ayant toujours constitué une barrière entre les deux quartiers est surmontée, dans le plan directeur de Barozzi-Veiga, par une série de rampes reliant les deux zones via des parcours piétonniers. L’attention des architectes ne s’est donc pas focalisée sur les bâtiments destinés à accueillir les musées, qui, comme on peut le constater, sont plutôt simples et épurés, mais sur le tissu urbain et sur la nécessité de donner sa place à un espace « inexistant » car inaccessible au public. Le projet a récupéré le bloc de l’ancienne gare dont il a conservé le plan rectangulaire et certains détails architecturaux tels que le hall d’origine et une grande baie vitrée en arc aujourd’hui devenue le foyer du musée. En démolissant une partie du volume de la façade nord, Fabrizio Barozzi et Alberto Veiga créent une ouverture entre ce qu’ils définissent comme le « mur habité » du MCBA et la paroi de terrain qui s’élève. Cette ouverture se déploie de plus en plus depuis la place de la gare centrale jusqu’au bâtiment à plan carré qui abritera à la fois le musée de la photographie et le MUDAC, signés par le cabinet portugais Aires Mateus.
Parallèle aux voies ferrées, le bâtiment du MCBA - le plus grand des trois musées - évoque le passé industriel du site à travers des géométries rigoureuses adoucies par des éléments stylistiques du XIXe siècle retrouvés et mis en exergue tels des fragments émergeant à la surface. Alors que la structure monolithique en béton apparent prédomine sur les trois façades, l’élévation nord s’offre à la place comme façade principale, dématérialisée par le balayage vertical des brise-soleil pleine hauteur : réalisés en briques sur la base en béton qui traverse tout le bâtiment, ces brise-soleil reprennent l’évocation figurative du passé industriel du quartier.
Ayant pour mission de conserver les collections d’art, l’enveloppe architecturale apparaît compacte et hermétique. Côté nord, elle possède toutefois de nombreuses ouvertures qui instaurent un dialogue entre l’intérieur et la place publique. Alors que les brise-soleil verticaux permettent de moduler l’ensoleillement à l’intérieur du musée, le dernier niveau d’exposition est éclairé par une toiture à redans partiels orientés au nord et dotés d’un système interne de rideaux faisant écran aux rayons du soleil de façon à maîtriser la température des salles.
Les visiteurs des deux journées d’ouverture en avril ont pu profiter du bâtiment dans sa nudité brute, à savoir sans les œuvres d’art actuellement en train d’être transférées depuis le Palais de Rumine. L’intérieur a ainsi dévoilé une répartition ordonnée ayant pour cœur le foyer, un grand vide se prolongeant en hauteur - comme tout le bâtiment - via un imposant escalier de représentation qui se jette dans la baie vitrée en arc d’origine. Telle une extension de la place publique, le rez-de-chaussée, où l’on trouve l’entrée principale, abrite les services (cafétéria, librairie-boutique, auditorium). Le premier et le deuxième étage sont quant à eux réservés aux espaces d’exposition. Le foyer, qui ressemble à un transept ouvert sur le monde extérieur avec d’un côté le chemin de fer et de l’autre la ville, a également pour fonction précise de relier le secteur des collections permanentes à l’est avec celui des expositions temporaires à l’ouest. Chacun peut en effet être visité en parallèle dans la mesure où la circulation verticale est indépendante. De manière informelle, le foyer peut également être utilisé comme auditorium temporaire, comme c’est souvent le cas dans les nouvelles bibliothèques publiques où les marches d’escalier se transforment en grandes assises collectives.
Du point de vue des finitions, un mortier spécial recouvre et uniformise toutes les surfaces internes des espaces de service et d’accueil soulignant ainsi leur régularité. Il est associé un sol en aggloméré de pierres et de béton, un élément qui contraste avec la chaleur du parquet posé dans les salles d’exposition.

Mara Corradi

Architects: Barozzi/Veiga (Fabrizio Barozzi, Alberto Veiga)
Project leader: Pieter Janssens
Project team execution phase:
Claire Afarian, Alicia Borchardt, Paola Calcavecchia, Marta Grządziel,
Isabel Labrador, Miguel Pereira Vinagre, Cristina Porta, Laura Rodriguez,
Arnau Sastre, Maria Ubach, Cecilia Vielba, Nelly Vitiello
Project team competition phase: Roi Carrera, Shin Hye Kwang, Eleonora Maccari, Verena Recla, Agnieszka Samsel, Agnieszka Suchocka
Local architect: Fruehauf Henry & Viladoms
Project manager: Pragma Partenaires SA
Structural engineers: Ingeni SA
Services engineers: Chammartin&Spicher SA, Scherler SA, BA Consluting SA
Façade consultant: X-made SLP
Lighting consultant: Matí AG
Museum expert: BOGNER.CC
Location: Lausanne, Switzerland
Competition: 2010-2011
Completion: 2019
Photos by: (01-16) © Simon Menges, (17-21) © Jesus Arenas

barozziveiga.com


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×